Actualités :: Médias et Sécurité : Le secret défense expliqué aux journalistes

Le 18 février 2016, le conseil supérieur de la Communication décidait de suspendre pour une durée d’un mois la parution du journal L’Evénement pour « diffusion d’informations relevant du secret militaire ». La sensibilité du sujet avait ramené à l’ordre du jour les débats sur la définition du secret défense, de son contenu et de ses implications. Afin d’éclairer la lanterne des hommes et femmes de médias, l’association des Journalistes burkinabè (AJB) a consacré un module de formation à la question au dernier jour d’un séminaire qu’elle a organisé à Koudougou. C’était ce 12 juillet 2016.

« Depuis la nuit des temps, il y a eu des incompréhensions entre les forces de défense et de sécurité et les journalistes », pense Sita Sangaré, directeur de la justice militaire et formateur du jour. Pourtant selon lui, il faut concilier les exigences sécuritaires et celles de l’opinion à la recherche de la denrée qu’est l’information juste. La clarification du champ du secret défense s’impose et les journalistes doivent s’imprégner davantage de la question pour éviter les imbroglios avec les forces de défense et de sécurité.

De prime abord, Sita Sangaré a fait remarquer que cette question de secret défense est traitée par l’article 101 du code pénal et la loi 051-CNT du 30 aout 2015. Que dit le code pénal en son article 101 ?
"Sont notamment réputés secrets de la défense nationale pour l’application du présent code :
• les renseignements d’ordre militaire, diplomatique, économique ou industriel qui, par leur nature ne doivent être connus que des personnes qualifiées pour les détenir et doivent, dans l’intérêt de la défense nationale, être tenus secrets à l’égard de toute autre personne ;

• les objets, matériels, écrits, dessins, plans, cartes, levés, photographies ou autres productions et, tous autres documents quelconques qui, par leur nature, ne doivent être connus que des personnes qualifiées pour les manier ou les détenir, et doivent être tenus secrets à l’égard de toute autre personne comme pouvant conduire à la découverte de renseignements appartenant à l’une des catégories ci-dessus visées ;

• les informations militaires de toute nature non rendues publiques par le gouvernement et non comprises dans les énumérations ci-dessus dont la publication, la diffusion, la divulgation ou la reproduction aura été interdite par une loi ;

• les renseignements relatifs soit aux mesures prises pour découvrir et arrêter les auteurs et les complices de crimes ou délits contre la sûreté extérieure de l’Etat, soit à la marche des poursuites et de l’instruction, soit aux débats devant la juridiction de jugement "

Un outil de protection

La menace justifie la classification du secret défense selon le colonel Sita Sangaré. Et l’article 36 de la loi N°051-2015/CNT portant droit d’accès à l’information publique et aux documents administratifs donne les différents paliers de protection de l’information. Il y a « le très secret défense, le secret défense et le confidentiel-défense (la loi en fichier joint). Pour le communicateur, le secret défense est un outil de protection contre les menaces à la sécurité nationale et non une entrave à la liberté d’exercer du journaliste. « Ce n’est pas parce qu’une information est classifiée que le journaliste ne peut pas en parler », a souligné Sita Sangaré qui ajoute que le journaliste peut demander une habilitation à l’autorité compétente pour accéder à l’information classée secret défense.

Rééditer de telles rencontres

Dans la même lancée, le chargé de communication de la gendarmerie nationale, le capitaine Guy Hervé Yé, estime que sur le terrain, personne (gendarme, policier ou journaliste) ne doit empêcher l’autre de faire son travail. Une compréhension des missions de chaque entité est une nécessité pour le pandore qui pense que de tels séminaires de formation doivent être renouvelés. L’AJB à travers son président Gézouma Sanogo a exprimé sa volonté de s’inscrire dans cette logique et d’aller au-delà des débats en mettant un document à la disposition des journalistes.

Rassemblés par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 258 vient de (...)
Promotion des droits des femmes : L’Association des (...)
Burkina : Le Conseil supérieur de la communication (...)
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Médias : Burkina 24 souffle ses dix bougies
Georges Damien, informaticien : « Il faut qu’on insère (...)
Soutenance/université Aube Nouvelle : Pascal Lonkou Yé (...)
Burkina : Un guide du journaliste pour aider au (...)
TNT/Burkina : Les 8 chaînes ayant fait l’objet de (...)
Exploitation de fréquences au Burkina : « Vous êtes (...)
Ministère de la transition digitale : Les comités de (...)
Education au Burkina : "Repère magazine", pour (...)
Régulation de l’énergie : 40 journalistes à l’école de (...)
Le fact-checking : Une solution pour contrer les fake (...)
Médias en ligne au Burkina Faso : Lefaso.net, le plus (...)
TNT au Burkina : « La suspension des chaînes de (...)
TNT/Burkina : Les télévisions suspendues dénoncent une (...)
Fake news : comment font face les journalistes ? Panel (...)
Prix Nobel de la paix 2021 : La journaliste Maria Ressa (...)
Télévision numérique terrestre : Black-out pour huit (...)
L’Évènement du 10 et du 25 décembre 2021 est disponible

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 4284



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés