Actualités :: Manifestation pour la libération de Ollo Mathias Kambou : Vives tensions (...)

A l’appel du mouvement Balai citoyen, des dizaines de manifestants se sont retrouvés, ce mardi 6 septembre 2022 à Ouagadougou devant l’immeuble abritant la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour réclamer la libération de leur camarade Ollo Mathias Kambou. Mais contre toute attente des individus se réclamant du Mouvement « Sauvons le Burkina » se sont dressés contre les organisateurs de la manifestation. C’était chaud entre les deux camps.

Interpellé la veille, à la sortie d’une émission spéciale de la télévision Oméga sur le bilan des cinq mois de gestion du pouvoir du président Paul-Henri Damiba, Ollo Mathias Kambou est introuvable. Selon ses avocats de la SCPA Kam et Somé, il a été envoyé à la section recherche à la gendarmerie de Ouagadougou avant d’être transféré à la BCLCC pour un interrogatoire qui a duré deux heures de temps. Selon toujours les avocats, c’est de la BCLCC que l’infortuné a été transféré dans un autre lieu jusque-là inconnu.

Pour le Balai citoyen qui dénonce « cette forme cavalière d’arrêter des citoyens dans un état de droit », Ollo Mathias Kambou doit être libéré.

« Dans un état de droit quand quelqu’un a ou aurait failli, il faut qu’on puisse prendre les dispositions en la matière pour le convoquer et c’est après refus de répondre à la convocation qu’on peut passer à une autre étape. Alpaguer quelqu’un dans la rue pendant qu’il sort d’une émission, ce n’est pas souhaitable dans un État de droit ni pour nous, ni pour notre camarade, ni pour un quelconque citoyen. Nous sommes là pour savoir où il est et demander des comptes à qui de droit », a lancé Rasmané Zinaba, activiste membre du Balai citoyen.

Alors que le Balai citoyen attendait le rassemblement de ses membres, des individus ont débarqué sur les lieux en hurlant. Ils disent s’opposer à une quelconque libération de Ollo Mathias Kambou qui, selon eux, doit demeurer en prison pour avoir injurié le président du Faso.

« Si c’est parce que leur camarade est sous le coup de loi qu’ils [le balai citoyen] appellent les gens à marcher, alors qu’on marche pour libérer Dori et les territoires conquis par les groupes armés terroristes. On ne peut pas permettre à des gens, qui hier se sont tus au vu de la déliquescence du pays, de venir dire aujourd’hui que les nouvelles autorités ne sont pas capables de gérer le pays », a lancé l’un des membres du mouvement Sauvons le Burkina qui a refusé de décliner son identité. Avec ses camarades, ils se sont opposés à ce que les journalistes interviewent les membres du Balai citoyen.

Alors que la tension était vive avec des camps qui se regardaient en chiens de faïence, un des individus venus s’opposer au Balai citoyen s’est saisi d’une pierre qu’il a lancée contre les défenseurs de Ollo Mathias Kambou qui étaient arrêtés au niveau de la porte 6 du stade Joseph Issoufou Conombo. Le pire a été évité de justesse.

Quelque temps après, un individu a été roué de coups et secouru par deux hommes dont Mamadou Drabo, président national du mouvement Sauvons le Burkina. Nous n’avons pas réussi à l’identifier. Mais selon, Mamadou Drabo, l’infortuné n’est autre que Massourou Guiro du Mouvement « Plus rien ne sera comme avant ».

Joint au téléphone le sieur Massourou Guiro nous a confié qu’il conversait avec un homme quand il a été attaqué par plusieurs jeunes. Il a indiqué qu’il poserait plainte. « Même si je ne suis pas d’accord avec les propos de Kambou, je ne suis pas d’accord avec la manière utilisée pour son arrestation », a laissé entendre Massourou Guiro.

Tout ce spectacle s’est déroulé sous les yeux des forces de l’ordre qui, jusqu’à notre départ des lieux à 11h, n’avaient pas levé le petit doigt pour faire baisser le mercure.

LeFaso.net

Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés