Actualités :: Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre est brève » (...)

Parmi les manifestants de ce mardi 4 octobre 2022 à Ouagadougou, chacun y est allé de son motif. Si certains sont sortis pour s’opposer à l’arrivée au Burkina de la mission de la CEDEAO, d’autres étaient dans les artères pour réclamer un partenariat militaire avec la Russie et/ou pour soutenir le capitaine et président du MPSR, Ibrahim Traoré. Au-delà de ces motifs, certains manifestants interpellent chaque Burkinabè ...

« La CEDEAO est hypocrite et manipulée par la France. Nous demandons aux nouvelles autorités de faire recours à la Russie. Nous voulons que la Russie vienne nous aider, c’est tout. (...). C’est la France qui sème la zizanie entre nous pour entamer notre cohésion sociale afin de mieux nous avoir. Il faut qu’on se conseille nous-mêmes », justifie Mahamadi Sawadogo, un manifestant qui dit être venu de Pissila, dans la région du Centre-nord.

« Nous voulons seulement la paix, rien que la paix. Pourquoi il y a des gens en bas qui tirent sur les ficelles ? Que gagnent-ils ? Nous voulons des veuves et des orphelins de mort naturelle, pas de tueries. Ayons pitié maintenant pour la liste de veuves et d’orphelins qui s’allonge. Pourquoi sommes-nous ci méchants ? Que chaque Burkinabè, quel que soit son statut, se rappelle que sa vie sur terre est brève, c’est pour deux jours seulement. Tes millions, tes belles maisons, tes belles voitures, que tu veuilles ou pas, tu iras un jour pour laisser tout ça derrière toi, tu n’y peux rien. Moi qui vous parle, je suis très bien placé aujourd’hui pour dire que la vie ne représente rien, tout peut sombrer d’un moment à l’autre. Je suis de Pissila, mais me voilà déplacé interne à Ouaga. Il n’y a aucune vie humaine là-bas encore. Ça fait pitié », s’apitoie Mahamadi Sawadogo, sous fond de colère, drapeau russe enroulé au cou.

Omar Ouédraogo, lui également s’est présenté comme manifestant venu du Sanmatenga (région du Centre-nord). Il est amer contre les politiques. "Ce sont nos politiciens-là qui vont détruire ce pays. Nous leur demandons de faire à cause de Dieu et laisser le ’’petit là" (capitaine Ibrahim Traoré : ndlr) gérer le pays, il n’y a pas d’âge pour résoudre un problème. Tout ce que nous voulons, c’est qu’il puisse répondre à notre principale préoccupation qui est l’insécurité", a-t-il manifesté.

O. L
Lefaso.net

Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)
Gestion foncière au Burkina : La direction générale de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés