Actualités :: Projet d’enseignement post-primaire : Bilan de sept années d’exécution

L’atelier bilan du Projet d’enseignement post-primaire (PEPP) s’est tenu les 15 et 16 avril 2004 à Tenkodogo sous la présidence du ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Laya Sawadogo. Il s’est agi d’évaluer les réalisations dudit projet après sept (7) années d’exécution en vue d’accroître la scolarisation au secondaire.

"L’éducation est une priorité nationale. Tout citoyen a droit à l’éducation sans discrimination fondée sur le sexe, la race ou la religion. L’obligation scolaire couvre la période d’âge de 06 à 16 ans. Aucun enfant ne doit être exclu du système éducatif avant ses 16 ans révolus, dès lors que les infrastructures, les équipements, les ressources humaines et la réglementation scolaire en vigueur le permettent...".

C’est par ce rappel de l’article 2 de la loi d’orientation de l’éducation (Loi n°013/96/ADP du 09 mai 1996) que le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique (MESSRS), le Pr Laya Sawadogo, a indiqué le bien-fondé du Projet d’enseignement post-primaire (PEPP). Premier projet d’envergure du MESSRS, le PEPP a, selon le conseiller technique, Larba Kangoyé, contribué au développement qualitatif et quantitatif de l’enseignement secondaire au Burkina Faso.

Financé par la Banque mondiale à hauteur de douze (12) milliards de FCFA, le projet avait pour objectif d’accroître les infrastructures d’accueil au secondaire, d’améliorer la qualité de l’enseignement et d’appuyer institutionnellement le MESSRS dans l’application du parcours de mise en œuvre.

A terme, le taux de scolarisation au secondaire devait passer de 13% à 25%. Ainsi, un comité technique a sillonné les 45 provinces du pays pour déceler les forces et les insuffisances constatées dans l’exécution du PEPP.

Dresser "un bilan sans complaisance"

L’atelier qui s’est tenu les 15 et 16 avril 2004 à Tenkodogo a réuni toutes les parties prenantes : autorités ministérielles, techniciens chargés de la mise en œuvre du projet, société civile et partenaires financiers.

En deux jours, il a dressé, selon les participants "un bilan sans complaisance" des sept(7) ans de mise en œuvre du projet. Le coordonnateur, M. Pascal Millogo soutiendra que le PEPP a construit 63 collèges d’enseignement général (CEG) à travers les départements du pays. Il a permis aux universités de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou de bénéficier de la documentation nécessaire à la formation des élèves qui embrassent le cycle supérieur.

Plus d’un million d’ouvrages scolaires ont été distribués dans les établissements secondaires publics. Le PEPP a également apporté son appui à l’enseignement privé. Du matériel didactique et scolaire a été mis à sa disposition.

L’Office central des examens et concours du secondaire (OCECOS) a également bénéficié des réalisations du projet, notamment la construction d’un bâtiment R+1. Pour M. Millogo, l’Office n’a pas seulement pour mission de délivrer des diplômes. Il représente aussi une entité de conseils pour les enseignants. Bien que ce bilan soit jugé satisfaisant, l’atelier de Tenkodogo a relevé quelques difficultés dans la mise en œuvre du PEPP.

La responsable de l’ONG Promo femmes développement et gestionnaire déléguée PEPP du collège Yennenga de Kombissiri, Mme Clémentine Ouédraogo a posé le problème de la disponibilité des enseignants du secondaire et l’insuffisance des effectifs. Ces préoccupations ont été prises en compte par l’atelier en vue de faire de l’enseignement secondaire, une réalité.

Le Burkina Faso compte, à ce jour, 241 CEG sur 350 départements. "Le gouvernement poursuivra la mise en œuvre de la politique "un département, un CEG" pour rendre accesible cet ordre d’enseignement, en veillant toujours à l’équilibre du genre, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement qui nécessite des efforts continus", a promis le Pr Laya Sawadogo.

Jolivet Emmaüs Sidibé
PAG BELEGUEM
Sidwaya

Campagne de vaccination contre la poliomyélite : La (...)
Vente de dolo : Un commerce qui nourrit son homme, (...)
Burkina/Arbinda : Des populations vident des vivres (...)
Burkina : Le gouverneur du Sahel ordonne l’arrêt de (...)
Communication non-violente : 20 jeunes de l’arrondissement 8
24e anniversaire du décès de Norbert Zongo : Le collectif (...)
Projet de renforcement des capacités des agences de (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 48 heures pour la (...)
Burkina : Le délai de 30 novembre pour la publication de (...)
Centre-est du Burkina : Un réseau d’experts d’accompagnement
1ère édition du Forum économique et agricole du Faso : (...)
Projet d’aide d’urgence aux déplacés internes et aux (...)
Région du Sahel : L’interculturalité des communautés (...)
Dédougou : 153 jeunes formés reçoivent leurs attestations (...)
Région du Centre : La femme rurale célébrée pour sa (...)
Burkina Faso : Le gouvernement suspend jusqu’à nouvel (...)
Sud-ouest du Burkina : La société d’exploration Centamin (...)
Énergie au Burkina : Le projet ECED-Mouhoum pour (...)
Phénomène de migration : Un « visage de plus en plus (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Les cadres (...)
Pouponnière Den-Kanu de Bobo-Dioulasso : Un centre de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31878



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés