Actualités :: Recrutement de VDP à Bobo-Dioulasso : Le président de la délégation spéciale (...)

Le président de la délégation spéciale de la commune de Bobo-Dioulasso, Adama Bidiga, par ailleurs haut-commissaire de la province du Houet, n’est pas satisfait de l’engouement autour du processus de recrutement des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) dans sa localité. Il l’a fait savoir dans l’après-midi du mardi 8 novembre 2022 au cours d’une rencontre avec des Bobolais. « L’heure est grave au regard des différentes attaques à nos portes ; et nous ne voulons pas que demain qu’on nous dise que nous avons été lâches », a-t-il proféré.

Le recrutement des volontaires pour la défense de la patrie au niveau de la commune de Bobo-Dioulasso connaît des difficultés. Sur un total de 100 VDP attendus, seulement 29 volontaires étaient inscrits pour le compte de la commune de Bobo-Dioulasso, selon les données qui étaient disponibles dans la matinée du mardi 8 novembre 2022. Une situation qui préoccupe les premiers responsables de la commune qui ont tenu à convoquer une rencontre d’urgence cet après-midi avec les forces vives. Cette rencontre, selon le président de la délégation spéciale de la commune de Bobo-Dioulasso, Adama Bidiga, offre l’occasion aux participants de voir dans quelle mesure ils peuvent travailler à mobiliser les citoyens pour la défense de la patrie.

« Le Houet nous appartient à tous ; la commune nous appartient à tous. Il y a des gens qui sont nés sur cette terre et il ne serait pas intéressant que demain ils se retrouvent sur d’autres terres, juste parce que nous n’avons pas eu le courage de nous défendre. L’heure est grave en termes de bilan concernant les attaques au niveau de la province. Et certains départements seraient en ligne de mire et il nous appartient de nous organiser pour nous défendre », a laissé entendre Adama Bidiga.

Face à cette situation dite critique, le président de la délégation spéciale de la commune appelle tous les fils et filles de la commune, voire de la province, à se mobiliser autour de la défense de la patrie. Selon lui, les chiffres enregistrés au niveau communal ne reflètent pas la ville de Bobo-Dioulasso. « Les chiffres ne répondent pas à nos attentes et nous tenions à le faire savoir pour qu’on puisse faire ensemble un travail de mobilisation. Si nous peinons à mobiliser pour défendre notre territoire, c’est qu’il y a un sérieux problème », a-t-il déploré.

Cette rencontre devrait donc permettre aux acteurs de trouver des stratégies de mobilisation pour la défense de la patrie. C’est dans cette dynamique qu’Adama Bidiga a saisi l’occasion pour partager avec les acteurs un certain nombre d’informations concernant le recrutement des VDP. Il estime qu’il est très important pour ces acteurs d’avoir ces informations, afin de se constituer par la suite en relais sur le terrain. A l’en croire, les VDP auront 60 000 FCFA par mois chacun. Ils auront droit à une formation de deux à quatre semaines avant d’aller sur le terrain, ils auront droit à une tenue militaire de couleur verte-olive et ils seront encadrés également par les forces de défense et de sécurité, afin d’éviter « les dérapages ».

Par ailleurs, il a fait savoir que 35 000 motos seront mises à leur disposition dont 21 000 motos pour l’ensemble des communes à raison de 50 motos par commune. Toutefois, il a souligné que les contributions de bonnes volontés sont attendues. Le premier responsable de la commune a rappelé que les VDP sont de potentiels militaires puisque le recrutement militaire va les privilégier d’abord. Tout en invitant la population à se mobiliser pour l’enrôlement, il rappelle les conditions. Ainsi, parmi les documents à fournir à l’inscription, il y a, entre autres, une demande manuscrite adressée au commandant de la brigade de veille, un extrait d’acte de naissance, la carte nationale d’identité burkinabè et un certificat de nationalité. Et les inscriptions à Bobo-Dioulasso se font au gouvernorat de la région et au haut-commissariat de la province.

Cette rencontre a été appréciée par les acteurs qui ont pris l’engagement de travailler à mobiliser le maximum de personnes. Selon eux, il y avait « trop d’ambiguïté autour du recrutement ». C’est ce qui, selon eux, freinait la mobilisation des populations. Avec les explications du président Bidiga, ils disent avoir trouvé satisfaction et ils se sentent encore plus engagés pour la défense de la patrie. Aussi, ils promettent d’être des relais dans leurs différents secteurs pour sensibiliser les populations.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Affaire LONAB : 11 ans de prison et 750 millions (...)
Lutte contre la fraude au Burkina : Victor Ilboudo (...)
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « (...)
Burkina-Centre-nord : L’Organisation internationale pour (...)
Personnes déplacées internes au Burkina : La communauté (...)
Commune de Ouagadougou : Du 28 janvier au 5 février les (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Le personnel et (...)
Crise humanitaire au Burkina : Une campagne de collecte (...)
Burkina Faso : Une association peulh exhorte ceux qui (...)
Civisme fiscal au Burkina : Le directeur général des (...)
Burkina : Le Programme de développement d’urgence dresse (...)
Education des filles au Burkina : Le projet FASST en (...)
Audience : Le ministre de l’éducation échange avec des (...)
Tombola Paongo de UBA : Les clients reçoivent leurs lots (...)
Projet sésame au Burkina : Lutheran World Relief lance (...)
Entrepreneuriat : Les entreprises bénéficiaires du projet (...)
Loterie nationale burkinabè : Plus de 71 millions de (...)
Journée internationale des douanes : Le brassage (...)
Burkina Faso : Une stratégie de gestion durable des (...)
Promotion de l’entrepreneuriat résilient au Burkina : Les (...)
Programme officiel du Pèlerinage national au sanctuaire (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32361



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés