Actualités :: Journée internationale de lutte contre la corruption : « Nous devons prendre (...)

A l’occasion de la commémoration de la journée internationale de lutte contre la corruption, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) a organisé un panel avec les forces de défense et de sécurité. A cette occasion, plusieurs communications ont été faites par la gendarmerie nationale, la police nationale, la douane, les eaux et forêts, etc. Le thème retenu pour cette année est : « lutter contre la corruption, quels enjeux pour la restauration du territoire national ».

La corruption est un phénomène qui est présent dans tous les secteurs d’activité et il est illusoire de croire que les forces armées nationales échappent à cette réalité. Ces propos introductifs du chef d’état-major de l’armée de terre, Adam Néré viennent confirmer la présence de la corruption dans le milieu des forces armées nationales, vérité qui d’ailleurs est un secret de Polichinelle. Cependant, la problématique qui déjà avait des conséquences alarmantes, présente de nos jours un visage encore plus hideux, eu égard au lien étroit du phénomène avec l’insécurité. En effet, cela fait maintenant plus de sept ans que la lutte contre le terrorisme semble vraisemblablement infructueuse et l’une des raisons principales tient en la forte menace de la corruption dans cette lutte.

« L’heure n’est plus au discours mais aux actes à même de donner un coup de fouet au processus de développement harmonieux de notre pays, pour amenuiser les risques de corruption », Philippe Neri Kouton Nion

Au niveau de la gendarmerie par exemple, « la corruption est présente dans la gestion des ressources humaines et financières à travers le recrutement des personnes, les mutations, les promotions et les décorations. Il y a aussi des détournements des primes de soldats. Cela provoque un gaspillage d’argent, l’achat des matériels inadéquats et les retombées sont sévères et détruisent le moral des soldats », a rappelé le chef d’état-major de la gendarmerie, Evrard Somda.

Ainsi, pour réduire de façon drastique l’ampleur du phénomène, des mesures ont été prises par les institutions militaires parmi lesquelles on note « des mécanismes de contrôle et de répressions. Il y aussi la formation des hommes sur la citoyenneté, l’honneur, le patriotisme, le civisme pour éviter qu’ils succombent à la corruption », a rappelé le commandant Lassané Dénis Nikièma, représentant des eaux et forêts.

Le présidium qui a tenu le panel

Nonobstant ces moyens, Evrard Somda estime que d’énormes difficultés entachent cet élan de lutte, si fait que les efforts consentis semblent nuls. « Les populations ignorent les textes et ça c’est un vrai problème. Il y a des gens qui croient que quand on les arrête à un poste de contrôle, il faut payer pour passer. Ils pensent même que c’est codifié. Il y a certains qui arrivent au poste de contrôle, qui sont en règle, mais qui donnent quand même de l’argent au chef pour boire de l’eau. Si vous habituez le chef à ce genre de pratiques et à un moment vous l’en privez, il va réclamer. Aussi, la hiérarchie contribue souvent elle-même à estomper les effets de la lutte. Vous pouvez arrêter quelqu’un qui va vous proposer de l’argent. Comme vous respectez ce que vous faites, vous refusez cet argent. La personne vous dira que même si vous ne prenez pas, je vais voir quelqu’un en haut qui va prendre. Vous pouvez même arrêter quelqu’un et quelques jours après cette même personne vient vous narguer à votre poste ».

Une vue des forces de défense et de sécurité présentes à ce panel

Pour le contrôleur général d’Etat, Philippe Neri Kouton Nion, il faut assécher au plus vite les niches de corruption pour asseoir le bien-être social qui est la somme des bien-être des individuels. Ainsi, dira-t-il à ce propos : « La corruption nourrit le terrorisme et menace le bien être de notre société et par voie de conséquence, notre vivre ensemble, l’avenir de nos enfants. Nous devons prendre conscience du lien étroit entre corruption et terrorisme et agir vite et de façon concertée et permanente, en faisant usage de divers supports de communication pour sensibiliser nos compatriotes au refus de la corruption et sanctionner sévèrement au triple plans administratif, financier et judiciaire les coupables, à titre dissuasif ».

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Environ 70% des (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)
Lutte contre la fraude au Burkina : Victor Ilboudo (...)
Koudougou : Naaba Saaga 1er célèbre le Nabasga 2023 sous (...)
Incendie du marché Sankar yaaré : Plusieurs centaines de (...)
Bobo-Dioulasso : Les acteurs de la filière anacarde (...)
Université Saint Thomas d’Aquin : Les étudiants célèbrent (...)
Gendarmerie de Boulmiougou : Eldaa Koama organise une (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés