Actualités :: Sida : Les résultats des tests VIH validés

L’annexe du secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLS-IST) a abrité, mardi 24 août 2004, un atelier de validation technique des résultats des tests VIH.

C’est sous l’égide du SP/CNLS-IST qu’une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, pharmaciens, biologistes, laborantins, etc, a conduit les travaux d’évaluation des tests VIH dans le contexte du Burkina Faso. Cette évaluation des réactifs de dépistage et diagnostic VIH a porté sur 14 tests.

"A l’aide de logiciel approprié, des calculs ont permis de déterminer les propriétés de chaque test. En parcourant ces résultats on peut retenir que 75% des tests offrent les conditions requises de l’OMS pour ce qui est du cas du Burkina Faso", a indiqué M. Marcel Lalsaga qui représentait le secrétaire permanent du CNLS-IST. Le Dr Wamarou Traoré, chef du département santé du SP/CNLS-IST qui a manifesté sa satisfaction pour les résultats obtenus a aussi noté que des propositions d’algorythmes ont été faites selon les types de besoin.

"Ainsi, concernant la transfusion sanguine, il y a des procédures (calgorythme) à suivre. Il y a aussi un algorythme pour le diagnostic dans les centres de dépistage et les laboratoires. Enfin sur les sites sentinelles, il a été suggéré un algorythme", a souligné Dr Traoré.

Pour lui, le fait que 75% des tests aient répondu aux conditions requises par l’OMS ne signifie pas que les 25% autres sont mauvais. "Les autres ne sont forcement pas considérés comme mauvais, mais ils ne seront pas recommandés au Burkina Faso pour le diagnostic" , a dit Dr Traoré.

Les objectifs de cette évaluation sont entre autres de déterminer la validité intrinsèque et prédictive des tests à détecter les anticorps anti-VIH dans le contexte du Burkina Faso et de proposer des algorythmes alternatifs de dépistage et de diagnostic des infections à VIH.

A la fin des travaux la quarantaine de participants a recommandé au ministère de la Santé la mise en place d’une structure appropriée pour la validation des tests qui du reste doivent se faire de façon périodique. Par ailleurs, les participants ont suggéré que désormais, tous les réactifs à VIH qui arrivent au Burkina soient systématiquement déclarés pour être évalués.

Charles OUEDRAOGO
Sidwaya

Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)
Programme de certification au métier de consultant et de (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés