Actualités :: Burkina/Région du Nord : Le « Boukayamdé », une solution alternative contre (...)

Confrontés de plus en plus à l’insécurité alimentaire, les paysans de la région du Nord, notamment, dans la province du Passoré, ont trouvé dans cette innovation une solution alternative, à travers la valorisation de cette variété locale de sorgho, le « Boukayamdé » qui cache la honte en langue locale. Cette variété de sorgho très précoce et très rentable en termes de production, est un bouclier contre la faim. A Yargo dans la commune de Kirsi, les paysans la cultivent depuis trois saisons hivernales. Immersion dans quelques champs a Yargo !

Dans son champ situé dans la région du Nord du Burkina, village de Yargo, commune de Kirsi dans le Passoré, Mariam Raabo, cette agricultrice, arrêtée fièrement à côté de son champ de « Boukayamdé », ne cache pas ses émotions. C’est une mère de famille aux anges qui vante les mérites de cette variété de sorgho qu’elle cultive depuis trois ans. La variété a conquis la plupart des agriculteurs de la localité et Saïdou Gueda l’est encore plus. Il fait partie des producteurs de Boukayamdé de Yargo.

Pour ce polygame et père de sept enfants qui frise la quarantaine, la joie est immense. Palpant les épis de ses cultures, l’agriculteur parle d’une délivrance. « Ça a mis fin à notre faim, parce que pendant la période hivernale, tous les greniers sont vides. Il n’y a plus à manger et pour une grande famille comme nous, c’est très difficile. Mais quand on a connu cette variété, c’était comme une délivrance. Maintenant voyez-vous-mêmes », lance-t-il le bras droit tendu vers ces épis de sorgho comme pour montrer les résultats de son travail. Et de conclure en ces termes : « Quelque chose que l’œil même voit, on n’est pas obligé d’aller consulter le devin ».

Saïdou Gueda, producteur de Boukayamdé a Yargo

Au milieu des champs à perte de vue, le Boukayamdé se dresse fièrement avec des graines à termes. Dans ce village de Yargo de quelques centaines d’âmes, la plupart des producteurs de la variété s’activent à entamer leur récolte.
En cette matinée du 24 septembre 2022, pendant que certains paysans hument les odeurs de la viande sur les fours traditionnellement installés au marché du village, Boulkon (département d’Arbollé), les producteurs de Boukayamdé font la ronde sous un soleil de plomb dans leurs champs. Des épis de sorgho à maturité, le long des champs, se laissent admirer par la beauté de leur production.

« Comme son nom l’indique, ce sorgho a vraiment caché notre honte, souligne la responsable des femmes de Yargo, les yeux pétillants exprimant sa satisfaction. Sa culture est très rapide et rentable, et son tô est très bon. N’aurait été ce sorgho à cette période, nous, on n’a rien à manger. Nous sommes presque 40 personnes dans la même cour et qui mangeons dans une seule marmite. N’eut été cette céréale nous ne pouvons pas nous en sortir », a-t-elle reconnu.

Mariam Raabo, productrice de Boukayamdé a yargo

Le « Boukayamdé » est une variété de sorgho local cultivée à cause de sa précocité et son fort potentiel de rendement. « C’est une variété utilisée pour pallier la famine pendant la saison hivernale du fait qu’il est d’une périodicité assez rapide et très performante en termes de rendement. Généralement, en milieu rural, la saison hivernale est très difficile, parce que les greniers ont été vidés, donc le Boukayamdé permet aux paysans d’avoir à manger, avant la maturité des variétés de longue périodicité », précise l’agent d’agriculture de Kirsi, Jacob Béré.

Pour la petite histoire, c’est une variété locale qui était utilisée par un vieux de la localité au départ et qui a été identifiée pour être expérimentée par les paysans. Ce dans le cadre des actions d’un projet auprès des producteurs pour dénicher les innovations locales et qui permet de documenter les connaissances endogènes et ensuite faire la promotion auprès des paysans. Ce qui a permis à la variété de se répandre en l’espace de deux ans seulement.

Dans un contexte d’insécurité alimentaire dû à des saisons hivernales déficitaires causées par la faible pluviométrie et la rareté des terres cultivables, avoir une telle variété de céréale est un atout considérable pour les paysans. Surtout que les terres, selon l’agent d’agriculture, s’appauvrissent de jour en jour et si l’on a ces genres de variété qui permettent aux paysans d’avoir un bon rendement et faire face à leurs besoins alimentaires, c’est à encourager.

Jacob Bere, agent d’agriculture dans la commune de Kirsi

Pour le chercheur de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), le Pr Hamadé Sigué, le Boukayamdé, est une variété précoce qui a un avantage non seulement pour sa précocité et sa productivité. La variété donne un bon rendement qui montre son intérêt pour les producteurs. Son rendement est autour de 800 à 900 kilogrammes à l’hectare, voire plus.

Ces avantages sont énormes, parce qu’il y a un potentiel par rapport au rendement et même à une pluviométrie moyenne, elle varie entre 800 et 900 à l’hectare. Son cycle est court et son adaptation à la localité malgré la mauvaise qualité des sols, Boukayamdé se comporte mieux », selon ses dires. Ces deux qualités font qu’on peut le conseiller aux paysans, dit-il, du fait qu’il peut être une alternative contre l’insécurité alimentaire, surtout dans les zones arides ou semi arides du Sahel et du Nord.

Ce qu’il faut aussi préciser concernant les avantages de cette variété, selon le chercheur de l’INERA, c’est qu’elle résiste aussi à la sècheresse et s’adapte à tout type de sols, ce qui fait d’elle un allié pour les régions arides comme le Nord et le Sahel. « Avec le Boukayamdé, il suffit seulement d’avoir une pluviométrie qui tourne autour de 400 à 500 millimètres cube, pourtant avec certaines variétés et la même pluviométrie ça ne marchera pas », a-t-il ajouté.

Malgré son potentiel, la variété est peu connue des paysans burkinabè, mais des recherches ont été déjà menées en la matière. Car, selon le chercheur de l’INERA, dans le cadre de la valorisation de certaines variétés locales menée au niveau de la station de recherche de Saria, le Boukayamdé fait partie des variétés qui ont été déjà sélectionnées et épurées et peut être utilisé par les paysans.

Nous avons quitté le village pendant que le soleil se couchait, laissant les producteurs de Boukayamdé dans des éclats de rire. Des éclats, que nous espérons, se transmettront un jour dans les autres villages si toutefois la variété est vulgarisée.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)
Extrémisme violent : Les familles en quête de stratégies (...)
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Journée du fournisseur minier au Burkina : La 3e édition (...)
Journée de l’excellence : L’Association Beoog neeré (...)
Agriculture au Burkina Faso : La CAIMA fait un bilan à (...)
Prise en charge des PDI dans le Centre-nord : Le projet (...)
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 8 (...)
Evaluation en milieu universitaire : Un colloque (...)
Entrepreneuriat : Le programme 2SCALE fête ses dix ans (...)
Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte au (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés