Actualités :: Agression d’un réfugié : Une protection pour Marc Béoudou

Ancien président de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), ayant le statut de réfugié au Burkina Faso, Marc M’Baiguedem Béoudou, de nationalité tchadienne, a été agressé le 17 août 2004 par deux individus entre le parc Bangrewéogo et la "villa" dite des hôtes. Dans la présente déclaration, l’Union interafricaine des droits de l’homme (UIDH) et l’ACAT du Burkina dénoncent cette agression et appellent les autorités burkinabè et le Consulat du Tchad au Burkina Faso à prendre toutes les mesures pour la protection de Marc Béoudou.

Le 17 août 2004, monsieur Béoudou M’Baiguedem Marc, ancien président de l’ACAT et ayant le statut de réfugié au Burkina Faso, a été agressé sauvagement par deux (2) individus masqués (enturbannés) entre le parc Bangrewéogo et la « villa » dite des hôtes.

L’ayant pisté depuis l’avenue Charles-De-Gaule dès 21 heures, les deux individus, qui ont enfourché une mobylette de marque « Ninja », ont coincé M. Béoudou Marc sur un terrain vague, l’ont bloqué et ont braqué un revolver sur lui en tenant ce langage en arabe local tchadien : « Tu crois nous échapper ? Si tu ouvres la bouche, tu es un homme mort ». S’en est suivie une lutte au cours de laquelle Béoudou Marc a reçu trois coups de poignard, à l’omoplate, dans la cuisse et au bas du dos.

L’intéressé a eu la vie sauve grâce à la force de ses bras. Un des agresseurs perdra son revolver et ne pourra le récupérer que lorsque son compagnon aura asséné un coup de couteau à leur victime à l’omoplate. Evanoui, Béoudou Marc sera transporté à l’hôpital Yalgado par son voisin. Le lendemain 18 août, nous l’avons accompagné à la brigade de gendarmerie de Ouagadougou, où une plainte contre X a été déposée.

Les leçons que l’UIDH et l’ACAT tirent de cette affaire sont que les personnes qui bénéficient du statut de réfugié ou du droit d’asile au Burkina Faso doivent faire l’objet d’une protection sérieuse.

Les nervis et les tueurs de tous ordres qui écument le Burkina Faso doivent être neutralisés, jugés et sanctionnés à la hauteur de leurs forfaits.

Cette tentative d’assassinat nous rappelle l’affaire Balla Kéïta, réfugié politique assassiné dans un lieu qui, pourtant, paraissait « sûr ».

L’UIDH et l’ACAT dénoncent cette agression et appellent les autorités politiques du Burkina Faso et le Consulat du Tchad au Burkina Faso à prendre toutes les mesures pour la protection de monsieur Béoudou Marc.

Ouagadougou, le 20 août 2004,
Le président de l’UIDH Halidou Ouédraogo
La présidente de l’ACAT Lucienne Zoma

Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)
Programme de certification au métier de consultant et de (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés