Actualités :: Sitarail Burkina : Le ministère des Transports regrette le maintien de la (...)

Dans ce communiqué du ministère des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière l’on apprend que des négociations engagés par l’administration suite au préavis de grève des cheminots n’ont pas été concluantes.

Le Comité syndical de la Confédération Générale des Travailleurs du Burkina CGT-B /SITARAIL Bobo, a déposé un préavis de grève pour la période allant du 25 au 30 octobre 2022, puis illimitée en cas de non satisfaction de sa plateforme revendicative.

En dépit des efforts de négociation engagés par l’administration, sous la conduite des services compétents du Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale, le mot d’ordre de grève n’a pas été suspendu.

Ainsi, du 25 au 29 octobre 2022, le Comité syndical a mis à exécution son mot d’ordre de grève.

L’exécution de ce mot d’ordre a entraîné l’arrêt de la circulation du train sur le territoire national. Il a été constaté l’occupation des locaux de SITARAIL, l’envahissement des rails et le blocage des trains, entre autres, et par les grévistes et par des personnes ne faisant pas partie du personnel de SITARAIL.

Sur saisine de SITARAIL, le tribunal du Travail de Bobo-Dioulasso a, par ordonnance en référée n°03/2022 en date du 29 Octobre 2022, ordonné à la CGT-B /SITARAIL Bobo, de cesser l’occupation des locaux de SITARAIL, l’envahissement des rails et le blocage des trains.

Nonobstant cette décision, il a été constaté avec regret que des populations de certaines localités traversées par le chemin de fer s’adonnent à des comportements qui empêchent une reprise normale du trafic ferroviaire. Ces populations exigeraient la reprise du trafic voyageurs.

Le Ministre des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière, tout en respectant les droits garantis aux uns et aux autres en matière de grève, en appelle d’une part à l’observation de la loi et des décisions qui en découlent et d’autre part, à l’esprit patriotique et au sens élevé des acteurs du secteur et des populations afin qu’ensemble, nous travaillions à éviter au Burkina Faso, le spectre des ruptures et du renchérissement des prix des denrées de première nécessité.

Le Ministre réaffirme sa pleine disponibilité et son engagement à poursuivre, avec l’ensemble des acteurs, la recherche de solutions idoines aux préoccupations des travailleurs et des populations.

Ouagadougou, le

P. le Ministre/ P.O,
Le Directeur de Cabinet

Mamadou CISSE

Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de (...)
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de (...)
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de (...)
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de (...)
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de (...)
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Ouagadougou : Huit présumés malfrats dans les filets de (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)
Développement endogène : Le SPONG réaffirme son engagement (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés