Actualités :: Pèlerinage à Yagma : « Nous devons abattre les murs de haine et construire des (...)

Lieu de dévotion à la vierge Marie depuis 1989, Notre dame de Yagma abrite chaque année des milliers de pèlerins qui y viennent porter leurs doléances auprès de Dieu. Ce lundi 15 août 2022, les fidèles catholiques ont encore sacrifié à la tradition, en se rendant sur ce site pour célébrer la fête de l’assomption. Le thème retenu cette année est « Avec Joseph et Marie, prions pour la paix dans nos familles et dans notre pays. »

Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux à 07h20, l’on pouvait déjà constater l’affluence des fidèles catholiques venus célébrer la fête de l’assomption dans ce sanctuaire marial. Quatre séminaristes tous vêtus de blanc se tenaient sur l’autel et chantaient les laudes, prière préalable avant toute activité. Les laudes finies, les séminaristes se retirèrent pour laisser place à des familles qui, en union avec l’assemblée récitèrent le chapelet, histoire de mettre déjà les fidèles dans le bain de la célébration mariale en attendant que tout soit fin prêt pour la célébration eucharistique.

Les fidèles chantant pendant l’action de grâce

Aux alentours de 07h45, la prière était terminée. De gauche à droite, aucune place vide. Le site était noir de monde et certains étaient obligés d’étaler des pagnes à même le sol pour se faire de la place. Entre la précipitation de certains pour demander des messes avant que ne débute la cérémonie et le regard encore baladeur des autres qui recherchaient vainement une bonne place assise, le chant d’entrée retentit sur tout le site, invitant ainsi les fidèles à se mettre debout pour la célébration de la messe.

A l’ouest, on pouvait apercevoir un cortège d’hommes vêtus d’un blanc éclatant pour certains, et de jaune-or pour d’autres, s’avançant à pas cadencés vers l’autel. C’étaient les célébrants de la messe. Un silence assourdissant se fit entendre dans l’assemblée après le chant. Le prêtre sur l’autel, debout, au milieu des élus, engagea le signe de croix sur sa propre personne, se faisant imiter par l’assemblée. C’était le début de la messe.

Une troupe de danse des enfants esquissant quelques pas à l’occasion de la cérémonie

Ce qu’il faut retenir de la célébration

La célébration eucharistique débuta comme à l’accoutumée par le repentir, histoire de préparer les cœurs à plus tard recevoir le corps du christ. Après cela, les fidèles écoutaient avec attention les deux lectures du jour, tirées respectivement de l’apocalypse de Saint Jean et de la première lettre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens. Au terme des deux lectures, vint l’évangile tiré des écrits de Saint Luc, puis après, l’homélie dite par le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque métropolitain de Ouagadougou.

Dans son oral, le cardinal Philippe Ouédraogo rappellera au passage l’historique de la fête de l’assomption. En effet, « c’est depuis le VIe siècle que la fête du 15 août est unanimement admise dans l’église catholique sous le vocable ‘‘de dormition’’ ou ‘‘de repos’’. Après sa mort, le corps qui avait porté le corps du Sauveur ne pouvait pas connaitre la corruption du tombeau. Cette célébration veut dire que Marie a été prise dans la gloire de la résurrection de son fils et introduite dans la vie céleste » a-t-il rappelé.

Le cardinal Philippe Ouédraogo a demandé une deuxième quête dont les fonds serviront à aider les déplacés internes

Il soulignera par ailleurs que cette année marque la clôture de l’année de la famille et de Saint Joseph, patron de l’église universelle, d’où le choix du thème « Avec Joseph et Marie, prions pour la paix dans nos familles et dans notre pays. » Il dira à ce propose : « ne permettez pas que la famille soit polluée par les poisons de l’égoïsme, de l’individualisme, de la culture de l’indifférence, de la mort (avortement, euthanasie, etc). Cultivez plutôt l’hospitalité, l’esprit de service et de pardon… La famille constitue l’avenir de l’église et de l’humanité. Nous devrons en prendre grand soin, et la défendre. »

Pour ce qui est de la paix, mot qui pend au bout des lèvres de tous et qui est le centre des prières désormais adressées à Dieu, Philippe Ouédraogo rappellera qu’au-delà de tout, le premier recours des fidèles croyants dans cette quête continue de la paix ne peut être que la foi en Dieu. Il fera un bref rappel du document conjointement signé par Abou Dhabi grand imam d’Alzhar, et le pape François, lequel document précisait que « le premier et le plus important objectif des religions est de croire en Dieu, de l’honorer et d’appeler tous les hommes à croire que cet univers dépend d’un Dieu qui le gouverne. »

Appel à l’union des fidèles de tout bord religieux

« Nous devons accepter de mettre tout en œuvre pour abattre les murs de haine, d’hostilité, d’incompréhension, d’extrémisme, de violence, etc et de construire des ponts de compréhension, de respect mutuel, de tolérance, de fraternité et d’amour. Comme je le dis souvent, la paix est un don de Dieu et le fruit des efforts des hommes » a recommandé Philippe Ouédraogo. En réponse à tous ces actes de barbarie et pour donner des ailes à nos innombrables prières, il préconise que soient multipliés de jour en jour, « les gestes de solidarité et de partage. »

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)
Autorité pour le développement intégré des Etats du (...)
Burkina : Manifestations hostiles à la France et à la (...)
Burkina/Justice : Ollo Mathias Kambou condamné à six (...)
UTM (Université de Technologies et de Management) : (...)
Education au Burkina : Une rentrée scolaire 2022-2023 (...)
Burkina Faso : La vie reprend son cours après le coup (...)
Pazani : L’association Neer-Boada lance un SOS pour la (...)
Burkina/Situation nationale : « La suspension de la (...)
Burkina/Situation nationale : Les huit conseils du (...)
Dona Ramde : Le métier de traducteur interprète
Situation au Burkina Faso : Des leaders de Bobo-Dioulasso

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31437



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés