Actualités :: Organisation du hadj : des musulmans réclament le bilan

Encore des remous qui s’annoncent au sein de la Commission nationale d’organisation du pèlerinage à la Mecque (CNOPM). C’est la conclusion à laquelle on pourrait aboutir après les bruits, certes feutrés, de mésentente entre certains membres de la CNOPM et le gouvernement.

Les contestataires sont sortis de leur gong suite à la correspondance adressée aux associations islamiques burkinabè, dans le cadre de l’organisation du Hadj’2006.

" (...) Il ne faut cependant pas envisager la remise du Hadj aux démarcheurs qui étaient regroupés au sein de l’Association des démarcheurs du Burkina (ADB), dissoute par décret du conseil des ministres ; les intéressés ayant déjà entrepris des démarches de récupération sous le prétexte d’être des membres d’associations islamiques." Constat de Moumouni Fabré, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, président de la CNOPM. 

Il n’en fallait pas plus pour faire sortir trois El Hadjs de leurs réserves. "Nous voulons que le ministre nous donne les preuves de ce qu’il dit et qu’il donne surtout les noms des démarcheurs dont il parle", ont relevé El Hadj Abdou Rasmané Sana, membre de la communauté musulmane et de la CNOPM, El Hadj Ibrahim Traoré, 3e secrétaire adjoint de la communauté musulmane et El Hadj Salif Tassembédo, membre de la sous-commission Pèlerinage de la communauté musulmane.

Composée de membres du gouvernement et de représentants des associations islamiques, la CNOPM, personne morale à part entière, a été créée en 1995 pour "mettre fin aux souffrances des pèlerins".

Une décennie après, cette structure semble donner entière satisfaction, surtout que, selon le ministre Fabré, "le Hadj de cette année s’est déroulé dans la satisfaction totale des pèlerins et de toutes les parties prenantes de l’organisation du pèlerinage à la Mecque". Il faut donc pérenniser cet acquis afin que les images désolantes de pèlerins burkinabè laissés en rade ou en butte à bien d’autres difficultés disparaissent à jamais.

Seulement, le gouvernement compte changer "le mode opératoire d’organisation du Hadj" tout en maintenant "le rôle régalien que l’Etat sera amené à jouer malgré sa laïcité". C’est donc dans cette optique de mutation que le président de la CNOPM attend des propositions, des observations "pertinentes" et autres contributions des associations islamiques.

10 000 F CFA par pèlerin

Tout va bien donc pour le meilleur des Hadj possibles, est-on tenté de dire. Le trio contestataire n’est pas du tout du même avis. Tout en se demandant pourquoi le gouvernement n’a pas un oeil aussi perspicace sur les autres commissions et activités de la communauté musulmane, les contestataires demandent simplement que l’organisation du Hadj redevienne l’affaire des seules associations islamiques.

Pour le trio, il n’y avait pas de problème en tant que tel quand le Hadj était entre les mains de la communauté musulmane. Pour le trio, c’est sans doute pour cela que les pèlerins continuent de faire confiance aux associations islamiques. "La preuve est que pour le Hadj 2005, sur environ 1300 pèlerins, les associations islamiques en ont inscrit plus de 900".

Ne comprenant pas pourquoi le gouvernement ne veut pas laisser les mains libres aux associations islamiques pour désigner leurs représentants au sein de la CNOPM, El Hadjs Sana, Traoré et Tassembédo s’insurgent aussi contre certaines pratiques qui auraient cours dans cette structure. "Nous avons travaillé avec les ministres Yéro Boly et Bernard Nabaré sans problème", ont-ils relevé.

En plus, dans les textes, le bilan du Hadj doit être présenté 2 mois après le retour des pèlerins. "Or, cela fait 3 ans que nous attendons le point financier et moral d’un Hadj". Il y a autre chose que les contestataires voudraient comprendre pour mieux l’expliquer à leurs coreligionnaires à la base.

En effet en 2003, 2004 et 2005, les pèlerins auraient cotisé 10 000 F CFA chacun pour construire le siège de la CNOPM. L’initiative est louable en elle-même, mais certains membres de la commission disent ne rien savoir de la gestion de cet argent. L’argent. Tout ne tournerait-il donc qu’autour de cela ?

Non, ont répliqué les trois contestataires qui disent n’avoir travaillé que dans le seul intérêt des pèlerins. "Nous ne percevions que les ristournes provenant de Air Afrique à l’époque, compte tenu du nombre de billets vendus". Ceci rejoint l’article 24 du décret portant création de la CNOPM qui stipule que "la prestation de service est rémunérée par la compagnie de transport choisie par la Commission nationale d’organisation du pèlerinage à la Mecque".

Et c’est pour offrir ces prestations qu’appel est fait aux associations islamiques régulièrement déclarées, aux termes de l’article 23. "Pourquoi le ministre ne veut-il pas voir certaines personnes qui sont pourtant désignées régulièrement par leurs associations elles-mêmes régulièrement déclarées ?" C’est sur cette interrogation que les contestataires ont pris congé de nous, tout en promettant d’autres révélations car selon eux, le feuilleton ne fait que commencer.

On attend donc de voir ce que sera le Hadj’2006 pour lequel les pèlerins doivent s’envoler probablement à partir du 15 décembre. Pourvu que tout se déroule dans la sérénité et le recueillement.

Par Morin YAMONGBE
Le Pays

Pèlerinage à Yagma : « Nous devons abattre les murs de (...)
Cancer du sein : Un million cinq cent mille francs CFA (...)
Régions du Centre-Nord et du Sahel : Des infrastructures (...)
Ouagadougou : Ces compteurs de la SONABEL dans des (...)
Bobo-Dioulasso : Des délégués syndicaux dénoncent des (...)
Mali : Les 49 militaires ivoiriens inculpés et écroués (...)
Prix burkinabè de la qualité : La CAMEG reconnaissante au (...)
Commémoration de la journée internationale de la jeunesse (...)
Burkina Faso : Le Centre d’études, de formation et de (...)
Santé au Burkina : Des acteurs à l’école de la planification
Kaya : Un bébé abandonné dans une école
Burkina Faso : Plus de 56 tonnes de vivres saisies pour (...)
Sensibilisation au port de casque à Ouagadougou : (...)
Projet « Grand Ouaga » : Une concertation territoriale en (...)
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31059

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés