Actualités :: Commune rurale de Bama : La rizerie Faso Dembé lance officiellement ses (...)

Le projet de réalisation de la rizerie de la coopérative Faso Dembé est devenu une réalité aujourd’hui. Les premiers responsables de cette rizerie viennent de lancer officiellement les activités ce vendredi 16 septembre 2022 dans la commune rurale de Bama, région des Hauts-Bassins. Ce projet est financé par le Fonds d’équipement des nations-unies et Coris Bank international, à hauteur de 172 millions de FCFA sous forme de prêts.

La réalisation de ce projet de construction de la rizerie rentre dans le cadre du Programme d’appui à la résilience économique et climatique des populations (PARI) qui est une initiative du gouvernement burkinabè avec le soutien technique et financier du Fonds d’équipement des nations-unies (UNCDF) et la Coopération luxembourgeoise. C’est grâce à ce programme que le projet de la rizerie de la coopérative Faso Dembé a été identifié pour bénéficier d’un appui financier. Le projet a pu bénéficier d’un financement global sous forme de prêts de 172 millions de FCFA dont 50 millions d’un prêt direct de l’UNCDF et d’un prêt bancaire de 122 millions assorti d’une garantie à hauteur de 70% à travers le mécanisme de garantie du Fonds. Le prêt bancaire a été ainsi contracté auprès de Coris Bank international.

La visite de la rizerie par les autorités

Cette rizerie implantée dans la commune rurale de Bama a pour objectif de transformer du riz paddy en riz blanc, brisure et brisure fine. Véritable bassin économique local, elle contribuera à réduire le chômage avec la création de 12 emplois permanents, autant d’emplois temporaires et plusieurs emplois indirects dans la chaîne de valeur agricole. Cette unité a une capacité de production de 2,5 tonnes de riz blanc par heure ; soit la transformation de près de 1670 tonnes de riz paddy par mois. C’est également une opportunité pour les consommateurs à travers la diversification de l’offre.

Janine Ouattara, responsable pays, inclusion financière et numérique à l’UNCDF

Janine Ouattara est la responsable pays, inclusion financière et numérique à l’UNCDF. Dans son allocution, elle a fait savoir qu’au-delà du chiffre d’affaires qui sera réalisé, ce projet va contribuer à valoriser la production et la consommation du riz local, accroître les revenus et la résilience des producteurs du riz paddy et de promouvoir les instruments de financement de l’UNCDF. Elle a adressé ses félicitation et encouragements aux promoteurs de cette unité et invité à la persévérance « pour que ce joyau puisse se hisser au plus haut niveau de l’écosystème des industries au Burkina Faso et combler les espoirs placés en lui ».

Le directeur de la rizerie Faso Dembé, Seydou Konaté

Aussi, elle a saisi cette occasion pour rappeler l’objectif global de PARI qui, selon elle, est de contribuer de manière durable à l’accroissement de la productivité et des revenus en tirant profit du potentiel des innovations digitales, afin d’améliorer l’accès aux financements et aux opportunités économiques pour les femmes, les jeunes, les exploitants agricoles et les micro, petites et moyennes entreprises. « C’est avec une grande satisfaction que nous accompagnons ce projet. Voir aujourd’hui sa réalisation, voir que la machine est lancée, c’est vraiment un honneur pour nous », s’est réjouie Janine Ouattara.

Une vue des installations de machines à l’intérieur de l’usine

« Un rêve devenu une réalité »

Pour le directeur de la rizerie Faso Dembé, Seydou Konaté, « ce projet est un rêve qui devient une réalité ». Pour ce faire, il ne manque pas d’exprimer sa satisfaction et sa reconnaissance à l’endroit des partenaires, notamment à Coris Bank international et à l’UNCDF qui ont accepté accompagner ce projet jusqu’à son aboutissement. « Ce projet qui est ambitieux a une capacité assez importante qui permettra d’impacter l’économie locale à travers nos partenaires, tels que les producteurs, les distributeurs, les éleveurs. Ce projet contribuera également à la protection de l’environnement en fournissant des balles de riz pour la cuisine et la litière au niveau des éleveurs », a laissé entendre Seydou Konaté. A l’en croire, l’usine a déjà sa marque de riz qui est « Golden rice ». Bientôt ces sacs de riz seront disponibles sur le marché de vente.

Le président de la délégation spéciale de Bama, Abdoulaye Traoré

L’un des partenaires financiers du projet, Coris Bank international, a été représenté à cette cérémonie par Arouna Zan. Pour sa part, il a souligné que soutenir l’activité des PME dans ce contexte de crise sécuritaire, « c’est soutenir l’esprit d’initiative, c’est encourager la création de valeurs et renforcer les liens socio-économiques entre les différents acteurs et agents de l’économie. C’est pourquoi Coris Bank n’a ménagé aucun effort pour accompagner ce projet à hauteur de plus de 120 millions de FCFA », a-t-il rappelé. Tout en exprimant sa satisfaction pour la réalisation de ce projet, il encourage tous les projets dans ce sens, à bien s’organiser, afin de bénéficier de l’accompagnement de Coris Bank.

La photo de famille des officiels à l’issue du lancement des activités de la rizerie

Le Fonds d’équipement des nations-unies, en tant qu’agence des nations-unies, est l’un des partenaires de développement de l’Etat burkinabè qui promeut des modèles de financement à travers les économies numériques inclusives ; le financement du développement local ainsi que le financement des investissements. Le président de la délégation spéciale de Bama qui a représenté le gouverneur de la région des Hauts-Bassins à cette cérémonie, n’a pas manqué de saluer l’initiative du projet. Pour Abdoulaye Traoré, la réalisation de l’unité de la rizerie Faso Dembé démontre toute la pertinence et l’importance des interventions du Fonds pour le Burkina Faso, la région des Hauts-Bassins et en particulier pour la commune de Bama.

« En tant que préfet du département et président de la délégation spéciale de Bama, c’est un réel motif de satisfaction de voir une telle unité s’implanter dans la commune de Bama. Cela va permettre ainsi de lutter contre le chômage et promouvoir l’autosuffisance alimentaire, et employer des jeunes », a dit Abdoulaye Traoré. Aussi, il a salué les partenaires qui ont œuvré à ce que ce projet voit le jour. Il a par ailleurs félicité et encouragé le promoteur du projet et il lui réitère sa disponibilité à l’accompagner pour la suite des travaux.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés