Actualités :: Fête du travail : Les travailleurs attendent toujours l’augmentation des (...)

A l’image des travailleurs du reste de la planète, ceux du Burkina Faso ont battu le pavé ce 1er mai 2004 à l’occasion de la fête du travail. Au-delà des revendications, il faut saluer une fois de plus la démarche unitaire des centrales et syndicats autonomes de notre pays.

Réunis à la légendaire Bourse du travail, leur lieu habituel de rencontre, les travailleurs et travailleuses, militants des Centrales syndicales du Burkina Faso et de Syndicats autonomes, ont sacrifié au traditionnel 1er mai, fête internationale du travail, le samedi dernier.

Il était 8 heures quand le cortège de quelques centaines de travailleurs, avec à sa tête, les premiers responsables des organisations syndicales a quitté la Bourse du travail pour la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Là, les attendait Alain Ludovic Tou, son staff, Idrissa Zampaligré, le maître des lieux. C’est le secrétaire général de la CGT-B, Tolé Sagnon qui, en sa qualité du président du mois du collectif des organisations syndicales, a remis au ministre de l’Emploi, du travail et de la jeunesse, le cahier de doléances des travailleurs.

Avant de remettre le document au ministre Tou, Tolé Sagnon a fait cas des acquis déjà enregistrés et relevé quelques points de leur revendication non encore satisfaits.

Il s’agit notamment de la question de l’augmentation des salaires, qui est reportée dans les doléances 2004, auxquelles s’ajoute la question sur le relèvement du taux des allocations familiales , le marché Rood Woko et les conséquences du programme d’ajustement structurel (PAS) sur le marché de l’emploi au Burkina Faso. Pour le SG de la CGT-B, les libertés démocratiques et syndicales demeurent l’une des préoccupations essentielles inscrites sur le cahier de doléances 2004. Aussi a-t-il invité le gouvernement à examiner avec diligence leurs doléances et à faire en sorte que des négociations puissent être engagées sur leur plate forme minimale.

En recevant le cahier des doléances des travailleurs, le samedi 1er mai 2004, dans la cour de la CNSS, le ministre Alain Ludovic Tou leur a d’abord souhaité une bonne fête de travail et rappelé que le 1er mai doit être un moment de réflexion, de prise de conscience et d’engagement sur le chemin du développement. Il a ensuite laissé entendre que le gouvernement va examiner avec la plus grande attention les doléances, et qu’une suite favorable sera donnée à des points de revendication si les conditions de notre économie sont réunies.

32 points de revendication sur la table

Après la marche, place au meeting. Deux orateurs mooréphones se sont succédé à la tribune pour expliquer le sens de la fête du travail et les différentes doléances des syndicats. Puis ce fut le tour de Laurent Ouédraogo de la CNTB de procéder à la lecture du contenu du cahier de doléances transmis au gouvernement. Ces revendications tiennent en 32 points regroupés en 4 compartiments :

- le pouvoir d’achat et les conditions de travail ;
- l’emploi, les privatisations et les liquidations des sociétés ;
- les libertés démocratiques et syndicales ;
- l’impunité et l’assainissement de la gestion de la chose publique.

En livrant le message du 1er mai, Tolé Sagnon, le secrétaire général de la CGT-B, a d’abord rappelé ce qui nous a valu la fête du travail.

En effet, "C’est le 1er mai 1886 que des ouvriers de Chicago sont tombés les armes à la main pour avoir osé exiger la journée de travail de huit heures. Ce jour sombre de 1886 où les ouvriers américains, au prix de leur vie, ont engagé une lutte héroïque contre l’exploitation du capital, est devenu pour les travailleurs du monde entier une journée de souvenir et surtout une opportunité pour analyser le contexte dans lequel ils évoluent, faire le bilan de leurs luttes et dégager des perspectives pour la conquête et l’élargissement de leurs droits démocratiques et sociaux".

Tolé Sagnon a fait une analyse de la situation du monde au triple plan national, africain et international où la mondialisation et le libéralisme ont des effets néfastes sur la vie des travailleurs. Les différents Programmes d’ajustement structurel (PAS) selon lui, n’ont pas apporté la prospérité promise mais bien des crises économiques, politiques et sociales auxquelles n’échappent d’ailleurs ni les pays dominés ni les grandes puissances.

Au niveau national, le procès des présumés putschistes, la révision du code électoral, la fermeture de Rood Woko, les privatisations des sociétés, le PDDEB et la Réforme globale de l’Administration ont tous été décriés.

Tolé Sagnon a appelé les militants syndicalistes à rester mobiliser car il y a beaucoup de fronts de bataille à mener : revendications spécifiques et communes, la question des avancements et reclassements, le sommet africain sur l’emploi à Ouagadougou en septembre 2004, etc.

Agnan Kayorgo
San Evariste Barro
Sidwaya

Burkina : La Cour des comptes installe ses nouveaux (...)
Journée mondiale de l’aide humanitaire : Les acteurs (...)
Burkina : Des citoyens lancent Une « PETITION CITOYENNE (...)
Cour des comptes : Le receveur général prête serment
Centre de formation professionnelle de référence de (...)
Assistance alimentaire des populations du Nord : Projet (...)
Région du Centre-est : La journée internationale de la (...)
Foncier : Les résidents de la zone non lotie de Yamtenga (...)
Droits fonciers au Burkina : Des acteurs réfléchissent à (...)
Burkina Faso : Les prix des hydrocarbures augmentent dès (...)
Ouagadougou : Un enfant de 12 ans meurt des suites d’une (...)
Ouagadougou : Un exercice militaire prévu ce 19 août (...)
Crise alimentaire au Burkina Faso : Save the Children (...)
Burkina/Drame de Perkoa : Deux responsables de la (...)
Burkina/Education : La coopération française prend en (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)
Société : « La gestion des conséquences de l’insécurité est (...)
Droits des femmes en Afrique : Les 9 recommandations de (...)
Sécurité urbaine au Burkina : Vers la mise en place d’une (...)
Conflits fonciers au Burkina : Les agents des services (...)
Bobo-Dioulasso : Des acteurs renforcent leurs capacités (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31080



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés