Actualités :: Gratuité des ARV : Impliquer les organisations de femmes

Dans sa déclaration liminaire, la coordonnatrice de l’Us-sida,
Mariétou Ouédraogo, affirme que "selon le dernier rapport de
l’Onusida, le taux de séroprévalence est de 4,2% au Burkina
Faso et on estime environ 663 613 personnes infectées par le
virus du Sida dont 15% sont des malades nécessitant une prise
en charge en ARV, soit environ cent mille personnes".

Dès lors,
selon Mariétou Ouédraogo, le peuple burkinabè et ses
gouvernants, en collaboration avec leurs partenaires, doivent se
considérer en "état d’urgence sanitaire". C’est ainsi que, pour sa
part, l’Us-sida a entrepris un plaidoyer auprès de groupes cibles
pour les sensibiliser à la nécessité pour le gouvernement
burkinabè, de rendre les ARV gratuits.

Et, "à tout seigneur , tout
honneur", selon les mots de Simon Kaboré, secrétaire
permanent de l’Union sacrée, ce sont les organisations de
femmes qui ouvrent le bal des rencontres initiées par sa
structure. Celles-ci sont des relais importants pour mener un
plaidoyer auprès de l’opinion publique sur l’urgence de rendre
les ARV accessibles à tous ceux qui en ont besoin. C’est
pourquoi Simon Kaboré a expliqué ce que l’Us-Sida attend
d’elles. D’abord inviter chaque femme à signer personnellement
la pétition et ensuite obtenir de chaque organisation de femmes
son adhésion à la charte de l’Us-sida.

La pétition a été choisie
comme un moyen privilégié pouvant permettre à la population "
d’exprimer d’une manière républicaine sa volonté par rapport à
l’évolution du VIH/Sida au Burkina Faso". Elle a pour objectif final
de permettre à son initiateur d’obtenir par la voie législative, le
vote d’une loi instituant la gratuité des ARV au Burkina. Pour ce
faire, il faut aux termes de l’article 18 de la Constitution, réunir au
moins quinze mille signatures de Burkinabè en âge de voter.
Pour le moment, l’Union sacrée est à plus de quatre mille
signatures conformes aux prescriptions légales sur un total de
plus de dix mille signatures.

Quant à la charte, il s’agit d’un texte
déterminant les différents motifs ou raisons induisant la
nécessité de l’instauration d’un "état d’urgence sanitaire" au
Burkina et l’adoption "de mesures exceptionnelles pour le
traitement des malades du Sida". Elle est réservée aux
structures ou organisations nationales ou non et sera transmise
au président du Faso.
Dans les échanges avec les organisations féminines, la
question du Fonds global qui a "subventionné à 100% le coût du
traitement par les ARV" est revenue sur le tapis.

Même si dans
les faits l’Etat exige de chaque malade la somme de huit mille
francs CFA par mois, l’Us-sida soutient qu’aucun "bailleur de
fonds n’exige du Burkina Faso la contribution financière des
malades". Son souhait est d’obtenir la gratuité des ARV pour les
malades du Sida au Burkina "comme dans certains pays tels
que le Sénégal, l’Afrique du Sud , l’Ouganda".

Notons que les fiches d’adhésion à la charte de l’US-sida et de
la pétition sont disponibles entre autres au siège du Réseau
pour l’accès aux médicaments essentiels (RAME), 01 BP 2520
Ouaga 01, Tel : 50 34 06 52/54.

Par Barthélemy LOUGNIE
Sidwaya

Ministère de la santé : Audits globaux des centres de (...)
Réinsertion des jeunes délinquants : La perche tendue à (...)
Journée de l’enfant africain : Pô accueille les (...)
Mathieu Ouédraogo, MEBA : "La machine du PDDEB n’a pas (...)
Les faits divers de Sacré : Maxime ne chasse plus (...)
Meurtre à Yako : 11 personnes déférées à Koudougou
PMK : Nassirou Ouédraogo, meilleur prytanée de (...)
Education des filles en Afrique : Le FAWE prône le (...)
BEPC : 52 603 candidats à la recherche du brevet (...)
Exploitation et trafic des enfants : Des jeunes se (...)
Violences sexuelles faites aux enfants : Des solutions (...)
Conférence internationale sur le travail : Plaidoyer (...)
Journée de l’enfant africain : Droit à une famille
FAWE : Un centre d’excellence à Ouagadougou
Don du gouvernement japonais : Plus de 6 484 tonnes de (...)
Réunion de l’Union internationale des magistrats : Les (...)
Laya Sawadogo (MESSRS) : "L’Etat a un déficit de 1100 (...)
CEP 2004 : Les hostilités ont débuté
Droits humains : Un centre du MPDH à Bobo
Lycée Nelson Mandela : La matinée des "cracks"
Ordre des avocats : Le Bâtonnier face à une fronde

Pages : 0 | ... | 30933 | 30954 | 30975 | 30996 | 31017 | 31038 | 31059 | 31080 | 31101 | ... | 31416



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés