Actualités :: Burkina : revalorisation de la pension de plus de 7000 anciens (...)

Plus de 7000 anciens combattants burkinabè "ayant servi la France à titre civil ou militaire" vont bénéficier d’une "revalorisation" de pension et "de nouveaux droits" en vertu d’une décision du gouvernement français de 1999 "visant à améliorer leurs conditions de vie", a annoncé vendredi l’ambassade de France au Burkina.

Chacun des anciens combattants va pouvoir toucher "dès le 12 mai" un rappel équivalent à une année de pension du fait de cette "revalorisation" depuis 1999, a expliqué Christian Bavoux, trésorier près l’ambassade de France, lors d’une conférence de presse.

Pour faire face à ces nouvelles charges, le gouvernement français a débloqué 2,4 milliards de francs CFA (3,65 millions d’euros) et un chèque de 2 milliards été remis officiellement vendredi par Francis Blondet, ambassadeur de France à Ougadougou, au directeur général du Trésor burkinabè.

Les pensions des anciens combattants, qui ont fait l’objet de revalorisation successives jusqu’en 1995, avaient été "cristallisées" depuis 1961, au lendemain de l’accession à l’indépendance de la quasi-totalité des anciennes colonies françaises en Afrique.

"Aujourd’hui nous tournons une page importante de cette vieille histoire (...) c’est un moyen concret et très fort pour la France de marquer, même très tardivement, son respect et sa reconnaissance pour les anciens combattants non français qui l’ont aidé à défendre son territoire", a commenté M. Blondet.

La "décristallisation" engendre "une revalorisation" de 20% de l’ensemble des pensions et retraites du 1er janvier 1999 jusqu’au 31 decembre 2003. Elle "actualise" également les prestations qui devaient être versées à partir du 1er janvier 2004 sur la base d’un "coefficient fixé chaque année et proportionnel aux rapports des parités des pouvoirs d’achat France-Burkina selon des données établies par la Banque mondiale", a expliqué M. Bavoux.

Quant aux "nouveaux droits", il instituent "la réversion" des pensions, à compter du 1er janvier 2002, aux veuves des pensionnés civils et militaires à la condition que le mariage ait été célébré avant le 1er janvier 1961, année de la "cristallisation".

"En cas d’aggravation de ses infirmités", tout ancien combattant peut demander une révision à la hausse de ses droits, après avoir subi des expertises médicales dans son pays.

"L’option pour un capital" est une autre nouveauté introduite par la réforme. Ainsi, les anciens combattants qui désirent renoncer à leur pension peuvent bénéficier en lieu et place, jusqu’au 31 décembre 2005, d’un capital équivalant à 3 ou 10 ans de pension, en fonction de son âge et de sa situation familiale.

AFP

Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Burkina/Attaque de convoi de Gaskindé : Recueillements (...)
Insertion professionnelle : 125 jeunes formés aux (...)
Saisie de poissons avariés à Bobo-Dioulasso : La (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés