Actualités :: Sit-in du SYNTSHA : 7 à 10, les heures rouges de Yalgado

La Direction générale du Centre hospitalier universitaire Yalgado-Ouédraogo (CHU-YO), lors d’une assemblée générale (AG) tenue le mardi 24 mai 2005 dans l’après-midi, a informé l’ensemble du personnel des mesures prises au sujet des indemnités de garde et de risque ainsi que sur la prime de rendement 2002.

Cela n’a pas empêché le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) de convier les travailleurs à un sit-in de 5 jours à compter du mercredi 25 mai 2005, pour exiger le paiement immédiat et intégral desdites indemnités et prime.

Hier matin, dès l’entrée de l’hôpital Yalgado, plus précisément devant le bâtiment des urgences, ils étaient nombreux les hommes et les femmes en blouses blanche et verte à deviser.

C’était des travailleurs du CHU-YO qui, à travers des journées de protestation sous forme de sit-in les 25, 26, 27, 30 et 31 mai 2005 de 7h à 10h, entendent exiger le paiement immédiat et intégral des indemnités de risque et de garde 2004 ainsi que de la prime de rendement 2002.

Ce débrayage, lancé par le SYNTSHA, fait suite à une grève de 24 heures observée par le personnel de la santé, le 17 mai 2005, pour exiger la satisfaction des mêmes revendications.

Pour montrer patte blanche face à ces réclamations, la directrice générale de Yalgado, Christine Naré, assistée du Directeur des ressources humaines (DRH), Alexandre Sanfo, et du Directeur des affaires financières (DAF), Charles Méda, a rencontré l’ensemble du personnel au cours d’une AG, une première du genre.

Au cours de ce premier face-à-face administration/travailleurs, Christine Naré a informé les travailleurs des différentes démarches et concertations avec les deux syndicats de l’établissement (SAIB et SYNTSHA) ainsi que les représentants du personnel contractuel autour du chronogramme de liquidation de ces sommes dues selon les disponibilités financières.

C’est ainsi, a-t-elle dit, que conformément à ce chronogramme, de janvier à mars 2005, six mesures ont été exécutées pour un montant de 151 655 697 FCFA pour préfinancer l’opération au détriment de factures de fournisseurs.

Il s’agit du versement de la prime de rendement 2005, de l’indemnité de risque, de l’indemnité de garde ; les corrections des salaires, majorés dès la publication de la nouvelle grille salariale ; la correction des indemnités de logement (agents de la catégorie B et agents contractuels du CHU-YO) ; la correction de l’indemnité de sujétion des agents des catégories A, B, C et des agents contractuels. Si ces mesures, qui constituent le court terme sont exécutées, il reste le moyen terme, objet aujourd’hui du présent débrayage.

Le sit-in des indemnités et prime

Il s’agit du versement de la prime de rendement de l’année 2002 ; le versement des rappels pour les indemnités de garde et de risque de 2005 ; le versement des rappels des autres indemnités dues (logement et sujétion).

Pour éponger ces dernières prime et indemnités, il faut 176 013 871 FCFA, une somme qui ne peut être techniquement et matériellement versée qu’à la fin du mois de juin, suite aux pourparlers avec le ministère des Finances, a relevé Christine Naré.

Mais le secrétaire général du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo, et ses camarades ne l’entendent pas de cette oreille, car ils estiment que c’est même par la mobilisation des travailleurs que les choses ont commencé à bouger. Et Pissyamba Ouédraogo de faire remarquer que si les travailleurs dorment, ils n’auront pas gain de cause.

C’est pourquoi, il a indiqué que le mot d’ordre est maintenu et que les journées de protestation se tiendront malgré tout.

Hier matin, dans les quelques services visités, bon nombre étaient absents mais à certains niveaux tels que le dépôt pharmaceutique, le service minimum était assuré.

En ophtalmologie, rien ne bougeait avant 10 heures. Deux femmes étaient assises en blouse blanche dans une salle, mais ne semblaient pas du tout se préoccuper de la longue file de carnets des malades déposés à leur fenêtre. Une d’entre elles lâchera sèchement :

« On est revenue ici parce qu’on est fatiguée de s’arrêter. A 10 heures on prendra un certain nombre de malades pour ne pas excéder l’heure de descente et le reste reviendra une autre fois. Si en fin juin, on n’a pas gain de cause, le mouvement sera plus dur ».

Pour le SYNTSHA, cette première journée de sit-in a été un succès. Et le SG du syndicat de se réjouir : « Voyez vous-même, tout le monde est là avec nous, le mot d’ordre a été respecté ».

Quant à la DG de Yalgado, elle a affirmé que le service minimum était assuré, mais qu’il y avait des agents qui n’ont pas obtempéré aux réquisitions. Toutefois, a ajouté Christine Naré, aucun problème n’a été signalé.

Cyr Payim Ouédraogo

Observateur Paalga

Pèlerinage à Yagma : « Nous devons abattre les murs de (...)
Cancer du sein : Un million cinq cent mille francs CFA (...)
Régions du Centre-Nord et du Sahel : Des infrastructures (...)
Ouagadougou : Ces compteurs de la SONABEL dans des (...)
Bobo-Dioulasso : Des délégués syndicaux dénoncent des (...)
Mali : Les 49 militaires ivoiriens inculpés et écroués (...)
Prix burkinabè de la qualité : La CAMEG reconnaissante au (...)
Commémoration de la journée internationale de la jeunesse (...)
Burkina Faso : Le Centre d’études, de formation et de (...)
Santé au Burkina : Des acteurs à l’école de la planification
Kaya : Un bébé abandonné dans une école
Burkina Faso : Plus de 56 tonnes de vivres saisies pour (...)
Sensibilisation au port de casque à Ouagadougou : (...)
Projet « Grand Ouaga » : Une concertation territoriale en (...)
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31059

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés