Actualités :: Lutte contre les cancers féminins et de la prostate : Logiciels et Services (...)

Le samedi 19 novembre 2022, l’entreprise Logiciels et Services a organisé une séance de sensibilisation sur les cancers du sein et du col de l’utérus et le cancer de la prostate à l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP). Cette séance a été suivie d’un dépistage des femmes présentes à la séance de sensibilisation.

A en croire Jean Fabrice Aka, responsable commercial et marketing, c’est pour marquer le 25e anniversaire de Logiciels et Services, anciennement Djago International, qu’a été initiée cette séance de sensibilisation sur les cancers au profit des étudiants de l’ISPP. Cette activité s’inscrit également dans le cadre de la responsabilité sociale de l’entreprise, qui rappelons-le est un intégrateur de solutions de gestion.

"25 ans, c’est vraiment un anniversaire qu’il faut marquer. Étant donné que nous sommes dans dix pays, nous avons décidé en début d’année de mener des actions sociales en tant qu’entreprise citoyenne. Avant cette activité, nous avons fait don de vivres et non vivres aux déplacés internes à Panzani. Aujourd’hui, nous avons initié cette action de sensibilisation des étudiantes et étudiants sur les cancers de sein, du col de l’utérus et de la prostate, afin de prévenir et toucher le maximum de personnes", a laissé entendre M. Aka.

Jean Fabrice Aka, responsable commercial et marketing de Logiciels et Services.

Le dépistage, meilleur moyen de lutte contre les cancers

Issouf Zerbo, thésard en médecine au service de gynécologie obstétrique du CHU de Bogodogo a fait une présentation sur le cancer du sein et le cancer du col de l’utérus. Il a rappelé que le cancer du sein touche une femme sur huit. Au Burkina Faso, en 2020, ce sont 1927 nouveaux cas de cancer du sein qui ont été notifiés dont 1142 décès. Ce qui en fait le premier cancer féminin dans notre pays.

Les participantes ont été invitées à se faire dépister régulièrement pour éviter les cancers féminins

Pour éviter le cancer du sein, mais aussi celui du col de l’utérus, Issouf Zerbo indique que le dépistage demeure le meilleur moyen. A cela s’ajoute le vaccin contre le HPV, le virus responsable du cancer du col de l’utérus et qu’on administre aux jeunes filles de 9 à 14 ans. Il a souligné aux participants que le dépistage contre ces deux cancers est gratuit dans les centres de santé publics.

"La prévention passe par le dépistage, c’est pourquoi j’invite les femmes à s’adonner en masse au dépistage. Plus tôt, elles vont s’y prendre, mieux on saura s’il y a quelque chose. Si le diagnostic est posé tôt, la prise en charge est efficace", a laissé entendre Issouf Zerbo.

Issouf Zerbo rappelle que le cancer du sein touche une femme sur huit.

À partir de 50 ans, un homme doit consulter un urologue

Yves Lionel Pizongo, également thésard en médecine, a, lui, fait un exposé sur le cancer de la prostate. Il a indiqué qu’en 2020, ce sont 997 cas de cancer de la prostate qui ont été notifiés au Burkina Faso, dont 603 décès.
Tout comme les femmes atteintes de cancer qui arrivent tardivement dans les formations sanitaires, les hommes également ne consultent pas tôt. Pourtant, un cancer de la prostate détecté tôt peut être guéri.
D’où l’importance d’accentuer la sensibilisation.

En ce qui concerne les facteurs de risques du cancer de la prostate, Yves Lionel Pizongo souligne que c’est un cancer qui survient généralement autour de 50 ans et qui touche en majorité les hommes de race noire. Le facteur génétique est donc l’un des principaux facteurs de risque de ce cancer. A cela s’ajoute, l’hérédité, les habitudes de consommation, notamment l’abus d’alcool, de tabac, de repas riches en graisse, etc. Les facteurs environnementaux sont également l’un des facteurs de risque, avec l’utilisation des pesticides.

Yves Lionel Pizongo a invité hommes de la cinquantaine à consulter au moins une fois par an, un urologue.

Aux hommes qui ont autour de 50 ans, Yes Lionel Pizongo suggère de consulter au moins une fois par an un urologue. Il rappelle qu’on ne peut pas agir sur les facteurs non modifiables comme l’âge et la génétique, mais pour ce qui est des autres facteurs de risques, on peut agir. Il conseille donc d’éviter les repas riches en graisse comme la viande rouge ainsi que le tabac et de limiter la consommation d’alcool.

Au sortir de la séance de sensibilisation, les femmes ont eu droit à un dépistage du cancer du sein et des lésions précancéreuses du col de l’utérus.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Affaire LONAB : 11 ans de prison et 750 millions (...)
Lutte contre la fraude au Burkina : Victor Ilboudo (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)
Burkina-Centre-nord : L’Organisation internationale pour (...)
Personnes déplacées internes au Burkina : La communauté (...)
Commune de Ouagadougou : Du 28 janvier au 5 février les (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Le personnel et (...)
Crise humanitaire au Burkina : Une campagne de collecte (...)
Burkina Faso : Une association peulh exhorte ceux qui (...)
Civisme fiscal au Burkina : Le directeur général des (...)
Burkina : Le Programme de développement d’urgence dresse (...)
Education des filles au Burkina : Le projet FASST en (...)
Audience : Le ministre de l’éducation échange avec des (...)
Tombola Paongo de UBA : Les clients reçoivent leurs lots (...)
Projet sésame au Burkina : Lutheran World Relief lance (...)
Entrepreneuriat : Les entreprises bénéficiaires du projet (...)
Loterie nationale burkinabè : Plus de 71 millions de (...)
Journée internationale des douanes : Le brassage (...)
Burkina Faso : Une stratégie de gestion durable des (...)
Promotion de l’entrepreneuriat résilient au Burkina : Les (...)
Programme officiel du Pèlerinage national au sanctuaire (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32361



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés