Actualités :: Filière moringa : Un atelier pour lancer officiellement le début des (...)

Ce mardi 29 novembre 2022 à Ouagadougou s’est tenu l’atelier de lancement officiel des activités du projet Moringa et ingrédients naturels au Burkina Faso. L’objectif principal de cet atelier est de faciliter l’adhésion et l’implication des partenaires locaux et internationaux en faveur de la réussite du projet. Sont prévues au cours de cet atelier, des présentations informatives, des discussions plénières et des interventions en ligne faites par l’équipe du projet et les experts internationaux. Ce sont au total 37 participants représentant des entreprises, des organisations non gouvernementales, des institutions financières, etc. qui ont pris part à cet atelier.

La filière moringa en Afrique et particulièrement au Burkina Faso est porteuse pour les entreprises qui s’emploient à son exploitation et l’apport de cette plante en terme de nutriments intéresse plus d’un. Ainsi, pour faciliter l’adhésion et l’implication des partenaires locaux et internationaux en faveur de la réussite du projet, en plus des sept entreprises impliquées dans le projet et qui interviennent dans la production et la transformation de moringa, des organisations non gouvernementales, des institutions financières, des producteurs, etc. ont pris part à l’atelier de lancement marquant officiellement le début des activités du projet Moringa et ingrédients naturels au Burkina Faso, ce mardi 29 novembre.

« Ce projet est financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, à travers le Centre pour la promotion des importations », Jean Bosco Dibouloni

Le choix de ces entreprises ne s’est pas fait de façon hasardeuse. « Nous avons fait un appel à projets en ligne. Ensuite, nous avons fait un atelier d’information pour que l’ensemble des acteurs au Burkina soient informés de l’existence du projet et les entreprises y ont souscrits. Après un nettoyage des différents documents, les entreprises qui avaient les meilleures potentialités ont été retenues. Aujourd’hui, sept entreprises sont dans notre pack line et nous devons travailler d’abord à renforcer leurs capacités afin qu’elles puissent envoyer les produits selon les conditions du marché européen », a rappelé Jean Bosco Dibouloni, directeur général de Agrodev, par ailleurs point focal du Programme moringa ingrédient naturel du Burkina.
Sept activités étaient au programme parmi lesquels on note une présentation du projet et des valeurs nutritives de moringa, les obstacles à l’exportation des produits certifiés, des pitchs des entreprises sélectionnées et enfin une séance de dégustation des produits à base de moringa.

Une exposition des produits cosmétiques et nutritionnels faits à base de moringa

Pour ce qui est des bienfaits de la consommation du moringa, « on peut le manger cru, en faire beaucoup de plats traditionnels, le prendre en poudre ou même ses fruits. L’huile de moringa est aussi agréable, que ce soit pour l’alimentaire ou le cosmétique. Pour ce qui est de la dose, il est bien de la prendre régulièrement. Le dosage dépend de votre goût. Mais je dirai que c’est plutôt un condiment. Consommé cru, il est beaucoup plus riche et aucune de ses composantes n’est détruite », a recommandé Philippe Arnold, gérant du Diamant vert, par ailleurs, passionné de moringa.

« Le moringa est un champion mondial en termes d’antioxydants » Philippe Arnold, gérant du diamant vert

Pour les participants à cet atelier, les différentes communications ont pu leur permettre de renforcer leurs connaissances sur leur produit de métier qu’est le moringa. « Nous sommes en bonne posture pour le marché national. Pour ce qui est de la qualité, nous sommes dans la dynamique. Il nous faut maintenant produire en grande quantité pour satisfaire les besoins du marché. Notre attente est que nous obtenions in fine des marchés sous régionaux et internationaux », a souhaité Fati Chantal Songzabré.

« Les avantages de ce projet c’est l’obtention de marché internationaux au bout de trois-quatre ans », Fati Chantal Songzabré

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)
Programme de certification au métier de consultant et de (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat (...)
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe (...)
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de (...)
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de (...)
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou (...)
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, (...)
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine (...)
Bobo-Dioulasso : Un meeting pour soutenir les autorités (...)
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple (...)
Santé : Le système sanitaire burkinabè accueille 40 (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés