Actualités :: Burkina Faso : Le président du Faso a installé les membres du Conseil (...)

Nommés le 25 août 2022, les membres du Conseil d’orientation et de suivi de la transition (COST) ont été installés ce vendredi 2 septembre 2022 à Ouagadougou par le président du Faso, le LCL Paul Henri Sandaogo Damiba.

Avec un effectif de 40 personnes, cet organe transitoire a pour mission de définir les grandes orientations de la transition sur les questions de paix, stabilité et de sécurité nationale. Substantiellement, cet organe de la transition a pour rôle d’assurer le suivi de la mise en œuvre des objectifs stratégiques de la transition. Il s’agira, entre autres, de définir les grandes orientations et les stratégies pour la formulation et la mise en œuvre des politiques en matière de réconciliation nationale ; suivre et évaluer la mise en œuvre des missions de la transition ; formuler des recommandations aux institutions, organismes ou toute entité publique ou privée dans le cadre de ses domaines d’attribution.

En effet, le Conseil d’orientation et de suivi de la transition comprend, entre autres, le directoire présidé par le président du Faso himself, l’assemblée plénière ; les commissions et un secrétariat permanent.

Dans le fonctionnement de cette institution rattachée à la présidence du Faso, les travaux se dérouleront sous forme de sessions à raison d’une saison ordinaire par trimestre. « La tâche qui vous incombe est immense. Les propositions que vous ferez constitueront la boussole qui guidera la transition pour qu’elle arrive à bon port », a indiqué le président du Faso, par ailleurs président de la transition, aux nouveaux élus. Le chef de l’Etat a aussi apprécié la valeur et l’expérience de ces personnalités qui composent le conseil.

« Le rôle qui vous revient est historique » a dit le président du Faso, Paul Henri Damiba, aux membres du COST

Du reste, le COST a été créé par une loi organique le 9 juin 2022. Sa création fait partie des recommandations de la commission qui a été chargée d’élaborer l’agenda et les textes de la transition au lendemain de l’avènement du coup d’Etat. Et cette recommandation a été validée par les assises nationales tenues les 28 février et 1er mars 2022 à Ouagadougou.

A cet effet, la charte de la transition a prévu en son article 3 que les organes de la transition sont au nombre de quatre. Il s’agit, du Président de la transition ; le Conseil d’orientation et de suivi de la transition (COST) ; le gouvernement de la transition et l’Assemblée législative de transition (ALT).

Le mandat du COST prend fin avec la fin de la transition. L’incidence financière de cet organe dans le budget de l’Etat n’a pas été définie. Toutefois, ils ont indiqué qu’un décret présidentiel viendra préciser les avantages et indemnités auxquels pourront avoir droit les conseillers membres du COST. Le mandat des conseillers n’est pas un travail salarié à temps plein, ont relevé les autorités.

Les trois ‘’piliers solides’’ de Damiba pour bâtir le Burkina Faso

Pour l’homme du ‘’24 janvier 2022’’, les Burkinabè doivent recourir à certaines valeurs afin de faire vivre au pays des hommes intègres, son lustre d’antan. Ces valeurs selon le chef de l’Etat constituent trois piliers. Il s’agit, selon lui, du retour aux valeurs fondamentales comme l’intégrité, la probité et l’amour de la patrie. « Il nous faut absolument restaurer ces valeurs qui sont une partie de notre identité » a-t-il insisté.

Au nombre de 40, ils auront la charge des faire des recommandations pour une transition réussie

Le deuxième pilier, à l’écouter, est celui de la bonne gouvernance et du respect du bien commun. « C’est un sujet éminemment politique qui interpelle l’ensemble des Burkinabè, et en premier lieu les femmes et les hommes qui interviennent directement dans la gestion de la chose publique. Plusieurs années de pratiques malsaines en la matière ont contribué à répandre la corruption et la mauvaise gestion des ressources publiques » a relevé le lieutenant-colonel.

Le dernier pilier et non des moindre, est la question de la réconciliation du peuple Burkinabè avec lui-même et avec son passé. Pour le tombeur de Roch Kaboré, c’est assurément un passage obligé pour régler certains problèmes profonds qui ont contribué à conduire le Burkina dans la situation dans laquelle il se trouve. Il y a des nœuds importants à dénouer pour y parvenir mais le président se veut rassurant quant à l’atteinte des objectifs. « Les obstacles ne sont pas insurmontables au regard de ce qui est en jeu » a-t-il rassuré.

Serge Ika Ki
Lefaso.net

Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes (...)
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives (...)
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les (...)
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les (...)
Lutte contre l’insécurité en milieu urbain : Deux réseaux (...)
Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs (...)
Centre-est : Projet Fonds enfants et jeunes-phase VI : (...)
Burkina : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)
Gestion foncière au Burkina : La direction générale de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 7 (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31962



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés