Actualités :: Fête du travail : marche interdite à Dédougou

Parmi les activités programmées par le comité de coordination
des activités syndicales du Mouhoun à l’occasion du 1er mai,
fête internationale du travail, figurait en bonne place une Marche
à travers les artères de la ville de Dédougou suivie de la remise
du cahier de doléances au haut- commissaire et une
conférence débat autour du thème : "1er mai et droit syndical".

Mais ce qu’on pourrait qualifier d’incompréhension entre les
syndicats et les autorités communales n’a pas permis aux
travailleurs de Dédougou et ceux venus de l’intérieur de la
province du Mouhoun de marcher. Dans une correspondance
datée du 30 avril, le maire refuse de délivrer une autorisation
d’occuper la voie publique car selon elle, aucune requête n’a été
faite dans ce sens.

Du côté du syndicat, on affirme avoir adressé
une correspondance en date du 28 avril l’informant d’une
marche à l’occasion de la fête du 1er mai. Toujours est-il que
dans la matinée du 1er mai, les travailleurs, regroupés à leur
siège pancartes en main ont été informés de l’interdiction de l a
marche par le maire.

Unanimement, ils ont décidé contre ce
qu’ils ont qualifié d’abus d’autorité, de marcher. Après quelques
5 minutes de marche, ils ont été stoppés par le directeur
régional (DR) de la police et ses hommes (CRS). S’en est
suivie une discussion franche entre les policiers et les
marcheurs.

Le DR de la police a laissé entendre qu’il avait
réussit à convaincre le maire afin qu’elle permette aux
travailleurs de marcher de leur siège au haut-commissariat pour
remettre leur cahier de doléances. Face à ce dialogue franc et
constructeur du DR de la police, les travailleurs ont salué le
sens de responsabilité de celui-ci et ont accepté retourner au
siège. A leur retour, une rencontre rapide entre les secrétaires
généraux des différentes sections et sous sections a été initiée.

A l’issue de cette entrevue de quelques minutes, les travailleurs
ont décidé de ne même plus se rendre au Haut-commissariat
pour la remise du cahier de doléances. Ils ont cependant sonné
la mobilisation générale pour organiser le 19 mai une grève de
24 heure, de protestation suivie de sit-in contre ce qu’ils
qualifient d’abus d’autorité. Certains n’ont pas hésité à dire que
le maire fait de la voie publique, sa propriété privée.

Par Serge COULIBALY
Le Pays

Campagne de vaccination contre la poliomyélite : La (...)
Vente de dolo : Un commerce qui nourrit son homme, (...)
Burkina/Arbinda : Des populations vident des vivres (...)
Burkina : Le gouverneur du Sahel ordonne l’arrêt de (...)
Communication non-violente : 20 jeunes de l’arrondissement 8
24e anniversaire du décès de Norbert Zongo : Le collectif (...)
Projet de renforcement des capacités des agences de (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 48 heures pour la (...)
Burkina : Le délai de 30 novembre pour la publication de (...)
Centre-est du Burkina : Un réseau d’experts d’accompagnement
1ère édition du Forum économique et agricole du Faso : (...)
Projet d’aide d’urgence aux déplacés internes et aux (...)
Région du Sahel : L’interculturalité des communautés (...)
Dédougou : 153 jeunes formés reçoivent leurs attestations (...)
Région du Centre : La femme rurale célébrée pour sa (...)
Burkina Faso : Le gouvernement suspend jusqu’à nouvel (...)
Sud-ouest du Burkina : La société d’exploration Centamin (...)
Énergie au Burkina : Le projet ECED-Mouhoum pour (...)
Phénomène de migration : Un « visage de plus en plus (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Les cadres (...)
Pouponnière Den-Kanu de Bobo-Dioulasso : Un centre de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31878



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés