Actualités :: Le ministère de la Fonction publique du Burkina réfléchit sur l’évaluation de (...)

Du 5 au 16 septembre 2022, se déroule à Koudougou, chef-lieu de la région du Centre-ouest, un atelier d’élaboration de projet de documents. Cette rencontre vise à mettre en œuvre l’orientation du Premier ministre relative à la relecture du guide d’évaluation de la performance des structures et de deux recommandations du rapport global d’évaluation de la performance des structures de l’administration publique au titre de l’année 2020.

Initiée par le ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, cette rencontre de Koudougou se tient du 5 au 16 septembre et se veut un cadre de réflexion pour mettre en œuvre les orientations du Premier ministre ainsi que les deux recommandations du rapport global d’évaluation de la performance des structures de l’administration publique au titre de l’année 2020. « Nous sommes réunis ce matin en atelier à Koudougou pour trois objectifs, le premier est en lien avec une orientation du Premier ministre lors de la session ordinaire 2022 du conseil national de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance. Cette orientation nous demandait de réfléchir sur comment valoriser les évaluations des structures publiques qui sont faites », a dit Rimlawende Étienne Kaboré secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance.

Pour lui, depuis cinq ans, ils travaillent à évaluer les structures publiques. A l’entendre, il est question de prioriser les évaluations dans la mesure où elles doivent être capables de proposer des récompenses positives pour les structures qui sont performantes et dans le même temps accompagner les structures moins performantes.

Le deuxième objectif, selon lui, est en lien avec l’évaluation des structures, « c’est la relecture du décret portant évaluation des structures publiques. Après cinq années de mise en œuvre, il était important que nous puissions nous arrêter, regarder au vu de la pratique quels sont les aspects que nous devons améliorer dans ce décret d’application », a-t-il ajouté.

Pour le troisième objectif, Etienne Kaboré précise que c’est la relecture du décret portant norme d’élaboration des programmes et des rapports d’activités. Un décret qui, selon lui, date de 2003, d’où l’importance de faire une halte et de l’adapter au contexte actuel et faire en sorte qu’il puisse être en concordance avec le processus d’élaboration du budget. Ces réflexions selon le secrétaire permanent dans son ensemble visent à voir comment évaluer de façon pertinente les critères d’impact, d’efficacité, d’efficience et de gouvernance.

Pendant dix jours, les participants seront amenés à proposer, entre autres un mécanisme permettant de récompenser les structures publiques au regard de leurs performances évaluées conformément audit décret ; de proposer un nouveau décret portant normes d’élaboration des programmes et rapports d’activités dans les structures de l’administration publique, de rédiger les projets de documents nécessaires pour la soumission du mécanisme et des projets de décrets en Conseil des ministres.

Seydou Ouédraogo chef de cabinet du secrétariat général du gouvernement et des conseils des ministres

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le chef de cabinet du secrétariat général du gouvernement et des conseils des ministres, Seydou Ouédraogo. Dans son intervention, il a salué la tenue de cette session de relecture des textes de la performance publique et a invité la trentaine de participants venus des différents ministères et institutions à être assidus afin de produire un travail de qualité.
En rappel, c’est depuis 2015 que le Burkina Faso s’est engagé dans une réforme de sa gouvernance financière et administrative dans l’optique d’apporter une amélioration de la qualité du service public et une satisfaction des besoins des usagers de l’administration publique.

La loi organique n° 073-2015/CNT du 06 novembre 2015 relative aux lois de finances a ainsi été adoptée avec pour pilier le développement d’une culture de responsabilité accrue des acteurs et d’amélioration continue de la performance des structures de l’administration. Le gouvernement, dans sa mise en œuvre a adopté un décret portant modalités d’évaluation de la performance.

Tenant lieu de rapport global de la performance de l’administration au titre de l’année 2020, deux recommandations ont été faites. Par ailleurs une des orientations du Premier ministre lors du conseil national de modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance qui a eu lieu le 30 juin 2022, avait pour objectif, la finalisation du processus de relecture du 18 juillet 2007.

Prince Omar
Lefaso.net

Journée internationale de lutte contre la corruption : « (...)
Grève à Moov Africa Burkina : « Les travailleurs ne (...)
Sud ouest : le projet fonds enfants vole au secours des (...)
Résistance aux antimicrobiens : Les journalistes invités (...)
Première édition du prix de l’intégrité : Trois agents (...)
Burkina Faso : Des civils formés pour aider en cas (...)
Burkina/Santé : APURMED, l’application qui révolutionne (...)
13e AG du Conseil national de la sécurité alimentaire : (...)
11 Décembre 2022 : Le communiqué de la Grande chancellerie
Situation nationale : « Le Burkina nouveau, ce n’est pas (...)
Conférence-débat : Réussir le Nexus Science et Diplomatie (...)
11 décembre 2022 : Adjudant-chef à la retraite, Sansan (...)
Santé : Des épidémiologistes de terrain renforcés pour une (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Droits humains au Burkina Faso : La situation reste (...)
Lutte contre le travail des enfants : La liste des (...)
Perturbations des cours à Ouagadougou : Le ministère de (...)
Assemblée législative de transition du Burkina : Le (...)
Burkina : « Le chantier de la réconciliation nationale (...)
Paix au Burkina : Un atelier national de sensibilisation
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés