Actualités :: École privée de santé Sainte-Julie : Une nouvelle cuvée d’agents de santé prête (...)

La promotion 2019-2022 des écoles privées de santé Sainte-Julie de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Dori et Tenkodogo a effectué sa sortie, ce samedi 5 novembre 2022, au sein de l’école à Ouagadougou. « Loyauté », c’est le nom de baptême de la promotion qui a pris pour parrain Dr Lassané Savadogo.

Devant parents, amis et connaissances, les sages-femmes et maïeuticiens d’État, infirmiers et infirmières diplômés d’État, infirmiers et infirmières de licence en sciences infirmières et obstétricales et agents de santé communautaires, qui constituent la promotion 2019-2022 des écoles privées de santé Sainte-Julie, ont prêté serment.

Les lauréats ont prêté serment devant parents, amis et connaissances.

Moment solennel qui marque la fin de trois années d’études pour certains, et deux ans pour d’autres. Les lauréats ont pris l’engagement de servir et d’être utiles à la communauté, comme le leur a recommandé leur parrain Dr Lassané Savadogo. Ce dernier a par ailleurs exhorté ses filleuls à continuer à se former, car les sciences, dit-il, ne sont pas statiques ; elles évoluent et les agents de santé se doivent d’être au diapason des nouvelles pratiques. « Tout est dynamique, tout évolue ; et pour répondre aux besoins des populations, il faut régulièrement mettre à jour ses connaissances. C’est en mettant à jour ses connaissances qu’on peut être utile à la population », a-t-il conseillé.

A cela, il ajoute la nécessité pour ses filleuls de faire preuve d’humanité dans la pratique de leur métier. « Ils auront à soigner, à soulager des êtres qui souffrent. Mais pour soulager un être qui souffre, il faut être soi-même humain. Il leur faut du savoir-faire et du savoir-être pour être utiles à leurs patients et avoir surtout l’humilité », a-t-il laissé entendre.

Lassané Savadogo, parrain de la promotion « Loyauté », a exhorté ses filleuls à se former continuellement et à faire preuve d’humanité dans l’exercice de leur profession.

Pr Isso Ouédraogo, chirurgien pédiatre au Centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles-de-Gaulle, professeur titulaire de chirurgie pédiatrique à l’université Joseph-Ki-Zerbo, et directeur académique de l’école privée de santé Sainte-Julie, a précisé que c’est à l’issue des examens nationaux que ces lauréats ont été admis. À titre illustratif, à l’école Sainte-Julie de Ouagadougou, les sept candidats présentés pour l’examen de sages-femmes ont tous été admis, soit un taux de 100%.

Pour ce qui est des infirmières et infirmières diplômés d’État, sur 33 candidats présentés, tous ont été admis, soit un taux de 100%, et 53 des 56 candidats présentés à l’examen d’agents de santé communautaires ont été admis, soit un taux de 91,80%. Preuve que la formation reçue au sein de l’établissement était de qualité et empreinte de rigueur.

Pr Isso Ouédraogo, directeur académique de l’école privée de santé Sainte-Julie, a souligné l’importance des agents paramédicaux dans le système de santé.

Agents paramédicaux, un maillon important du système de santé

Pr Ouédraogo a rappelé que les agents paramédicaux sont un maillon important dans le système de santé. « Dans l’exercice de la médecine, la place des agents paramédicaux est primordiale. C’est eux qui sont à la base et prodiguent les soins à la population. C’est important qu’on ait des agents de santé bien formés. C’est la politique menée par le ministère de la Santé. Et comme l’État ne peut pas tout faire, les écoles privées de santé se sont mises dans la danse pour former des agents de santé », a-t-il indiqué.

Joël Bonou envisage de poursuivre ses études pour obtenir un doctorat en soins infirmiers.

Pour les lauréats, cette sortie marque une nouvelle étape. Ils seront désormais confrontés aux réalités du monde du travail. Mais ils se disent bien équipés grâce à la formation reçue à Sainte-Julie. Joël Bonou, désormais infirmier d’État, envisage déjà de poursuivre ses études afin d’obtenir un doctorat en soins infirmiers. Mais en attendant, lui et ses camarades ont, à travers des pas de danse, exprimé leur joie d’avoir obtenu leurs parchemins de fin d’études.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de (...)
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de (...)
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts (...)
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara (...)
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par (...)
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au (...)
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une (...)
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse (...)
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés (...)
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une (...)
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de (...)
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables (...)
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" (...)
44e session ordinaire du conseil d’administration du (...)
Félicitations au groupe Orange pour la mobilisation des (...)
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional (...)
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un (...)
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « (...)
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de (...)
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des (...)
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32424



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés