Actualités :: Bobo-Dioulasso : Le ministre de la santé à l’écoute des préoccupations des (...)

Le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Lucien Robert Kargougou, a échangé, le lundi 21 novembre 2022 à Bobo-Dioulasso, avec des agents de santé des Hauts-Bassins. Cette rencontre avait pour objectif de recueillir les préoccupations des acteurs sur le terrain, afin d’y apporter des solutions.

Cette rencontre d’échanges entre dans le cadre de la visite du ministre de la santé effectuée dans la ville de Bobo-Dioulasso. Au-delà des visites d’infrastructures sanitaires et des rencontres avec les premiers responsables de structures de santé, le ministre Kargougou a tenu à avoir des échanges francs et directs avec les agents de santé de la région des Hauts-Bassins. Une occasion pour lui de toucher du doigt le vécu quotidien de ces acteurs. « Il faut dire que lorsque nous arrivons dans une région, au-delà des visites des infrastructures sanitaires, nous avons pour crédo d’aller à la rencontre des agents de santé pour des échanges francs, directs et constructifs. C’est ainsi que nous avons rencontré les agents de santé des Hauts-Bassins ce matin », a expliqué le ministre de la santé, Lucien Kargougou.

Les acteurs de la santé des Hauts-Bassins échangent avec leur ministre de tutelle à Bobo

Cette rencontre entre les acteurs des Hauts-Bassins et le ministre est la toute première depuis sa prise de fonction. Sans langue de bois, ces agents de santé ont évoqué leur quotidien et le sujet sensible lié à la gestion des carrières des agents à leur ministre de tutelle. « Les préoccupations évoquées au ministre sont diverses. Il y a les préoccupations liées aux conditions de travail des agents, allant des ressources humaines aux infrastructures et équipements qui constituent un véritable problème d’accessibilité au soin pour les populations aujourd’hui. Ensuite il y a la question de la sécurité des agents qui fait la une de l’actualité. Chaque jour il y a des agressions d’agents de santé dans l’exercice de leur fonction. Ce qui n’est pas une bonne chose dans le tandem entre le soignant et le soigné », a fait savoir Yaya Traoré, le secrétaire général SYNTSHA/CHU Sourô Sanou.

Le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Lucien Robert Kargougou

Il a par ailleurs salué cette initiative qui, selon lui, est une bonne chose qui permet une interaction directe entre les acteurs sur le terrain et ceux qui ont la destinée de leur ministère en mains. Cette rencontre va permettre également au premier responsable du département de connaître les réalités du terrain et de pouvoir prendre des décisions en fonction de cela. « Nous ne demandons pas mieux que ça. Qu’ils se rendent sur le terrain pour toucher du doigt les réalités », a-t-il lancé.

Face à ce chapelet de doléances, le ministre de la santé n’est pas resté insensible. A cet effet, il promet d’apporter des solutions à toutes les préoccupations évoquées dans la limite de ses moyens. « Il y a des questions relatives à la carrière des agents, au travail dans les zones à défis sécuritaires, à la sécurité des agents dans l’exercice de leur fonction. Nous avons pris l’engagement d’apporter des réponses bien appropriées à ces questions. Il y a des questions pour lesquelles nous allons pouvoir trouver des réponses dans un court terme, il y a d’autres pour lesquelles les réponses seront trouvées à long terme. Mais il n’est pas question pour le ministère de la Santé de faire dans le dilatoire. Nous allons travailler résolument à apporter des réponses aux questions », a indiqué le ministre Lucien Robert Kargougou.

La photo de famille du ministre avec le collège des infirmiers chefs de poste du district sanitaire de Solenzo

Comme pour rassurer, Dr Kargougou a fait savoir qu’en ce qui concerne la gestion des carrières des agents, le ministère vient de lancer une opération casiers vides afin de résoudre ce problème des agents. « La direction des ressources humaines est à pied d’œuvre pour régler le maximum de ces questions. Il y a des opérations intenses pour régler ce type de problème. Pour la question de la maintenance, nous sommes en train de relancer la SOGEMAD pour faire en sorte que cet opérateur puisse disposer des ressources idoines pour apporter des réponses aux problèmes qui se posent à nous », a-t-il rassuré.

Le ministre échange avec le collège des infirmiers chefs de poste du district sanitaire de Solenzo

Dans cette même dynamique d’échanger avec les acteurs de santé pour recueillir leurs préoccupations, le ministre a également rencontré le collège des infirmiers chefs de poste du district sanitaire de Solenzo, une localité durement frappée par les attaques terroristes. Cette rencontre d’échanges a eu lieu dans la ville de Sya, le lundi 21 novembre 2022. C’était au cours de la rencontre préparatoire de la mise en œuvre des campagnes de vaccination contre la poliomyélite et la campagne vitamine A+. A travers cette rencontre, le ministre de la santé a voulu magnifier la résilience des agents de santé du district sanitaire de Solenzo qui, malgré l’adversité, travaillent à assurer la continuité des services essentiels de santé et de nutrition au profit des populations de la province des Banwa.

Dr Yelkouni Kouka, le médecin-chef du district sanitaire de Solenzo

Dr Yelkouni Kouka est le médecin-chef du district sanitaire de Solenzo. Il a salué cette rencontre avec le ministre à sa juste valeur. « Malgré son calendrier chargé, le ministre est passé nous saluer, toute chose qui galvanise les acteurs. C’est pourquoi nous allons essayer de donner le meilleur de nous-mêmes pour maintenir le minimum de service et abréger la souffrance des populations », a-t-il dit.

A en croire Dr Kouka, c’est suite à la dégradation de la situation sécuritaire du pays que le district a été contraint de réduire son effectif, puis à la fermeture de la structure de référence en matière de santé de la région. « Nous avons 40 formations sanitaires qui fonctionnent toujours et malgré la situation difficile, les agents de santé arrivent à offrir les premiers soins à la population. Quand il s’agit des soins plus spécialisés, les patients sont redirigés vers les districts voisins ou les centres de référence comme les CHU et CHR », a-t-il laissé entendre. Toutefois, il reste convaincu et espère que les portes des centres de santé déjà fermées seront bientôt ouvertes.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de (...)
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de (...)
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de (...)
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de (...)
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de (...)
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Ouagadougou : Huit présumés malfrats dans les filets de (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)
Développement endogène : Le SPONG réaffirme son engagement (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés