Actualités :: Lutte contre la corruption : Des officiers de la police judiciaire en (...)

Le 28 septembre 2004 s’est ouvert dans la salle de conférences du PNUD à Ouagadougou, un atelier de formation/sensibilisation d’officiers de la police judiciaire (OPJ) sur la corruption.

Organisé par la Haute autorité de coordination de la lutte contre la corruption (HACLC) avec l’appui du PNUD, cet atelier va permettre aux participants de s’imprégner de l’enjeu de la lutte anti-corruption. La cérémonie d’ouverture a été présidée par M. Honoré Tougouri, président de la HACLC.

Trois jours durant, les 60 officiers de police judiciaire vont prendre connaissance de l’état de la corruption au Burkina Faso et acquérir les moyens professionnels de la combattre. Cela à travers des communications portant sur "les techniques d’investigation en matière de délinquance financière, les aspects économiques de la corruption ou encore le régime des poursuites et sanctions de la corruption au Burkina Faso...".

Ces communications sont faites par des spécialistes en finances ou en droit judiciaire. A l’ouverture de l’atelier, M. Georg Charpentier, représentant-résidant du PNUD au Burkina a salué les efforts du gouvernement à éradiquer la corruption. Des efforts qui ont abouti à la création de la HACLC. Cette institution est née de la volonté de faire face à une situation préoccupante.

En effet, plusieurs enquêtes menées notamment par le Réseau national de lutte contre la corruption (REN-LAC) ont montré l’évolution du phénomène dans de nombreux secteurs d’activités. 59% des personnes interrogées concèdent que la corruption "est très répandue". Les causes sont nombreuses. Faiblesse humaine, avidité personnelle, règles bureaucratiques contraignantes, entre autres.

Les conséquences sont désastreuses. La corruption a des effets délétères et souvent ravageurs sur le fonctionnement de l’administration et sur le développement économique et politique d’un pays. C’est pourquoi la HACLC a entrepris cette série de formations qui après les OPJ, concernera les inspecteurs techniques des différents ministères et les magistrats. Son président, M. Honoré Tougouri soutient que la corruption est un phénomène complexe. Il a invité les participants à prendre conscience des enjeux d’une lutte contre la corruption dans l’éradication du sous-développement.

Cet appel va également à l’endroit de tous les Burkinabè. "Tous doivent se sentir impliqués dans le combat. Ce n’est ni l’affaire d’une structure, ni l’affaire d’un ministère. Il faut que chaque citoyen dans sa vie quotidienne refuse la corruption", a-t-il déclaré. Avant de saluer l’engagement du PNUD aux côtés du Burkina Faso dans ce combat de longue haleine.

Alassane KARAMA,
Yacouba Hermann NACAMBO(Stagiaire)
Sidwaya

Moov Africa : Les raisons de la grève des employés de (...)
Burkina : Les volontaires des Nations-unies solidaires (...)
Burkina Faso : RFI suspendue jusqu’à nouvel ordre
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : (...)
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves (...)
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces (...)
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur (...)
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur (...)
Formation régionale en genre à l’ISSP : « Le genre prône (...)
Koudougou : L’ENS organise ses 1ères journées scientifiques
Séminaire international sur "Enseignement bilingue (...)
Burkina Faso : Les procédures collectives, l’autre moyen (...)
Réconciliation nationale au Burkina : Vers un consensus (...)
Journées nationales du refus de la corruption : Le (...)
Passation à la direction générale de la LONAB : « Je n’ai (...)
Distribution du gaz butane : Le groupe April Oil met (...)
34e Journée mondiale de lutte contre le SIDA : Agir pour (...)
Filière moringa : Un atelier pour lancer officiellement (...)
Dano : L’ONEA lance les travaux de construction d’une (...)
Campagne de vaccination contre la poliomyélite : La (...)
Vente de dolo : Un commerce qui nourrit son homme, (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31899



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés