Actualités :: Prévention et gestion des conflits liés à l’élevage au Burkina : Le projet (...)

Afin de répertorier les bonnes pratiques endogènes de prévention et de gestion des conflits et proposer un mécanisme de prévention et de gestion efficace des conflits au niveau local, une étude a été commanditée dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’amélioration de la mobilité du bétail et des revenus des agropasteurs par l’utilisation de la téléphonie mobile et de l’imagerie satellitaire / composante infrastructures pastorales (MODHEM + DDC), porté par SNV organisation néerlandaise de développement. C’est en vue de partager les résultats de cette étude avec les acteurs qui accompagnent le projet dans les 20 communes d’intervention, que se tient ce 21 septembre 2022 à Manga dans le Centre-sud, un atelier de restitution.

L’élevage contribue à environ 10% du PIB. Cependant, de nos jours, les pistes à bétail sont obstruées, les fourrages se dégradent dans les zones pastorales et l’accès à l’eau et aux infrastructures pouvant faciliter la mobilité du bétail est de plus en plus difficile. Cette situation exacerbée par les changements climatiques, engendre bien des fois, des conflits au niveau local entre éleveurs et agriculteurs. C’est en vue d’identifier les bonnes pratiques endogènes pouvant permettre de prévenir et de gérer ces conflits, et proposer une stratégie et un mécanisme efficaces de gestion de conflits au niveau local que la présente étude a été réalisée, précise Kassoum Ouédraogo, coordonnateur du projet MODHEM+/DDC.

Kassoum Ouédraogo, coordonnateur du projet MODHEM+/DDC

L’étude révèle que les conflits entre agriculteurs et éleveurs sont principalement liés à l’occupation ou l’obstruction des zones de pâture par les agriculteurs qui y érigent leurs champs et par les dégâts causés aux champs par le troupeau, soit expressément ou alors à la suite d’une baisse de vigilance des bergers. Les autres causes concernent l’abattage du bétail par les agriculteurs, l’empoisonnement intentionnel ou non du bétail et la méconnaissance des textes relatifs à la gestion des ressources naturelles et l’occupation des terres rurales.

Et pour résoudre ces conflits au niveau local, recours est très souvent fait aux responsables coutumiers. Selon le coordonnateur du projet Kassoum Ouédraogo, ceux-ci jouent un rôle primordial dans la prévention et la gestion des conflits. Il en est de même, ajoute-t-il, des leaders religieux. D’autres moyens comme la parenté à plaisanterie, aide aussi à atténuer les conflits au niveau local. C’est sur l’ensemble de ces acteurs et moyens, que sera bâti le mécanisme de prévention et de gestion des conflits que le projet va capitaliser et vulgariser.

Massadalo Yvette Nacoulma/Sanou, gouverneur du Centre-sud

L’atelier de ce jour vise donc à partager avec l’ensemble des participants, les résultats obtenus par l’étude, recueillir leurs amendements et propositions d’amélioration ainsi que définir avec eux les prochaines étapes clés en termes de mise en œuvre du mécanisme et du dispositif de prévention et de gestion des conflits au niveau local.

Mis en œuvre dans 20 communes de quatre régions que sont le Centre-sud, le Centre-ouest, les Cascades et le Sud-ouest, le projet d’amélioration de la mobilité du bétail et des revenus des agropasteurs par l’utilisation de la téléphonie mobile et de l’imagerie satellitaire composante infrastructures (MODHEM+/DDC), vise à faciliter la mobilité du bétail. Cette composante est financée par la coopération suisse (DDC), à environ 5,5 milliards de FCFA. Pour Massadalo Yvette Nacoulma/Sanou, gouverneur du Centre-sud qui a lancé l’atelier de restitution, le projet est une initiative salutaire qui va contribuer à améliorer l’accès aux infrastructures ainsi que les revenus des éleveurs.

Photo de famille

Débuté en janvier 2021, le projet MODHEM+/DDC va se poursuivre jusqu’en décembre 2024. Il devrait à terme toucher plus de 290 000 acteurs directs et 800.000 acteurs indirects.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Journée internationale de lutte contre la corruption : « (...)
Grève à Moov Africa Burkina : « Les travailleurs ne (...)
Sud ouest : le projet fonds enfants vole au secours des (...)
Résistance aux antimicrobiens : Les journalistes invités (...)
Première édition du prix de l’intégrité : Trois agents (...)
Burkina Faso : Des civils formés pour aider en cas (...)
Burkina/Santé : APURMED, l’application qui révolutionne (...)
13e AG du Conseil national de la sécurité alimentaire : (...)
11 Décembre 2022 : Le communiqué de la Grande chancellerie
Situation nationale : « Le Burkina nouveau, ce n’est pas (...)
Conférence-débat : Réussir le Nexus Science et Diplomatie (...)
11 décembre 2022 : Adjudant-chef à la retraite, Sansan (...)
Santé : Des épidémiologistes de terrain renforcés pour une (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Droits humains au Burkina Faso : La situation reste (...)
Lutte contre le travail des enfants : La liste des (...)
Perturbations des cours à Ouagadougou : Le ministère de (...)
Assemblée législative de transition du Burkina : Le (...)
Burkina : « Le chantier de la réconciliation nationale (...)
Paix au Burkina : Un atelier national de sensibilisation
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés