Actualités :: Lutte contre le cancer du col de l’utérus : Les commerçantes du marché de 10 (...)

La Coalition burkinabè de lutte contre le cancer (COBUCAN) a sensibilisé les commerçantes du marché de 10 yaar à Ouagadougou sur le cancer du col. C’était ce mercredi 16 novembre 2022. Elles ont été invitées à se faire dépister mais aussi à être des relais pour donner la bonne information en ce qui concerne le cancer du col de l’utérus, notamment l’importance de la vaccination et du dépistage des lésions précancéreuses.

Le 17 novembre 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lançait la stratégie mondiale en vue d’accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique mondial. Le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays et communautés du monde entier, a marqué cet événement par une journée d’action et le lancement de campagnes locales. C’est dans le cadre de la commémoration de l’an 2 de cette journée, que la Coalition burkinabè de lutte contre le cancer a initié cette séance de sensibilisation des commerçantes du marché de 10 yaar à Ouagadougou ce 16 novembre 2022.

Les commerçantes du marché 10 yaar sont sorties nombreuses pour prendre part à cette séance de sensibilisation.

Selon Pr Nayi Zongo, membre de la COBUCAN, la stratégie mondiale en vue d’accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus a trois composantes. La première, c’est que toutes les filles de 9 à 14 ans soient vaccinées avant leur 15e anniversaire. La deuxième composante, c’est que les femmes âgées de 35 à 45 ans puissent être dépistées du cancer du col de l’utérus. La troisième composante, c’est de faire en sorte que toutes les femmes qui porteront un cancer du col de l’utérus bénéficient de traitements adéquats.

Pr Nayi Zongo a rappelé que la vaccination et le dépistage sont les meilleurs moyens de lutte contre le cancer du col de l’utérus.

« Ce matin nous sommes venus au marché de 10 yaar pour porter la bonne information. D’abord parler du cancer du col de l’utérus aux femmes et leur dire qu’avec les efforts du gouvernement, de ses partenaires techniques et financiers ainsi que les efforts du monde associatif, elles disposent de la vaccination gratuite pour leurs filles. Elles disposent également du dépistage du cancer du col de l’utérus gratuit pour elles-mêmes et le gouvernement est en train de faire les efforts qu’il faut pour que toutes les femmes qui porteraient un cancer du col de l’utérus malgré les deux barrières, puissent bénéficier d’un traitement qui leur permette de guérir », a laissé entendre Pr Zongo.

Djénéba Ouédraogo/Drabo souligne la nécessité de mettre l’accent sur la sensibilisation.

Tour à tour, en langues locale mooré et dioula, puis en français, les membres de la COBUCAN ont rappelé aux femmes que les meilleurs moyens de lutter contre le cancer du col de l’utérus sont la vaccination pour les filles de 9 à 14 ans et le dépistage des lésions précancéreuses pour les femmes. La vaccination comme le dépistage sont gratuits et peuvent se faire dans les formations sanitaires.
Djénéba Ouédraogo/Drabo, présidente de l’association Yêrêlo plus et membre de la COBUCAN a indiqué que la coalition met l’accent sur la sensibilisation, afin que les femmes sachent que le cancer existe, mais qu’il peut se soigner si on s’y prend tôt, notamment en se faisant dépister.

Fanta Sawadogo, commerçante à 10 yaar invite les femmes à se faire dépister avant qu’il ne soit trop tard.

Fanta Sawadogo, commerçante à 10 yaar a assisté à la séance de sensibilisation au cours de laquelle, elle a pris la parole pour inviter ses consœurs à se faire dépister. « Le cancer du col de l’utérus est une maladie dangereuse. Je conseille donc à toutes les femmes d’aller se faire dépister. Ma grand-mère est décédée de cette maladie. Donc moi-même je suis allée me dépister. C’est gratuit dans tous les hôpitaux. C’est mieux de se faire dépister avant que ce ne soit trop tard », a-t-elle laissé entendre.
En plus de la séance de sensibilisation de ce mercredi 16 novembre 2022, la COBUCAN prévoit une projection de film sur le cancer du col de l’utérus, jeudi 17 novembre 2022 à 14 h à Canal Olympia à Pissy.

Justine Bonkoungou
Photo et vidéo : Bonaventure Paré
Lefaso.net

Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de (...)
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de (...)
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts (...)
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara (...)
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par (...)
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au (...)
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une (...)
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse (...)
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés (...)
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une (...)
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de (...)
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables (...)
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" (...)
44e session ordinaire du conseil d’administration du (...)
Félicitations au groupe Orange pour la mobilisation des (...)
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional (...)
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32424



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés