Actualités :: Sécurité routière : les nouvelles mesures

Les patrons de la gendarmerie nationale, de la police nationale, du ministère de la Sécurité et celui en charge des Transports ont décidé le 7 mai dernier lors d’une rencontre à Ouagadougou de mener des actions d’urgence, afin de freiner l’insécurité routière galopante au Burkina...

Le constat des services de police et de gendarmerie établit un accroissement de l’insécurité sur les routes. Par le fait du banditisme mais aussi et surtout, par l’insécurité routière liée à l’état des véhicules et à l’imprudence des usagers. Voilà qui a amené les ministères en charge de la Sécurité et des Transports à se réunir vendredi 7 mai 2004. Objet de cette rencontre qui a eu pour cadre, la salle de conférences du ministère de la Sécurité, l’adoption de mesures d’urgence afin de faire face à ce phénomène. Et cela, en mettant en application le décret portant définition et répression des contraventions en matière de circulation routière.

Ensuite, en limitant la vitesse des véhicules poids lourds, les remorques et particulièrement les véhicules de transport en commun. D’autant qu’il est, selon le ministre Djibrill Yipénè Bassolé, objectivement dangereux qu’un car de transport en commun fasse le trajet Ouaga-Bobo (365 km) en moins de quatre heures.

Et enfin, en réglementant de manière stricte, la circulation des véhicules poids lourds dans les grandes villes.

Des dispositions préventives que les ministres Yipénè Djibrill Bassolé et Hyppolite Lingani adopteront, éviteront les vitesses excessives et les excès de vitesse qui sont souvent la cause des graves accidents tragiques. Les deux ministres ont saisi l’occasion pour lancer un appel aux transporteurs : "La concurrence ne doit pas se faire sur la vitesse, mais plutôt sur la sûreté et le confort des passagers".

Le ministre de la Sécurité a, par ailleurs, affirmé que la mise en place d’une bonne police de la route doit accompagner l’amélioration de l’état du réseau routier national. Parlant du comportement des agents de police et de gendarmerie en charge des contrôles routiers, Djibrill Bassolé a souhaité que leur comportement soit exemplaire.

"Car, à force de vouloir se remplir les poches, certains agents favorisent l’insécurité routière... Le ministère de la Sécurité les invite à plus de rigueur et d’abnégation dans leurs missions de service public".

Ibrahiman SAKANDE (ibra.sak@caramail.com)

Sidwaya

Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)
Burkina/Santé : Les responsables du ministère de la Santé (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Le ministère renforce (...)
« Projet Lönni » : Quand l’art efface le handicap
Port de casques à Ouagadougou : « C’est trop protocolaire (...)
Startup Challenge, édition 2022 : La 5e phase d’accélération
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)
Cosmétique au Burkina : « Ajaderm skincare by nature », (...)
Action humanitaire : 3TV et Wat FM lancent l’opération « (...)
Journée internationale de la femme africaine : Des (...)
Saison pluvieuse : Quelques consignes à observer pour (...)
Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de (...)
Boucle du Mouhoun : La nouvelle secrétaire générale de la (...)
Fada N’Gourma : Un homme et son fils meurent par (...)
Cadre sectoriel de dialogue santé : Des acquis (...)
Registre social unique du Burkina Faso : Le comité (...)
Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une (...)
Cérémonie officielle de réception provisoire des bas-fonds (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31017

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés