Actualités :: Formation professionnelle : Des formateurs des centres publics et privés (...)

Dans le but d’améliorer la qualité de la formation professionnelle au Burkina Faso, environ une soixantaine de formateurs des centres publics et privés ont bénéficié d’une session de renforcement de capacités. Près d’un mois durant, les participants ont reçu, grâce aux experts chinois et burkinabè, des compétences techniques et pédagogiques afin d’accomplir au mieux les activités d’apprentissage dans les centres de formation.

Cette formation, qui a débuté le 22 août dernier concomitamment dans les villes de Ziniaré et de Bobo-Dioulasso, est une initiative du ministère des Sports, de la Jeunesse et de l’Emploi, à travers le Programme de renforcement de la formation et de l’insertion professionnelle. Ainsi, le vendredi 9 septembre 2022 a marqué la fin de cette session de formation des formateurs des centres publics et privés de formation professionnelle du Burkina. Après plusieurs semaines de cours intenses, les apprenants ont reçu leurs attestations de participation.

Les participants à la cérémonie de fin de formation des formateurs des centres publics et privés de formation professionnelle.

C’était au cours d’une cérémonie de clôture tenue à Bobo-Dioulasso, présidée par le Secrétaire permanent de la Commission nationale de la certification (SP-CNC), représentant le secrétaire général du ministère des Sports, de la Jeunesse et de l’Emploi. Dans son allocution, il a rappelé que le système éducatif burkinabè est généraliste et peine à répondre aux besoins du monde productif. Et c’est ainsi que les autorités du pays ont pris l’option, depuis un certain temps, de développer l’enseignement et la formation techniques et professionnels. Ce, afin de disposer d’une main-d’œuvre apte à contribuer à la conversion structurelle de l’économie burkinabè.

Le directeur du Centre de formation professionnelle et industrielle de Bobo-Dioulasso (à droite) remettant une attestation de participation à un apprenant.

« Cette option ne pourrait se réaliser si notre système de formation professionnelle ne dispose pas de formateurs compétents qui maîtrisent l’utilisation des équipements de formation ainsi que les compétences sur l’évaluation des apprentissages. D’où la nécessité de renforcer les compétences des formateurs de ces centres publics et privés de formation professionnelle à travers cette session de formation avancée des formateurs », a indiqué le Secrétaire permanent de la Commission nationale de la certification, Moumouni Salouka.

Le secrétaire permanent de la Commission nationale de la certification, Moumouni Salouka.

La formation a porté sur sept métiers, à savoir l’informatique, la coupe-couture, la mécanique de précision, l’électromécanique, la mécanique automobile, l’électricité-bâtiment ainsi que la plomberie sanitaire. A Bobo-Dioulasso, elle a concerné uniquement l’électricité-bâtiment, la coupe-couture, l’électromécanique et la mécanique de précision. Ainsi, près d’un mois durant, les apprenants ont reçu des compétences techniques et pédagogiques. Ce qui leur permettra d’accomplir au mieux leurs activités d’apprentissage dans les centres de formation.

Tout au long de cette formation, un accent particulier a été mis sur les travaux pratiques, la gestion d’un atelier, l’andragogie et l’évaluation des compétences professionnelles, pour un niveau avancé. « Cette formation leur permettra d’intégrer dans un même mouvement l’action au travail, l’analyse de la pratique professionnelle et l’expérimentation d’une nouvelle façon de travailler. C’est de cette façon que sortiront de nos centres publics et privés de formation professionnelle, des apprenants compétents et qualifiés pour affronter la concurrence du marché de l’emploi », a laissé entendre Moumouni Salouka.

Rosalie Zoungrana, porte-parole des apprenants.

Cette volonté affichée des autorités de renforcer les compétences des formateurs a bénéficié du soutien de la République populaire de Chine. C’est pourquoi, le secrétaire permanent de la Commission nationale de la certification a salué le dynamisme de cette coopération et a invité le PRFIP à s’investir pour consolider et renforcer des acquis engrangés. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)
Gestion foncière au Burkina : La direction générale de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 7 (...)
Malnutrition chronique et insécurité alimentaire au (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés