Actualités :: Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits scolaires distribués aux (...)

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), avec le soutien de ses partenaires de l’éducation, met en œuvre une Campagne nationale de rentrée scolaire afin de promouvoir l’inscription des enfants du pré-primaire, primaire et secondaire dans une école de qualité, sûre et protectrice pour la rentrée scolaire 2022-2023.

« Malgré les difficultés auxquelles le pays est confronté, je suis heureuse de voir les enfants de retour à l’école grâce à la mobilisation du corps enseignant et des parents qui sont engagés pour que chaque enfant ait accès à une éducation de qualité », affirme la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Lattouf. « UNICEF soutient ces efforts et renforce la continuité des services dans l’éducation, tant dans les écoles que dans les structures alternatives d’éducation telles que les espaces d’apprentissages temporaires et les dispositifs d’éducation par la radio ».

Au Burkina Faso, la violence armée a provoqué ces dernières années une détérioration de l’accès à l’éducation. Les indicateurs d’éducation sont en baisse depuis 2018, le taux brut de scolarisation est passé au primaire de 90,7% à 86,1% et au post-primaire de 52% à 47,3% perdant ainsi 5 points en trois ans.
Il existe des disparités selon les zones. Dans la région du Sahel, particulièrement affectée par le conflit, le taux brut scolarisation au primaire est passé de 53,4% en 2018 à 20,3%en 2021[2]. Donc, d’un enfant sur deux scolarisés en 2018, la région du Sahel est passée à moins d’un enfant sur quatre sur les bancs de l’école.

Au 31 mai 2022, plus de 4 000 établissements scolaires étaient fermés, soit 17% des écoles au niveau national, interrompant l’éducation de plus de 700.000 enfants. On estime que 2,6 millions d’enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans ne sont pas scolarisés, soit plus de la moitié des enfants en âge de l’être (51,4 %). Parmi ces enfants non scolarisés, un sur deux vit dans des zones touchées par le conflit.

« Les filles et les garçons qui ne sont pas sur les bancs de l’école voient non seulement leur éducation compromise mais sont plus à risque de subir des violences, d’être exploités, d’être contraints de se marier voire d’être recrutés par les groupes armés », a dit la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Lattouf. « C’est pourquoi avec nos partenaires nous déployons un soutien en formations des enseignants, en matériel pédagogiques, en kits scolaires ou encore en construction de nouvelles classes pour accueillir les enfants déplacés ».

Au total, 56 305 kits scolaires ont été distribués dans l’ensemble du pays dans le cadre de la rentrée scolaire (d’une valeur de plus de U$240.000 soit 165 millions FCFA). A cela s’ajoute la mise à disposition pour la rentrée scolaire de 308 classes (d’une valeur de U$1 million soit 670 millions FCFA) entièrement équipées qui bénéficieront à plus de 150.000 élèves sur les 10 prochaines années.

« Investir dans l’accès et la qualité de l’éducation a fait ses preuves : cela fournit une base solide pour le développement du capital humain et contribue aux objectifs du pays en matière de croissance économique, de cohésion sociale et de développement », a affirmé la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso.

A l’occasion du Sommet sur la transformation de l’éducation, qui a réuni les dirigeants mondiaux à New-York aux Etats-Unis, en septembre 2022, l’UNICEF a lancé un appel aux gouvernements pour prendre de toute urgence cinq mesures prioritaires :

• Atteindre chaque enfant et s’assurer de son retour en classe ;
• Cerner et évaluer les acquis d’apprentissage ;
• Travailler en priorité sur les enseignements fondamentaux ;
• Intensifier les cours de rattrapage pour combler les lacunes ;
• Favoriser la santé et le bien-être psychosocial afin que chaque enfant soit prêt à apprendre.

Dans le cadre de la rentrée des classes, UNICEF renforcera son soutien à l’accès à des services d’eau, hygiène et assainissement améliorés dans les écoles. Les efforts en faveur de la scolarisation et du maintien des enfants dans le système seront renforcés grâce à la mobilisation des acteurs de la communauté éducative et des jeunes U-Reporters qui mènent une campagne de sensibilisation auprès des communautés sur l’ensemble du territoire.

L’appel humanitaire pour l’éducation en situation d’urgence au Burkina Faso est de U$54 millions et n’est financé qu’à hauteur de 4%.

Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)
Gestion foncière au Burkina : La direction générale de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 7 (...)
Malnutrition chronique et insécurité alimentaire au (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés