Actualités :: Excision : Entre modernisme et tradition, elles n’arrivent pas à faire la (...)

13 femmes ont été condamnées, mardi 21 septembre 2004, à des peines allant de 3 mois à 3 ans de prison ferme pour pratique d’excision. L’une d’elle, Mme Barry Adama écopa de 3 ans de prison, certainement parce qu’elle persiste dans cette pratique traditionnelle abrogée par le code pénal.

C’est en se fondant sur les articles 66, 67, 380 du code pénal que le tribunal a condamné Mme Barry, la récidiviste (elle en est à la 5 fois) et les 12 femmes qui ont fait exciser leurs filles. Celles-là passeront désormais 3 mois dans les locaux de la MACO, Mme Barry ayant pour 3 ans ferme.

En prison, elles auront à réfléchir sur leur acte. Ce verdict, à n’en point douter servira de leçon à toutes ces femmes qui étaient devant le tribunal pour la première fois (les 12). Durant tout le procès qui a duré au moins 2 heures d’horloge, elles ont présenté un visage pâle et un humour déconcertant. Perdues au milieu de plusieurs centaines de gens qui par moment rigolaient de leur sort et qui n’ont de cesse tendu les oreilles à leurs aveux !

L’ambiance était très triste ! L’histoire commune de ces 14 personnes était assez originale. C’est après quelques conciliabules que les femmes avaient décidé lors d’un mariage tenu le 13 août 2004 de faire exciser leurs filles qui n’ont guère plus de 6 ans (il y en avait même de 3 ans). L’opération s’est passée à un endroit caché dans la cour de M. Tiendrébéogo Rasmané. C’est d’ailleurs pour cette raison que celui-ci a comparu devant le tribunal pour complicité et irresponsabilité.

Mais, il plaida contre et fut acquitté. En effet, M. Rasmané a soutenu mordicus qu’il était absent au moment des faits et qu’il n’a jamais été avisé. Toutes les femmes ont reconnu leur erreur et ont demandé pardon pour leur acte. Elles ont en outre décidé de ne pas répondre dans un franc parler aux questions du tribunal. Elles ont avoué qu’elles ne savaient pas pourquoi elles avaient commis un tel "délit", elles ne connaissaient pas non plus l’intérêt de l’excision.

Tant de réponses insipides qui laissent croire que beaucoup de femmes n’arrivent pas à faire la part des choses ; elles ne comprennent pas encore que l’excision met en danger la vie et l’avenir de leurs filles ; elles ne savent pas que cette pratique n’est pas une panacée à la dépravation. Beaucoup de choses restent à faire et il appartient à chacun de lutter, à sa façon, dans sa famille, dans son village et quartier à l’éradication de l’excision.

Raogo Hermann OUEDRAOGO (Stagiaire)
Sidwaya

Moov Africa : Les raisons de la grève des employés de (...)
Burkina : Les volontaires des Nations-unies solidaires (...)
Burkina Faso : RFI suspendue jusqu’à nouvel ordre
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : (...)
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves (...)
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces (...)
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur (...)
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur (...)
Formation régionale en genre à l’ISSP : « Le genre prône (...)
Koudougou : L’ENS organise ses 1ères journées scientifiques
Séminaire international sur "Enseignement bilingue (...)
Burkina Faso : Les procédures collectives, l’autre moyen (...)
Réconciliation nationale au Burkina : Vers un consensus (...)
Journées nationales du refus de la corruption : Le (...)
Passation à la direction générale de la LONAB : « Je n’ai (...)
Distribution du gaz butane : Le groupe April Oil met (...)
34e Journée mondiale de lutte contre le SIDA : Agir pour (...)
Filière moringa : Un atelier pour lancer officiellement (...)
Dano : L’ONEA lance les travaux de construction d’une (...)
Campagne de vaccination contre la poliomyélite : La (...)
Vente de dolo : Un commerce qui nourrit son homme, (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31899



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés