Actualités :: Burkina/Education : La coopération française prend en charge la scolarité (...)

Il existe des joies si profondes qu’elles ne peuvent même pas prendre forme dans un large sourire. Drapé dans une tenue Faso danfani comme pour marquer sa fierté d’appartenir au pays des hommes intègres, Erwin Poussi affichait une mine des plus sereines, sans forcément manifester sa trop grande joie de voir son désir comblé. La raison, l’ambassade de France en union avec les conseillers du commerce extérieur de France, lui ont remis une attestation de bourse ce mardi 16 août 2022, pour lui permettre de poursuivre ses études à l’école polytechnique de Paris. La cérémonie s’est tenue à la résidence de France.

« Les échos de la réussite sont toujours plus retentissants que le bruit des grincements de dents pendant les moments de durs labeurs » dit un proverbe burkinabè. Après s’être épanché sur notre organe le mercredi 15 juin 2022, Erwin Poussi qui venait de réussir au concours d’entrée à l’école polytechnique de Paris, ne s’imaginait peut être pas que sa cause serait entendue deux mois plus tard. Finalement, grâce à la générosité de la coopération française, ce qui semblait mettre du bémol dans sa joie après son admission à la plus prestigieuse école polytechnique de France relèvera désormais de l’histoire ancienne. « Mon émotion est telle que les mots ne sauraient l’exprimer » lâchera t’il.

Faut-il le rappeler, après ses deux années de prépa en France, Erwin Poussi venait de réussir son test d’entrée à l’école Polytechnique de Paris, et devait désormais s’acquitter des frais de scolarité. Pour les français qui réussissent au test d’entrée dans cette école, la scolarité est gratuite. Par contre, ça n’est pas le cas pour les étrangers qui doivent cracher la somme de 38.000 euros, mission qui pour lui était quasi impossible. Ainsi, pour lui enlever cette épine du pied, Luc Hallade, ambassadeur de la France au Burkina dit être entré en contact avec les conseillers du commerce extérieur de France qui, sans tergiverser, ont décidé de mettre la main à la poche.

Erwin Poussi a remercié tous ceux qui, dans l’ombre, ont travaillé à l’accompagner jusque là

« Lorsque l’ambassade a été saisie à travers son service de coopération des relations culturelles, je suis entré en contact avec les conseillers du commerce extérieur de la France qui, sans hésiter, ont décidé de tout mettre en œuvre pour que l’aspect financier ne soit pas un problème. La promotion des talents nous tient tous à cœur et cet acte de générosité est d’autant plus justifié parce que cela donne la possibilité d’avoir un polytechnicien burkinabè dans quelques années. Certes, ça n’entre pas dans le cadre de métier des entreprises françaises mais exceptionnellement ils l’ont fait. C’est d’ailleurs l’occasion pour moi de leur dire merci pour ce geste bienveillant » a-t-il laissé entendre. En plus des dons en nature et en espèces apportés par les institutions françaises telles que Diacfa, Total énergie, Sogea Satom, Air France, Projet de production international (PPI) se sont engagés à solder l’entièreté de sa scolarité.

Venu avec ses parents pour recevoir sa bourse, cette cérémonie sera l’occasion pour sa mère Florence Poussi, de dire les sentiments qui l’animent.

« Aujourd’hui je suis une mère comblée et joyeuse parce que le seigneur a ouvert la porte de la réussite à notre fils. Etant fils unique, nous lui avons transmis une bonne éducation. Il a aussi reçu l’accompagnement de toutes les écoles par lesquelles il est passé et aussi de la grande famille. Je serai plus fière s’il représente un modèle pour ses jeunes frères et si à son tour, il est une source de motivation pour plusieurs d’entre eux qui voudront embrasser la même carrière que lui. »

« Je souhaite qu’il soit un modèle pour les plus jeunes » Florence Poussi, la mère d’Erwin Poussi

Tout en s’inspirant de ses modèles Philippe Ouédraogo et Lassina Zerbo, Erwin promet faire des pieds et des mains pour toujours marcher sur les voies de l’excellence. Vu le contexte sécuritaire délétère qui pèse sur le Burkina Faso, son rêve de devenir ingénieur en aérospatial aura du sens car dit-il, « cette formation pourrait nous aider à travers la création d’aéronefs, des drones, des satellites, etc dans la défense contre les terroristes. »

Son départ est prévu pour le jeudi 18 août 2022.

Lire aussi : Portrait d’un lauréat du concours de polytechnique : Erwin Poussi, ancien du PMK, fait briller l’étoile du Burkina

Erwan Compaoré
Lefaso.net}

Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)
Autorité pour le développement intégré des Etats du (...)
Burkina : Manifestations hostiles à la France et à la (...)
Burkina/Justice : Ollo Mathias Kambou condamné à six (...)
UTM (Université de Technologies et de Management) : (...)
Education au Burkina : Une rentrée scolaire 2022-2023 (...)
Burkina Faso : La vie reprend son cours après le coup (...)
Pazani : L’association Neer-Boada lance un SOS pour la (...)
Burkina/Situation nationale : « La suspension de la (...)
Burkina/Situation nationale : Les huit conseils du (...)
Dona Ramde : Le métier de traducteur interprète
Situation au Burkina Faso : Des leaders de Bobo-Dioulasso

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31437



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés