Actualités :: Résolution de la crise de l’IDS : Le cri du cœur des élèves professeurs

Par la présente, les élèves professeurs de l’lnstitut des sciences (IDS) voudraient manifester leur gratitude à toutes les personnes qui, d’une manière ou d’une autre leur ont apporté leur soutien pendant la période difficile qu’ils ont eue à traverser.

En effet, suite à la crise survenue à l’IDS dont la conséquence fut même la dissolution de cet Institut et l’expulsion de ses pensionnaires que nous sommes, tout le peuple burkinabè s’est engagé corps et âme dans la résolution de cette crise.

Pendant trois mois durant, parents, chefs coutumiers, autorités politiques et religieuses, personnes civiles et morales, organes de presse, tout le monde s’était regroupé autour de la Journée nationale de Pardon, demandant pardon au gouvernement et au chef de l’Etat la réouverture de l’lnstitut et la reprise effective de ses 200 élèves professeurs. Chose faite, l’lnstitut des Sciences est rouvert et tous les ex-penssionnaires y sont réhabilités.

Cela est un signe de démocratie dans notre pays, preuve d’une paix durable et d’un sens élargi de communication et de compréhension entre le chef de l’Etat, le gouvernement et son peuple. Tous nos vifs remerciements à tout le peuple burkinabè pour sa compassion et son accompagnement vers un dénouement heureux de cette crise.

Tous les élèves professeurs se réjouissent d’une telle solidarité et présentent leurs sincères remerciements de façon particulière à tous les acteurs qui ont intervenu dans la résolution de la crise. Notre reconnaissance va donc à son Excellence Monsieur le Président du Faso, chef de l’Etat pour avoir fait montre d’un sens très élevé de responsabilité et d’une prise de position ultime dans l’intérêt supérieur de la nation entière.

Au Premier ministre et son gouvernement pour avoir fait preuve de discernement et d’ouverture. Lors de l’exposé de son Excellence Monsieur le Premier ministre le mois dernier à l’hémicycle, l’éducation a été l’un des problèmes majeurs préoccupant le gouvernement, d’où la création d’un Institut des sciences. Merci pour avoir sauvegardé cet Institut pour accroître le nombre de professeurs dans les matières scientifiques.

Aux personnalités civiles et morales, coutumières et religieuses, politiques et administratives ci-après pour leur disponibilité sans équivoque à notre égard, leurs conseils, leurs orientations et leurs actions multiformes pour la résolution de la crise. Nous citerons entre autres : Sa Majesté le Moro Naba Baongo et sa suite royale pour leur sensibilité et leur acceptation de porter notre voix auprès du gouvernement et du chef de l’Etat. Merci infiniment.

A toute la communauté religieuse, nous disons merci ; en particulier Monseigneur Anselme T. Sanou, président du Collège de Sages de la Journée nationale de pardon.

L’ex-Médiateur du Faso et son équipe. La disparition tragique de notre Médiateur au moment de la crise n’a pas empêché son équipe de poursuivre les démarches auprès du gouvernement pour trouver une solution à la crise. Encore nos condoléances au Médiatorat et nous renouvelons notre confiance à cette Institution digne de ce nom qui fait ses preuves pour qu’il y ait la paix, la tolérance à travers le pays.

Le GERDDES Burkina et son président, M. Edouard Ouédraogo, M. Roch Marc Christian Kaboré, président de l’Assemblée nationale et tous les députés.

M. Salif Diallo, ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques.

M. Adama Fofana, ministre chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement ainsi que tous les autres membres du gouvernement.

A tous les responsables et chefs de départements du ministère de l’Enseignement secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, nous leur réitérons nos remerciements. En franche collaboration avec M. le ministre, vous aviez trouvé une solution efficace à notre enseignement. Merci particulièrement à M. Laya Sawadogo, notre ministre de tutelle pour sa compréhension et son acceptation pour notre reprise effective à l’IDS.

Notre reconnaissance va également au président de l’Université de Ouagadougou, au Directeur général du CENOU, au Directeur de l’IDS et son personnel, à tous les professeurs de l’Université et à ceux-là mêmes qui ont, un tant soit peu sursis à certaines de leurs activités pour assurer notre formation académique et pédagogique et rattraper tout le temps perdu.

Tous les mots nous manquent pour exprimer notre reconnaissance à tous les organes de presse écrite et audiovisuelle pour leur clairvoyance et leur persévérance. A un certain moment de la crise, nous reconnaissons que ces organes de presse restaient notre seul recours pour interpeller le gouvernement à revenir sur sa décision tant on en avait besoin.

En plus de leur premier rôle qui est la divulgation de l’information, ils ont contribué eux aussi à rappeler à chaque instant que des citoyens se trouvaient dans la rue et qu’il fallait leur trouver une solution. Merci particulièrement à la RNB, la Radio Savane FM, aux Editions Sidwaya, les Editions Le Pays, l’Observateur paalga, l’Indépendant, Bendré et à tous les autres organes de presse qui, d’une manière ou d’une autre ont partagé notre compassion.

Aux responsables des Centrales syndicales, aux responsables des anciens combattants retraités, aux associations estudiantines, merci pour votre part de contribution. Sans oublier les responsables de l’Association "le foyer de la paysanne" et de l’Eglise EAC pour avoir accueilli et hébergé certains d’entre nous aux premiers jours de la crise.

Par ailleurs, nous manquerons à notre devoir de reconnaissance si nous ne faisons pas une mention spéciale à sa Majesté le Baloum Naaba, ministre du Moro qui nous a hébergé pendant cette traversée du désert faisant de sa cour royale notre unique point de ralliement au Burkina Faso. C’est le lieu ici pour nous de réitérer nos sincères remerciements à nos parents, amis et connaissances pour leur soutien indéfectible de tous les jours.

"Celui qui sait pardonner est l’ami de Dieu". Que le Tout-Puissant bénisse et protège le Burkina Faso.

Signé : les élèves professeurs de l’IDS

Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)
Développement endogène : Le SPONG réaffirme son engagement (...)
Enseignement supérieur : Le Pr Adjima THIOMBIANO échange (...)
École nationale de santé publique : La promotion « (...)
Filière miel au Burkina Faso : Bientôt des référentiels de (...)
Condylome génital : Les personnes sexuellement actives (...)
Pèlerinage au sanctuaire Notre-Dame de Yagma : Les (...)
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de (...)
Nayala : Toma dans l’obscurité depuis près de trois (...)
Burkina Faso : « En 2020, il y a eu près de 1132 cas de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés