Actualités :: Burkina/Éducation : Quelle contribution des acteurs et partenaires a (...)

Le forum sur l’éducation qui s’était ouvert depuis le 24 août 2022, dans la capitale burkinabè, s’est poursuivi ce mercredi 31 août. Mais cette fois-ci, avec les acteurs de la province de l’Oubritenga, région du Plateau central, il se tient suite à celui du Kadiogo. La cérémonie d’ouverture de ce forum a été présidée par le haut-commissaire de la province, Sahabani Zéba, en compagnie de l’ambassadeur du Japon, Masaaki Kato.

Après la province du Kadiogo, c’était au tour des acteurs de celle de l’Oubritenga, région du Plateau central, de se réunir pour planifier l’avenir de leurs élèves, notamment ceux qui passent le Certificat d’études primaires (CEP), édition 2023. Pour ce forum qui se poursuit toujours sous le thème « Amélioration du taux de succès au CEP : Quelles contributions des acteurs et partenaires de l’éducation ? », il ressort que le taux de succès au CEP de ces trois dernières années a sensiblement baissé.

Vue des différents acteurs de l’éducation venus pour poser le diagnostic de la cause de la baisse du taux de succès au CEP et proposer des solutions

C’est pour cela que, selon le haut-commissaire de la province de l’Oubritenga, Sahabani Zéba, c’est une occasion qui permettra de faire un diagnostic clair de cette problématique et d’amener les acteurs à faire des propositions, tout en les incitant à prendre des engagements pour qu’en 2023, l’on puisse constater une évolution positive des résultats et l’amélioration de la qualité de l’éducation. Et il s’agira, précise-t-il, de regrouper par ailleurs tous les acteurs de l’éducation à savoir les encadreurs pédagogiques, les parents d’élèves, les autorités administratives, coutumières et religieuses.

Sahabani Zéba, haut-commissaire de la province de l’Oubritenga

En effet, il faut rappeler que ce dit forum sur l’éducation se tient dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’amélioration de la qualité de l’éducation par le renforcement de la collaboration école-communauté (PAQER-CEC). Un projet initié par le ministère en charge de l’éducation nationale au profit de six provinces, avec le soutien financier et technique du Japon, dans le cadre de la coopération bilatérale entre les deux pays.

Masaaki Kato, ambassadeur du Japon au Burkina

Et dans son adresse aux participants de ce forum, l’ambassadeur du Japon, Masaaki Kato, a expliqué que le PAQER-CEC est un projet qui vise à ce que les communautés travaillent ensemble pour améliorer la qualité de l’éducation et cela se fait à travers une approche démocratique participative et durable. Ce, souligne le diplomate, du fait qu’il y a un certain nombre de défis à relever en matière d’éducation sur le terrain, surtout face aux crises sécuritaires et humanitaires dans lequel le pays est plongé. « Les élèves étant des trésors nationaux de la construction de l’avenir d’un pays, il est très important de leur offrir des opportunités d’une éducation de qualité. Et étant donné que le Japon a beaucoup d’expériences en matière d’amélioration de la qualité de l’éducation. Il partage son expérience avec le Burkina », s’est-il justifié.

Edouard Bamogo, chargé d’études au secrétariat général du MENAPLN

Promotion du partage d’expériences

Autrement dit, le principe qu’une école vive, selon le chargé d’études au secrétariat général du MENAPLN, Edouard Bamogo, c’est la collaboration entre les communautés et c’est ce que le projet est en train de développer. « C’est-à-dire, amener tous les acteurs qui sont sur le terrain à avoir une même vision et démarche », foi du chargé d’études. Cela permet ici, poursuit-il, de faire le diagnostic d’une situation, de prendre des résolutions, d’imaginer toutes les démarches et stratégies ensemble, avec toutes les composantes. C’est pourquoi, selon lui, ce projet est très important, aussi bien, pour la province de l’Oubritenga, que n’importe quelle autre province, parce qu’il va apporter un changement en termes de qualité de l’éducation, des résultats et aussi dans la création d’une école de développement.

Les acteurs de l’éducation posent pour l’amélioration de la qualité de l’éducation

Au cours de ce forum, chaque partie prenante s’engagera à mettre en œuvre son propre plan d’action visant l’atteinte de ses objectifs. Ainsi, les principales activités que la coordination des COGES de commune (CCC) promouvra sont les suivantes. La transmission aux COGES des contenus de résolutions prises au forum, l’explication sur les activités des COGES en citant les bons exemples et le suivi-évaluation de cette réalisation par les COGES.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Journée internationale de lutte contre la corruption : « (...)
Grève à Moov Africa Burkina : « Les travailleurs ne (...)
Sud ouest : le projet fonds enfants vole au secours des (...)
Résistance aux antimicrobiens : Les journalistes invités (...)
Première édition du prix de l’intégrité : Trois agents (...)
Burkina Faso : Des civils formés pour aider en cas (...)
Burkina/Santé : APURMED, l’application qui révolutionne (...)
13e AG du Conseil national de la sécurité alimentaire : (...)
11 Décembre 2022 : Le communiqué de la Grande chancellerie
Situation nationale : « Le Burkina nouveau, ce n’est pas (...)
Conférence-débat : Réussir le Nexus Science et Diplomatie (...)
11 décembre 2022 : Adjudant-chef à la retraite, Sansan (...)
Santé : Des épidémiologistes de terrain renforcés pour une (...)
Crise sécuritaire au Burkina : CGE Immobilier redonne le (...)
Droits humains au Burkina Faso : La situation reste (...)
Lutte contre le travail des enfants : La liste des (...)
Perturbations des cours à Ouagadougou : Le ministère de (...)
Assemblée législative de transition du Burkina : Le (...)
Burkina : « Le chantier de la réconciliation nationale (...)
Paix au Burkina : Un atelier national de sensibilisation
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés