Actualités :: Lutte contre l’insécurité : Un colloque pour discuter du rôle des chefs (...)

Le Laboratoire langue, discours et pratiques artistiques (LADIPA) organise un colloque international sur la contribution de la chefferie traditionnelle et coutumière au regain de la paix. Les débats sur la question se tiennent du 5 au 7 décembre 2022 à la salle PSUT de l’Université Joseph Ki Zerbo (UJKZ) et réuniront autour de la même table les hommes de lettre et de culture du Burkina et de pays africains. Au bout du compte la finalité reste la même : permettre au Burkina et aux pays en proie à la crise sécuritaire de sortir de l’ornière. Pour cela, le thème retenu à cette occasion est : "chefferie traditionnelle et coutumière et cohésion sociale dans un contexte d’insécurité."

Depuis un peu plus de sept ans, le Burkina Faso peine à trouver la porte de sortie aux crises sécuritaire et humanitaire qui l’assaillent, menacent son vivre ensemble et tuent à petit feu la cohésion sociale. Lors de sa prestation de serment, le président du Faso, capitaine Ibrahim Traoré lançait un appel à l’union en ces termes : « j’appelle à une mobilisation patriotique et populaire, jeunes, femmes, notables, religieux, Burkinabè de la diaspora pour ressouder le tissu social déchiré depuis des années ».

"Ce colloque permettra de mener des réflexions et des partages d’expérience sur le rôle que peut jouer nos garants de la transition dans la vitale quête de la paix dans notre pays" Dr Moumouni Zoungrana

En réponse à cette invite des forces vives à contribuer au regain de la paix, le LADIPA a réuni les hommes de lettre et de culture autour d’une même table, pour discuter du rôle et de l’apport des chefs traditionnels et coutumiers, dans ce combat sans merci contre l’hydre terroriste. Pour le président du comité d’organisation, Dr Moumouni Zoungrana, cette initiative sonne comme un retour aux sources et s’inscrit dans un ordre de continuité, vu que les chefs traditionnels ont toujours contribué à sortir le Burkina Faso de la boue, toutes les fois où les efforts des uns et des autres pour trouver une issue favorable semblaient nul et sans effet.

Une vue du présidium qui a procédé au lancement de ce colloque

« Chaque fois que le pays a rencontré des difficultés, ces responsables coutumiers ont toujours apporté leurs contributions à la résolution de ces difficultés. C’est pour cette raison que nous avons pensé qu’à cette étape très trouble de notre histoire, ces légitimités coutumières peuvent toujours nous accompagner et nous aider à trouver la voix idéale pour sortir le Burkina de sa mauvaise posture. Pour nous chercheurs, la solution ne viendra pas d’ailleurs. La solution viendra de nous-même », dira-t-il à ce propos.

Quelques chefs traditionnels présents à ce forum

Pour le Ouidi Naba Kiba, ce forum vient à point nommé et permettra aux chefs traditionnels et coutumiers d’enrichir leur base de résolutions, pour lutter contre ce phénomène. « La chefferie traditionnelle peut contribuer au retour de la paix. Elle n’a jamais été en reste dans les moments difficiles de ce pays. Cette fois encore, elle contribuera toujours au retour de la paix. A travers ce colloque, les chercheurs pourront nous dire le fruit de leurs recherches et ce qu’ils attendent des chefs traditionnels et coutumiers ».

"A travers ce colloque, les chercheurs pourront nous dire le fruit de leurs recherches et ce qu’ils attendent des chefs traditionnels et coutumiers" Ouidi Naba Kiba

L’issue de ce colloque permettra donc, à travers des réflexions croisées des différents chercheurs du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Tchad, du Niger, du Bénin, du Sénégal, du Cameroun et du Burkina Faso, de situer les garants de la transition sur leurs attentes, face aux défis immenses qui ont mis à rude épreuve les modèles communautaires et désarticulés les légendaires traditions de vivre ensemble.

Les jeunes étudiants ont manifesté un grand intérêt pour cette cérémonie à travers une forte mobilisation

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Foncier au Burkina : Un groupe d’étudiants s’offusque (...)
Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de (...)
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de (...)
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de (...)
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de (...)
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de (...)
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Ouagadougou : Huit présumés malfrats dans les filets de (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés