Actualités :: Insurrection populaire d’octobre 2014 : L’association « Mémoire & (...)

Ceci est une déclaration de l’association « Mémoire & Conscience » relative à la commémoration des journées insurrectionnelles des 30 et 31 octobre 2014. Cette association propose un projet populaire et appelle à la contribution de tous les Burkinabè.

Peuple du Burkina Faso !

Compatriotes burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur du pays !

Jeunesse combattante du Burkina Faso !

Démocrates, patriotes, femmes et hommes de bonne volonté !

« Si nous traversons la marre en rang serré, nous ne risquons rien du crocodile ! ». Telle est la leçon apprise de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 et de la résistance au coup d’Etat du 17 septembre 2015. Cette leçon est plus que d’actualité dans les moments difficiles que nous vivons. En effet, devant une situation nationale grave, dans ce contexte de défi historique que nous imposent des renégats terroristes, une haute vigilance citoyenne, un courage patriotique et une mobilisation sociale d’envergure sont requis pour se tenir à la hauteur de la situation et rester conséquents et dignes vis-à-vis du sacrifice de nos martyrs. Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons rééditer la symbolique du vase de Ghézo en faisant nôtre la fameuse tirade de l’intrépide héros de la lutte anti-coloniale à savoir : « Si tous les fils et filles du pays venaient par leurs mains assemblées boucher les trous de la jarre percée, le pays serait sauvé ». (Roi Ghézo, neuvième roi d’Abomey – Bénin – 1818-1859)

Sur ce point, nous avons foi en l’esprit de résilience du peuple burkinabè qui, malgré les adversités de toutes sortes (politique, économique, climatique, etc.), a toujours su remettre en question toute velléité de confiscation du pouvoir, tout comme sa patrimonialisation et rebondir dans le sens de la liberté et de la démocratie.

Comme en 2014, nous avons besoin de ce sursaut patriotique qui transcende les intérêts particuliers et nous rassemble autour de l’intérêt général et le bien commun. En effet, le sursaut populaire de 2014 a permis de mettre un arrêt à la dérive monarchique, à la patrimonialisation du pouvoir, au continuisme et aux desseins inavoués de pouvoir à vie. Voilà pourquoi nous devons refuser l’amnésie collective et faire œuvre de mémoire.
C’est dans cette optique qu’en hommage aux martyrs et à toute cette vaillante jeunesse qui a pris ses responsabilités pour que triomphe la démocratie et afin d’éviter que cet acte salvateur ne tombe dans l’oubli, des citoyens burkinabè d’obédiences différentes, mus par le seul souci de faire œuvre de mémoire ont décidé de faire des vestiges de l’ex Assemblée nationale, un lieu mémoriel qui témoigne du message du peuple souverain et de la demande citoyenne de respect de sa volonté, par la création de l’Association « Initiative Citoyenne Mémoire et Conscience » en abrégé « Mémoire & Conscience ». Cette dernière est porteuse d’une initiative citoyenne ayant pour but la réalisation, par un élan populaire de financement, d’un musée des luttes du peuple burkinabè pour la liberté et la démocratie et d’un monument, mémoire vivante de l’insurrection populaire d’octobre 2014
Le bien fondé de cette initiative a été reconnu par l’Assemblée nationale qui a accepté de signer une convention de partenariat avec « Mémoire & Conscience » par laquelle elle consent à « déléguer à l’Association « Mémoire & Conscience » la conduite des activités de réalisation du monument du souvenir et du musée des luttes du peuple burkinabè à ériger sur les vestiges de l’Assemblée nationale assiégée ». En outre, « Mémoire & Conscience » a obtenu de l’Etat burkinabè, la mise à disposition du site de l’ex Assemblée nationale pour la réalisation du projet convenu avec l’Assemblée nationale issue des élections législatives de 2015.
La conception architecturale du complexe, ainsi que son financement, doivent intégrer les traits majeurs suivants qui constituent les paramètres essentiels de l’identité du projet : la réaffirmation de la souveraineté populaire (le pouvoir appartient au peuple) ; la dimension identité nationale, mémoire collective et histoire des luttes démocratiques et populaires ; la dimension citoyenneté et élan populaire ; l’attachement à la démocratie ; l’exigence de reddition des comptes ainsi que la dimension culturelle et l’ancrage au patrimoine architectural africain.
Cette initiative bien qu’impulsée par « Mémoire & Conscience » est un capital public. Elle appartient à tous les Burkinabè, à tous les Africains, à tous les Citoyens du Monde épris de liberté et de démocratie. Voilà pourquoi « Mémoire & Conscience » a opté pour une approche inclusive et participative. Ainsi, s’attachera-t-elle à toujours recueillir l’avis de la population afin que la conception et la perception du projet soient marquées du sceau de l’élan citoyen.
En ce jour anniversaire de l’insurrection populaire d’octobre 2014, « Mémoire & Conscience » invite les Burkinabè à faire leur cette initiative qui a plusieurs visées. Au-delà des aspects symboliques, mémoriels, pédagogiques, elle devrait, sur le plan identitaire, véhiculer les valeurs historiques, culturelles et morales fondatrices de la nation burkinabè en construction. Alors, engageons-nous ! Battons-nous pour que ce projet devienne réalité car il nous concerne tous !

 Au nom de ceux qui ont donné leur vie pour qu’aujourd’hui nous jouissions de la liberté ;

 Au nom du devoir de mémoire et du refus de l’amnésie collective ;

 Au nom de notre attachement à la démocratie ;

 Sans haine mais avec détermination et courage ;

Résistons à toutes les objurgations et retenons bien ceci :

« L’Histoire ne pardonne pas aux peuples qui méprisent le rêve ! »
De même, « un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre ! », car « un peuple sans histoire est un corps sans âme »

Honneur et gloire aux martyrs de l’insurrection !

Vive la lutte du peuple burkinabè pour la liberté et la démocratie !

Foncier au Burkina : Un groupe d’étudiants s’offusque (...)
Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de (...)
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de (...)
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de (...)
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de (...)
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de (...)
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Ouagadougou : Huit présumés malfrats dans les filets de (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés