Actualités :: Sécurité des aliments : Un projet pour améliorer la compétitivité des PME du (...)

La FAO a procédé ce 22 septembre 2022, au lancement du projet "Renforcer les normes de sécurité sanitaire des aliments pour améliorer la compétitivité des PME du Sahel". D’une durée de trois ans, le projet est financé par la Banque africaine de développement et sera mis en œuvre au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal. Il a pour objectif de contribuer à améliorer de façon significative les normes de qualité de sécurité alimentaire dans les PME et de faciliter la collaboration entre les PME pour une diffusion des meilleures pratiques.

Les petites et moyennes entreprises agroalimentaires rurales, jouent un rôle important dans la sécurité alimentaire et le développement économique. Elles produisent 80% de la consommation alimentaire et assurent 96% des chaînes d’approvisionnement locales. Cependant, on note qu’au regard du fait qu’une bonne partie de leurs produits ne soit pas conforme aux normes internationales, ces PME accèdent difficilement aux marchés internationaux. La faible exportation de leurs produits, ne leur permet pas de saisir les opportunités qu’offrent les marchés internationaux.

Mis à part cela, les aliments impropres à la consommation font chaque année 91 millions de malades et 137 000 de morts en Afrique. Le projet veut donc à travers ses activités, permettre non seulement aux populations d’avoir accès à des produits sains, mais aussi aux PME d’adopter des normes plus exigeantes pour la qualité de leurs produits, afin d’être plus compétitives sur le marché sous régional et international.

Dauda Sau, représentant de la FAO au Burkina Faso

Trois principaux résultats sont attendus à la fin du projet. Le premier porte sur la conformité accrue avec les normes nationales et internationales en matière de sécurité sanitaire des aliments, la deuxième sur l’augmentation du volume du commerce des produits agroalimentaires sur les marchés régionaux. Le troisième résultat attendu est le renforcement du système national de contrôle des aliments.

A en croire Dauda Sau, représentant de la FAO au Burkina Faso, le projet devrait permettre d’améliorer considérablement les normes de qualité et de sécurité alimentaire, en particulier dans les PME gérées par les femmes et les jeunes, afin de tirer profit des opportunités qu’offre la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) et à l’expansion du commerce agricole entre pays africains. Et cela passe par le renforcement des capacités des PME à comprendre et respecter les contrôles règlementaires des denrées alimentaires ainsi que le renforcement des systèmes de contrôle des aliments le long des chaînes de valeur des produits les plus commercialisés.

Abdoulaye Tall, ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises.

Selon le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, de meilleurs systèmes de contrôle des denrées alimentaires, vont amener les PME à adopter des normes plus exigeantes pour leurs produits. Ce qui devrait leur permettre de promouvoir et commercialiser des produits hygiéniques et de haute qualité à la fois sur les marchés locaux, régionaux et internationaux. « Cela renforcera leur compétitivité, stimulera le commerce et la création de revenus, maintiendra l’approvisionnement en aliments sûrs et de qualité, tout en rétablissant la confiance des consommateurs dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire », a-t-il ajouté.

Daniel Ndoye, responsable pays de la BAD au Burkina Faso

Le projet "Renforcer les normes de sécurité sanitaire des aliments pour améliorer la compétitivité des PME du Sahel" est financé à un peu plus de 780 millions de FCFA dollars par la Banque africaine de développement. Un financement qui selon Daniel Ndoye, responsable pays de la BAD au Burkina Faso, s’explique par l’importance qu’accorde son institution à la sécurité sanitaire alimentaire. « L’une des priorités de la BAD est de nourrir l’Afrique, non seulement en travaillant à améliorer la sécurité alimentaire, mais également à faire de l’Afrique un exportateur net des denrées alimentaires. C’est dans cet optique que nous estimons que les PME ont un rôle essentiel à jouer », souligne-t-il.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Journée internationale de lutte contre la corruption : « (...)
Grève à Moov Africa Burkina : « Les travailleurs ne (...)
Sud ouest : le projet fonds enfants vole au secours des (...)
Résistance aux antimicrobiens : Les journalistes invités (...)
Première édition du prix de l’intégrité : Trois agents (...)
Burkina Faso : Des civils formés pour aider en cas (...)
Burkina/Santé : APURMED, l’application qui révolutionne (...)
13e AG du Conseil national de la sécurité alimentaire : (...)
11 Décembre 2022 : Le communiqué de la Grande chancellerie
Situation nationale : « Le Burkina nouveau, ce n’est pas (...)
Conférence-débat : Réussir le Nexus Science et Diplomatie (...)
11 décembre 2022 : Adjudant-chef à la retraite, Sansan (...)
Santé : Des épidémiologistes de terrain renforcés pour une (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Droits humains au Burkina Faso : La situation reste (...)
Lutte contre le travail des enfants : La liste des (...)
Perturbations des cours à Ouagadougou : Le ministère de (...)
Assemblée législative de transition du Burkina : Le (...)
Burkina : « Le chantier de la réconciliation nationale (...)
Paix au Burkina : Un atelier national de sensibilisation
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés