Actualités :: Gaoua : Une journée de parenté à plaisanterie pour renforcer le vivre (...)

La région du Sud-ouest a célébré ce dimanche 13 novembre la journée nationale de la parenté à plaisanterie. Une journée initiée par les premiers responsables du pays à travers le ministère en charge des droits humains pour renforcer davantage la cohésion sociale et le vivre ensemble entre communautés. Les différentes communautés vivantes dans la région du Sud-ouest se sont retrouvées dans la gaieté et la bonne humeur à la place de la révolution de Gaoua pour sympathiser et réaffirmer cette valeur culturelle.

Des moments de taquineries, de plaisanteries, de moqueries, c’est l’ambiance bon enfant qui prévalait ce dimanche 13 novembre à la place de la révolution de Gaoua, à la faveur de la journée de la parenté à plaisanterie.

Echange de cadeaux entre Lobi et Gouin

Ces journées se tiennent dans le cadre de la célébration des journées conjointes de la paix et de la tolérance, nous confie le directeur général de la promotion civique, Camille Bénéwendé Tapsoba. « Nous avons voulu nous appuyer sur les valeurs qui sont les nôtres, pour pouvoir célébrer ces journées. Et la parenté à plaisanterie est un des mécanismes dont dispose notre pays et qui contribue fortement à la prévention et à la gestion des conflits communautaires », rappelle M. Tapsoba.

Le directeur général de la promotion civique, Camille Bénéwendé Tapsoba

Les peuples lobi, gouin, bissa, gourounsi, samo, peulh, bobo, mossi, et bien d’autres communautés ont marqué leur présence à cette journée nationale de la parenté à plaisanterie qui se tient à Gaoua pour cette présente édition. Pour le représentant de la communauté gourounsi, Antoine Balélé Baco, « le message de notre communauté est clair. Cette crise sécuritaire que nous traversons n’est pas une affaire de communautés parce que la liste de ceux qui attaquent le Burkina n’a pas été établie.
Et si nous établissons cette liste, nous nous rendrons compte qu’il y aura une soixantaine de noms de famille différents. Pour dire que chaque communauté du Burkina pourra avoir un élément engagé parmi les forces du mal. On n’a pas à stigmatiser ou à indexer une communauté. Il faut agir de sorte que toutes les communautés prennent conscience que le vivre ensemble est l’essentiel. Et si nous venons à perdre cette valeur cardinale, c’est le Burkina qui disparaît et sur cette base pour nous, il faut travailler à ratisser large et à aller vers l’unité parce que nous sommes tous touchés par cette crise sécuritaire et le Burkina passe avant tout ».

Le représentant de la communauté gourounsi, Antoine Balélé Baco

Dans la même dynamique Seydou Bandaogo de la communauté bissa apprécie cette journée et souhaite sa pérennisation. « On se retrouve pour plaisanter, se taquiner, il n’y a rien de tel, nous devons renforcer ces liens pour un bon vivre-ensemble entre communautés, pour avoir plus de force devant tout ennemi », ajoute-t-il.

Le chef de canton de Gaoua, Bifate II

Le conférencier du jour, le sociologue et formateur à l’Institut national de formation en travail social de Gaoua, Pertiou Yaya Coulibaly, suggère aux autorités de mettre un accent sur la valeur de la parenté à plaisanterie. « C’est un existant qui a déjà fait ses preuves, il faut travailler à le consolider de sorte à ce que les Burkinabè soient unis et que nous puissions développer cette cohésion sociale qui était une richesse au Burkina ». [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Boubacar TARNAGDA

Affaire LONAB : 11 ans de prison et 750 millions (...)
Lutte contre la fraude au Burkina : Victor Ilboudo (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)
Burkina-Centre-nord : L’Organisation internationale pour (...)
Personnes déplacées internes au Burkina : La communauté (...)
Commune de Ouagadougou : Du 28 janvier au 5 février les (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Le personnel et (...)
Crise humanitaire au Burkina : Une campagne de collecte (...)
Burkina Faso : Une association peulh exhorte ceux qui (...)
Civisme fiscal au Burkina : Le directeur général des (...)
Burkina : Le Programme de développement d’urgence dresse (...)
Education des filles au Burkina : Le projet FASST en (...)
Audience : Le ministre de l’éducation échange avec des (...)
Tombola Paongo de UBA : Les clients reçoivent leurs lots (...)
Projet sésame au Burkina : Lutheran World Relief lance (...)
Entrepreneuriat : Les entreprises bénéficiaires du projet (...)
Loterie nationale burkinabè : Plus de 71 millions de (...)
Journée internationale des douanes : Le brassage (...)
Burkina Faso : Une stratégie de gestion durable des (...)
Promotion de l’entrepreneuriat résilient au Burkina : Les (...)
Programme officiel du Pèlerinage national au sanctuaire (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32361



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés