Actualités :: Région de l’Est : Lancement de deux projets en réponse à la crise (...)

Le gouverneur de la région de l’Est a présidé, ce mardi 27 septembre 2022 à Fada N’Gourma, chef-lieu de la région de l’Est, la cérémonie officielle de lancement de deux projets en réponse à la crise humanitaire dans la localité. Il s’agit d’une part du projet dénommé « KU NANLIGU » et d’autre part du projet « Fourniture d’une aide humanitaire d’urgence intégrée en eau, assainissement et hygiène, santé-nutrition, éducation et services de protection aux enfants et personnes déplacées internes et aux populations hôtes ».

Placé sous la présidence du gouverneur de la région de l’Est, cet atelier de lancement de projets d’assistance humanitaire a connu la présence des premiers responsables de la région, des hauts commissaires de provinces, des représentants des délégations spéciales des communes concernées par le projet, de services techniques, des agences du système des nations unies et ONG humanitaire, des OSC et des directions exécutives et équipe technique du consortium.

C’est en lien avec le Plan de réponse humanitaire 2022, que le consortium composé de l’ONG TIN-TUA en partenariat avec le Danish refugee council (DRC) ont bénéficié d’un appui financier du Fonds humanitaire régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (FHRAOC) pour la mise en œuvre du projet « KU NANLIGU » qui signifie « apporter un appoint à celui qui en as besoin pour s’en sortir » en langue gulmancema. D’une enveloppe d’un million de dollars, ce projet couvre les secteurs de la protection et de la sécurité alimentaire et moyens d’existence et est mis en œuvre depuis le mois de juin 2022 et couvre les communes de Diapaga, Pama et Matiakoali dans la région de l’Est.

Le second projet a lui comme partenaire l’UNICEF et financé à hauteur de 300 millions de francs CFA par le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) et a comme intitulé « Fourniture d’une aide humanitaire d’urgence intégrée en eau, assainissement et hygiène, santé-nutrition, éducation et services de protection aux enfants et personnes déplacées internes et aux populations hôtes ». Ce sont les communes de Botou, Diapaga et de Logobou dans la région de l’Est qui en sont les bénéficiaires.

Le gouverneur de la région de l’Est, président cette cérémonie, a dans son adresse dit : « Notre pays traverse une crise multidimensionnelle depuis sept ans environ qui a bouleversé nos vies plus particulièrement celles des populations dans les régions à forts défis sécuritaires comme la nôtre. Selon le secrétaire permanent du CONASUR, à la date du 30 avril 2022, la région de l’Est était classée quatrième région accueillant le plus de personnes déplacées internes avec 170 416 personnes déplacées internes dont 60,75 % d’enfants. Et monsieur le gouverneur de préciser que cette situation a surement évoluée à ce jour, et selon lui, l’une des conséquences visibles de cette crise reste l’accroissement sans cesse des besoins humanitaires.

Et de préciser que malgré les efforts déployés par le gouvernement, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, les agences du système des nations-unies, des ONG et associations de nombreux défis restent à relever pour répondre de façon convenable aux besoins de ces populations. Le gouverneur de la région de l’Est pense que « la réussite de ces deux projets nécessite l’engagement de toutes les parties prenantes et lance d’ailleurs « un appel à tous de ne ménager aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre réussie de ces deux projets chacun dans ces domaines de compétences et à la limite de ses moyens et de ses capacités ».

Selon Yemboini Yves Ouoba, directeur exécutif de l’ONG TIN-TUA : « ces deux projets sont des projets multisectoriels qui viennent en réponse à la crise humanitaire que vit le Burkina Faso. Le projet concernera principalement trois communes de la région à savoir les communes de Pama, Matiakoali et Diapaga ». Prévue pour une durée de douze mois, ces deux projets ambitionnent de toucher à terme 14 480 personnes.

Dans son mot introductif, le directeur exécutif de l’ONG TIN-TUA, a rappelé « la difficile situation sécuritaire à laquelle le Burkina Faso est confronté et qui a comme corollaire plusieurs facteurs tels que des pertes en vies humaines et des dégâts matériels de moyens d’existence qui ont pour ricochet les déplacements massifs et forcés des populations dans leurs propres régions ainsi que vers d’autres régions du pays. Toute chose qui entraîne un grave disfonctionnement et un accès très limité aux services sociaux de base des populations les plus vulnérables notamment les femmes, les enfants, les personnes vivant avec un handicap et les personnes âgées ».

Face à cette situation, beaucoup d’acteurs sur le terrain se sont posé la question sur la nécessité de poursuivre ou pas leurs activités sur le terrain. Mais pour ce responsable de cet ONG trentenaire, présente dans les régions de l’Est du Centre-est, du Sahel et du Centre-nord, et œuvrant dans l’éducation et la formation pour un développement humain durable, la question que TIN-TUA s’est posé est : « Que devons-nous faire pour continuer d’accompagner ces braves communautés ? » [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Amadou SOW

Journée internationale de lutte contre la corruption : « (...)
Grève à Moov Africa Burkina : « Les travailleurs ne (...)
Sud ouest : le projet fonds enfants vole au secours des (...)
Résistance aux antimicrobiens : Les journalistes invités (...)
Première édition du prix de l’intégrité : Trois agents (...)
Burkina Faso : Des civils formés pour aider en cas (...)
Burkina/Santé : APURMED, l’application qui révolutionne (...)
13e AG du Conseil national de la sécurité alimentaire : (...)
11 Décembre 2022 : Le communiqué de la Grande chancellerie
Situation nationale : « Le Burkina nouveau, ce n’est pas (...)
Conférence-débat : Réussir le Nexus Science et Diplomatie (...)
11 décembre 2022 : Adjudant-chef à la retraite, Sansan (...)
Santé : Des épidémiologistes de terrain renforcés pour une (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Droits humains au Burkina Faso : La situation reste (...)
Lutte contre le travail des enfants : La liste des (...)
Perturbations des cours à Ouagadougou : Le ministère de (...)
Assemblée législative de transition du Burkina : Le (...)
Burkina : « Le chantier de la réconciliation nationale (...)
Paix au Burkina : Un atelier national de sensibilisation
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés