Actualités :: Burkina : Plan International améliore les conditions de vie de près de 42 000 (...)

Sur une cible initiale de 22 645 personnes, le projet « Un environnement protecteur pour les enfants et jeunes affectés par la crise dans la province du Bam », a touché près de 42 000 bénéficiaires dans les localités de Bourzanga et de Kongoussi. C’est ce qui ressort de l’atelier de capitalisation et de clôture des activités dudit projet mis en œuvre par Plan international Burkina et ses partenaires Search for Comon Ground (SFCG) et l’Association des jeunes pour la protection de l’environnement et d’élevage (AJPEE). C’était le mardi 13 septembre 2022 à Kongoussi.

Face aux attaques terroristes qui engendrent de nombreux mouvements de populations depuis notamment les régions du Sahel, du Nord, de l’Est, de la Boucle du Mouhoun et du Centre-nord, Plan International Burkina a pris l’initiative d’apporter une réponse aux besoins prioritaires de ces dernières. Ce, à travers son projet dénommé « Environnement protecteur pour les enfants et jeunes affectés par la crise dans la province du Bam au Burkina Faso/BN01 ».

Dotation de kits de placement aux familles d’accueil temporaire

26 797 personnes déplacées internes (PDI) et 15 136 hôtes ont été touchés
L’objectif visé est d’apporter une assistance aux enfants, adolescents et jeunes déplacés et hôtes pour leur réintégration dans le système éducatif et leur protection dans des environnements sûrs. Le bilan présenté précise en effet que du nombre total de bénéficiaires indiqués, 26 797 personnes déplacées internes (PDI) et 15 136 hôtes ont été atteints. Toute chose qui permet d’obtenir un taux de couverture de 185,17%. En clair, ces chiffres sont le résultat d’activités menées essentiellement sur deux volets que sont l’éducation et la protection d’une part et la cohésion sociale d’autre part.

Dotation de kits scolaires aux élèves vulnérables et remise symbolique de lampes solaires

Ainsi, les actions entreprises ont contribué notamment à mettre en place un mécanisme de feedback et de gestion des plaintes liées aux violences de tout genre en faveur des enfants et des jeunes de 3 à 24 ans. Dans la même dynamique, des familles d’accueil ont vu leurs capacités renforcées afin de prendre en charge des enfants non accompagnés ou séparés mais aussi des survivantes des violences basées sur le genre (VBG).

3750 élèves issus de ménages vulnérables ont été dotés de kits scolaires
À cela s’ajoutent les formations dispensées aux cellules communautaires et aux enseignants en matière de protection de l’enfant.

Sur le plan éducatif, il est enregistré entre autres la réalisation d’infrastructures scolaires, la réfection de salles de classe, la construction de latrines. Aussi, des cours de remédiation et de rattrapage ont été organisés au bénéfice d’élèves du primaire et du secondaire. Selon Bertrand Sawadogo, coordonnateur de projet à Plan international Burkina, ce sont 3 750 élèves issus de ménages vulnérables qui ont été dotés de kits scolaires et 250 autres qui ont bénéficié de bourses scolaires.

À en en croire Bertrand Sawadogo, coordonnateur de projet à Plan international Burkina, les espaces amis des enfants et ceux des jeunes seront cédés aux mairies et à l’action sociale pour la continuité

« Nous avons réalisé 25 espaces d’apprentissage temporaire pour faire face aux classes à effectifs pléthoriques et réfectionné onze classes en état de délabrement avancé, sans oublier la construction de cinq blocs de latrines sur différents sites », a-t-il affirmé. À l’entendre, la dernière activité dans le domaine de l’éducation a été la campagne “Back to school” qui a encouragé davantage les parents à inscrire de nouveau les enfants à l’école.

Le témoignage d’une représentante des familles d’accueil

Caroline Sawadogo, représentant l’une des familles d’accueil a confié avoir été soutenue par le projet à travers des formations, la dotation de kits de placement pour famille hôte ainsi qu’un appui financier en vue de subvenir aux besoins des enfants qu’elle héberge. « J’ai accueilli de 2020 à ce jour, sept enfants dont je prends soin. La plupart sont des filles qui ont été mariées de forces. Elles arrivent souvent chez nous sans le moindre vêtement en dehors de celui qu’elle porte », a-t-elle mentionné.

Caroline Sawadogo, représentant l’une des familles d’accueil à Kongoussi

Madame Sawadogo relève à cet effet que Plan International Burkina, de concert avec le ministère de la Solidarité nationale et de l’action humanitaire, a travaillé à leur fournir l’essentiel des équipements pour répondre aux besoins de ces jeunes filles.

Concernant la cohésion sociale, des médias (radio et télé) ont été formés à la production d’émissions pour sensibiliser les populations en ce sens. Pour ce faire, ces médias ont été dotés de matériels (ordinateurs, dictaphones…) pour réussir la mission qui leur a été confiée. À ce niveau également, des sketchs participatifs ont été organisés dans les deux zones concernées par le projet. « Nous avons organisé au cours de ce projet des cadres de dialogue inter et intracommunautaire, des tribunes d’expressions populaires, des théâtres participatifs pour la transformation des conflits, des ateliers de renforcement de capacités des parties prenantes, à travers l’approche Comon Ground », a souligné Issifou Bissiri, chef de projet Search for Comon Ground.

Si le projet est à son terme, une dynamique est mise en place pour la pérennisation des acquis, selon Issifou Bissiri, chef de projet Search for Comon Ground

Le témoignage d’un imam de Namsiguia

Beaucoup de mécanismes ont été mis en place à même de permettre aux communautés de pouvoir par elles-mêmes contribuer à la paix et la cohésion sociale dans la province du Bam. « Avant l’arrivée de ce projet, nous avions beaucoup de soucis en matière de cohésion sociale au sein de notre communauté. Les gens se bagarraient, se saluaient à peine et ne s’entendaient souvent pas lors de cérémonies de baptême. Mais après avoir bénéficié d’une formation de cinq jours, les connaissances acquises ont contribué à améliorer notre vivre ensemble dans la localité de Namsiguia », a livré Mahamadi Sawadogo, imam à Namsiguia.

Pour l’imam Mahamadi Sawadogo de Namsiguia (dans le Bourzanga), Plan International Burkina a contribué à un retour à la paix dans la localité

La représentante du haut-commissaire de la province du Bam, Noëllie Lankouandé/Ouédraogo a pour sa part, salué les résultats engrangés par Plan International Burkina tout en affirmant que l’objectif recherché entre en droite ligne avec ceux du plan de réponse du gouvernement. « Notre action commune a profité aux nombreuses populations, particulièrement aux plus vulnérables tributaires de la crise sécuritaire en l’occurrence les enfants, les filles et les femmes survivantes de VBG et/ou à risque de protection tout en garantissant la cohésion sociale et la cohabitation pacifique entre les populations déplacées et les communautés hôtes », a-t-elle signifié.

« Malgré tous les efforts consentis et une stabilisation relative de la situation, beaucoup reste encore à faire », a signalé Noëllie Lankouandé/Ouédraogo, représentante du haut-commissaire de la province du Bam

Poursuivant son allocution, madame Lankouandé déclare que l’objectif du projet a été atteint dans la mesure où toutes les activités prévues ont été réalisées. Mais surtout, au regard des résultats satisfaisants conformément aux indicateurs positifs et aux différents témoignages des acteurs.

L’ensemble de ces activités menées tout au long du présent projet (juin 2020 à septembre 2022) est estimé à plus d’un milliard de francs CFA, financé par la direction générale de la coopération au développement du Royaume de Belgique. Les difficultés rencontrées durant l’exécution du projet, selon les acteurs, sont principalement la recrudescence de l’insécurité dans les zones d’intervention et la pandémie à coronavirus qui a ralenti par moment les activités.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés