Actualités :: Journée des Nations-unies : Les élèves d’Enko Ouaga célèbrent la paix et la (...)

Dans le cadre de la Journée des Nations-unies, célébrée chaque 24 octobre, Enko Ouaga, une école du groupe Enko Education, forte de 25 nationalités, a matérialisé la diversité culturelle, la cohésion sociale et la paix, à travers plusieurs activités, ce vendredi 25 novembre 2022 à Ouagadougou.

C’est par l’exécution de l’hymne national du Burkina (le Ditanyè) que le ton de la journée a été donné. Une journée aussi riche que variée en activités.

Outre les expressions culturelles et artistiques, les messages de paix, de solidarité et de vivre-ensemble, cette journée célébrée en différé a été mise à profit également par le personnel de Enko Ouaga, la délégation du système des Nations-unies au Burkina et les élèves, pour envoyer un message de solidarité et de compassion aux milliers d’enfants et d’enseignants, contraints à l’abandon des classes, du fait de l’insécurité.

Ici, la directrice de Enko Ouaga (2ème à partir de la gauche) et à sa gauche, la coordinatrice-résidente du Système des Nations-unies au Burkina par intérim, pendant l’exécution du Ditanyè.

Un décor qui justifie bien la genèse de cette célébration et la vocation des Nations-unies, servies aux élèves par la représentante nationale de l’institution mondiale.
« Le système des Nations-unies s’est réuni en 1945 simplement pour essayer de voir ensemble comment faire avancer la paix, les droits de l’Homme, l’économie ; comment faire avancer la planète. (…). Chacun d’entre vous qui êtes ici aujourd’hui à l’école, ne vous contentez pas d’être à l’école pendant que plusieurs milliers d’enfants au Burkina Faso ne sont pas à l’école. Essayez vraiment de prendre cette opportunité pour aider votre voisin ; c’est cela la diversité. Ce n’est pas parce que vous êtes à l’école que vous n’avez pas de problème ; c’est cela la diversité. La paix commence par vous à l’école. La diversité commence par vous à l’école. On veut un monde de paix. On veut un monde de vivre-ensemble », a sensibilisé la coordinatrice résidente du système des Nations-unies au Burkina par intérim, Sandra Lattouf.

La coordinatrice-résidente du Système des Nations-unies au Burkina par intérim

Elle galvanise chaque enfant à toujours faire le pas vers l’autre, pour le découvrir. « Si vous connaissez votre culture, vous serez plus outillés pour connaître la culture du voisin. C’est cela le système des Nations-unies. Que la paix ne soit pas un mot, un slogan, mais que ce soit transformé en actions », a-t-elle prôné.

La directrice de Enko Ouaga, Sokona Christelle Koné

Selon la directrice de Enko Ouaga, Sokona Christelle Koné, il s’agit, par cette journée également, d’amener les enfants à se sentir chez eux, à célébrer la diversité culturelle, la solidarité, la paix et à respecter les valeurs de leur pays d’accueil. « Enko Ouaga vit les valeurs des Nations-unies. Enko Ouaga croit aux valeurs humaines. C’est important, et même naturel, que nous organisions une journée des Nations-unies », soutient Mme Koné.

Vue partielle des élèves, massivement mobilisés pour la journée.

Pour l’un des représentants des élèves, Abdouramane Keïta, la paix est un bien pour tous, et l’humanité doit toujours aspirer à la paix. « La vraie paix est le fruit de la justice, de la vertu morale et de la garantie légale qui veille sur le plein respect des droits et devoirs des êtres humains. La guerre émane souvent de l’égoïsme, de l’intolérance, de la haine. C’est ainsi que nous assistons impunément au massacre des êtres humains, à la destruction des biens et au déplacement des populations », a exprimé l’élève Keïta.

Les élèves ont livré des messages relatifs aux valeurs humaines (solidarité, compassion, partage, vivre-ensemble, etc.).

Il observe que depuis un moment, plusieurs pays font face au terrorisme, avec son lot de morts, de destructions de biens, de populations déplacées internes, d’écoles fermées, empêchant des milliers d’enfants d’aller à l’école. « Une situation qui nous rappelle à chaque fois, nous élèves de Enko Ouaga, que nous faisons partie des privilégiés. C’est pourquoi, à travers ces mots, nous compatissons avec nos frères et sœurs qui ne vont plus à l’école et prions que la paix revienne partout dans le monde, afin que l’éducation soit véritablement un droit pour tous. Quand il y a la guerre, nous, les enfants, souffrons le plus », a laissé entendre Abdouramane Keïta dans son message de paix, et suppliant donc chaque homme, chaque femme, à être un artisan de paix.

Abdouramane Keita

Ouverte en 2018, Enko Ouagaest la première école, selon sa directrice, à proposer le programme du diplôme du Baccalauréat international.

O.L
Lefaso.net

Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de (...)
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de (...)
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts (...)
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara (...)
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par (...)
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au (...)
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une (...)
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse (...)
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés (...)
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une (...)
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de (...)
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables (...)
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" (...)
44e session ordinaire du conseil d’administration du (...)
Félicitations au groupe Orange pour la mobilisation des (...)
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional (...)
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32424



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés