Actualités :: Deuxième enquête sur le travail des enfants : L’INSD veut réactualiser ses (...)

L’Institut national des sciences et de la démographie (INSD) a procédé ce jeudi 17 novembre 2022 au lancement de la deuxième enquête nationale sur le travail des enfants. L’objectif de cette enquête est d’actualiser les indicateurs afin d’opérer une meilleure orientation des interventions en matière de lutte contre le travail des enfants.

Après une première enquête sur le travail des enfants en 2006, laquelle enquête révélait que 41% des enfants de 5-17 ans étaient économiquement actifs, l’Etat avait pris des mesures drastiques en vue de réduire considérablement l’ampleur du phénomène qui sévissait avec des proportions démesurées. Ainsi, sont intervenues l’interdiction des pires formes de travail des enfants dans la loi portant code du travail et l’adoption et la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre le travail des enfants.

Une vue des participants à cet atelier de lancement de la deuxième enquête nationale de lutte contre le travail des enfants

Depuis lors, aucune enquête n’a été établie à cet effet et les statistiques en la matière sont désuètes. Ainsi, pour réactualiser ces données afin de mieux orienter les politiques pour contrecarrer le phénomène, l’Institut national des sciences et de la démographie a procédé ce 17 novembre 2022, au lancement de l’enquête nationale sur le travail des enfants.

Cette mise à jour vaut son pesant d’or quand on sait que la pauvreté, les crises économique et sécuritaire ont exacerbé le phénomène qui, déjà, présente un visage plus qu’inquiétant. « Il ressort que 56% de la jeunesse à moins de 18 ans. Cette jeunesse pourrait constituer un atout pour le développement du Burkina si elle est scolarisée. Malheureusement, 40% des enfants de 6 à 16 ans n’ont jamais été scolarisés et plus de 15% de cette même population sont déscolarisés. La situation s’est aggravée avec l’orpaillage qui est aujourd’hui courant et de nos jours, les jeunes sont même plongés dans des activités illicites de tout genre », a déploré Bernard Béré, directeur général de l’INSD.

« Cette deuxième enquête s’effectuera sur toute l’étendue du territoire notamment dans les centres urbains et dans les milieux ruraux », Bernard Béré

L’initiative se fait avec l’accompagnement du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale qui mène un combat sans merci contre ce phénomène qui hypothèque l’avenir des jeunes. « Cet atelier arrive à point nommé vu que cela représente l’une des missions du ministère. Nous avons une direction de lutte contre le travail des enfants qui, en collaboration avec les directions régionales du travail, mène des actions de contrôle et de sensibilisation des populations pour leur permettre de s’épanouir et de se développer convenablement. Nous menons des contrôles et des suivis sur les sites miniers, dans les débits de boissons, les entreprises, etc. pour nous assurer qu’il y ait moins d’enfants économiquement actifs ou vérifier qu’ils sont dans les conditions adéquates de travail », a souligné Germaine Tiemtoré, représentante de la directrice générale des études et des statistiques sectorielles du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale.

En dépit de l’ampleur du phénomène, « les efforts conjugués des acteurs œuvrant à la lutte contre le travail des enfants a permis d’engranger des résultats probants. Toutefois, des défis immenses restent encore à relever », Germaine Tiemtoré

Cette deuxième enquête est rendue possible grâce à l’appui technique et financier des partenaires qui n’ont pas lésiné sur les moyens en vue de faire reculer ce phénomène. « Nous espérons que la présente enquête sera un heureux prétexte pour une amélioration future de la formulation et de la mise en œuvre des politiques nationales relatives au travail des enfants », a laissé entendre Alassane Traoré, porte-parole des partenaires techniques et financiers.

"Tout comme ce fut le cas lors de la première enquête nationale sur le travail des enfants réalisée en 2006, les partenaires au développement ont été bien inspirés d’accompagner le gouvernement dans la réalisation de cette nouvelle enquête nationale qui présente des enjeux particuliers pour l’ensemble des acteurs de la protection de l’enfant dans le pays", Alassane Traoré

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une (...)
Promotion immobilière au Burkina : Le comité ad hoc en (...)
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse (...)
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés (...)
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une (...)
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de (...)
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables (...)
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" (...)
44e session ordinaire du conseil d’administration du (...)
Félicitations au groupe Orange pour la mobilisation des (...)
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional (...)
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)
Programme de certification au métier de consultant et de (...)
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a (...)
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le (...)
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% (...)
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32403



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés