Actualités :: Conférence internationale sur le travail : Plaidoyer pour une (...)

Donner au processus de la mondialisation une dimension
sociale qui serve de fondement à de "politiques nouvelles
visant à mettre en place une mondialisation équitable". Tel est le
principal point de convergence des déclarations des Chefs
d’Etat et de gouvernement et des représentants du monde entier
réunis depuis le 1er juin à Genève dans le cadre de la 92e
Conférence internationale de l’Organisation internationale du
Travail (OIT).

Après plus d’une décennie d’application d’une globalisation qui
engraisse de plus en plus les riches et paupérise les pauvres,
le débat sur la mondialisation continue de faire des vagues au
sein des organisations chargées de la réguler.

Mais au lieu d’en
faire un sujet qui divise ou qui fâche, le Bureau international du
Travail (BIT) a choisi de réfléchir sur ses contours afin
d’oeuvrer à ce que tous les peuples puissent en tirer le meilleur
parti. C’est du moins le défi qu’il s’est lancé en mettant en
place une commission mondiale sur la dimension sociale de la
mondialisation. A l’issue d’une année de réflexions
co-présidées par les chefs de l’Etat de la Finlande et de la
Tanzanie, la commission a saisi l’occasion de la 92e session
des chefs d’Etat et de gouvernement, des représentants du
monde entier pour présenter son rapport.

Au cours d’une session spéciale tenue lundi 7 juin dernier, les
deux co-présidents ont pris la parole devant les 2500 délégués
tripartites (gouvernement, travailleurs et employeurs) de 177
pays. "Ce rapport ne doit pas être un rapport de plus, nous ne le
laisserons pas faire", a martelé Mme Tarja Halonen, présidente
de la Finlande. Pour elle, "rendre la mondialisation plus
humaine prendra du temps... Apporter des changements
demande l’implication de tous". Quant au Président tanzanien,
Benjamin Mkapa, il a comparé le processus de la
mondialisation à "un feu créé par le monde" qu’il ne peut pas
éteindre, et dont il ne peut profiter sans risquer de se brûler.

Aussi a-t-il appelé les protagonistes de tous les
bords à "apprendre à travailler ensemble afin de faire en
sorte que la mondialisation profite à tous au lieu de les brûler".
"Les opposants aveugles de la mondialisation ne sont d’aucune
aide, non plus les défenseurs aveugles de la mondialisation",
a-t-il ajouté.

Réduire les conséquences négatives de la mondialisation

Tout en indiquant que le rapport de la commission mondiale du
BIT est "en accord avec la mise en garde du Nouveau
partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD),
M. Mkapa s’est dit convaincu que "si nous ouvrons nos yeux et
devenons plus objectifs, nous verrons des possibilités
multiples d’étendre les bénéfices de la mondialisation et de
réduire ses conséquences négatives".

Dans la même optique et à son tour, le chef de l’Etat de la
Bulgarie, Geogi Parvanov pense qu’une des solutions aux effets
pervers du processus de la mondialisation se trouve dans "la
coopération aux niveaux international et régional". Ce sont
des "éléments clés qui peuvent permettre aux pays de
participer activement à l’économie mondiale et que l’Etat doit
continuer à remplir son rôle pour assurer un environnement
macroéconomique stable, donner des emplois décents et lutter
contre la pauvreté", a poursuivi le président bulgare.

La lutte
contre la pauvreté constitue également aux yeux du Premier
ministre de la Nouvelle Zélande, Mme Helen Clark, la meilleure
manière d’assurer "un monde plus pacifique". Selon son
analyse, "tant que les pires situations de pauvreté et de privation
ne sont pas résorbées, il n’y a pas de place pour une paix réelle
et une prospérité mondiale. Il est temps d’agir", a-t-elle conclu.
"Etablir le travail décent comme un objectif universel", telle est la
principale action qui relève de la compétence de l’OIT, selon le
chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Sapatero.

Invité spécial de la 92e session, il a confié mercredi 9 juin à la
Conférence que "le futur de l’OIT et son rôle dans le nouvel ordre
mondial qui donne du poids à la dimension sociale de la
mondialisation est un élément clé" dans sa vision politique des
affaires internationales.
Concluant la session spéciale, le directeur général de l’OIT,
Juan Somavia a déclaré que les déclarations des uns et des
autres montrent la voie à de discussions futures sur le rapport
de la commission mondiale.

En attendant, il a lancé un appel à
tous ceux qui partagent les idéaux de son organisation : "nous
avons une chance immense devant nous, si nous ne devenons
pas idéologiques. Nous disposons d’instruments incroyables,
si nous restons justes. Nous progresserons réellement si nous
avons la capacité de dialoguer et la capacité de comprendre que
chacun a une responsabilité pour qu’une mondialisation juste
puisse arriver".

Par Félix Koffi AMETEPE (Envoyé spécial à Genève)
Le Pays

Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)
Extrémisme violent : Les familles en quête de stratégies (...)
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Journée du fournisseur minier au Burkina : La 3e édition (...)
Journée de l’excellence : L’Association Beoog neeré (...)
Agriculture au Burkina Faso : La CAIMA fait un bilan à (...)
Prise en charge des PDI dans le Centre-nord : Le projet (...)
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 8 (...)
Evaluation en milieu universitaire : Un colloque (...)
Entrepreneuriat : Le programme 2SCALE fête ses dix ans (...)
Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte au (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés