Actualités :: Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une assise nationale pour (...)

La commune de Tenkodogo, dans la région du Centre-est a abrité le mercredi 10 août 2022, une assise régionale sur la transfusion sanguine organisée par le Centre national de transfusion sanguine (CNTS).

En cette période d’hivernage (juillet-octobre) où les situations de forte demande en sang sont accrues avec la recrudescence du paludisme au sein des couches vulnérables que sont les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes, le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a décidé de prendre le taureau par les cornes. Ce mercredi 10 août 2022, à Tenkodogo, la structure a organisé une assise régionale sur le thème « adhésion des populations au don de sang bénévole et régulier ». La présente activité à laquelle ont pris part des autorités administratives, sanitaires, coutumières et religieuses, structures régionales de l’État, partenaires techniques et financiers, des hommes de médias (…) a bénéficié de l’appui financier de l’Agence belge de développement (ENABEL).

Vue d’ensemble de la salle

La transfusion sanguine en tant que thérapeutique salvatrice joue un rôle primordial dans les systèmes de soins. Comme statistique, le CRTS de Tenkodogo a enregistré 8 844 candidats au don de sang pour 7 898 poches prélevées en 2021 contre un besoin théorique estimé selon une méthode de l’OMS à 17 552 poches à prélever pour satisfaire aux demandes des malades. C’est ce qu’a révélé le gouverneur de la région, le colonel Boukaré Zoungrana dans son discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture. Trois problèmes transversaux ont été identifiés comme facteurs entravant l’atteinte de l’autosuffisance en produits sanguins labiles (PSL) dans la région. Il s’agit en l’occurrence de la faible mobilisation sociale autour du don de sang bénévole et régulier, l’insuffisance de production des produits sanguins de qualité et en quantité et la faiblesse des compétences des acteurs de la chaîne transfusionnelle. A côté de ces faiblesses, l’on note la persistance de perceptions socioculturelles et de croyances liées à des considérations d’ordre mystique et rituel autour du sang, les pratiques illicites autour de la cession des produits sanguins mais aussi l’inaccessibilité de certains sites de collectes au regard de la recrudescence des attaques terroristes.

Des leaders coutumiers et religieux étaient présents à la rencontre.

Pourtant, les besoins en produits sanguins concernent plusieurs milliers de personnes dans la région du Centre-est. La contribution des fils et filles de la localité est plus qu’une nécessité. C’est pourquoi, le gouverneur a lancé un cri de cœur à leur endroit afin que chacun à son niveau puisse donner « le liquide précieux » pour sauver des vies. « Tout le monde peut avoir besoin de sang. Ce qui est important, c’est qu’il y va de la santé de la population. Si nous sommes en bonne santé, nous pouvons développer notre pays (…) », poursuit le colonel Zoungrana, tout en informant qu’en cette période de vacances scolaires, les stratégies de collecte de sang sont tournées vers les entreprises, les lieux de cultes, les rassemblements dans les lieux publics, pour pouvoir répondre aux besoins des malades.

Pour le représentant de la directrice générale du CNTS, Kissito Bationo, l’ambition du centre c’est d’arriver à une autosuffisance en produits sanguins

S’exprimant sur les conditions à remplir pour pouvoir donner son sang, le représentant de la directrice générale du CNTS, Kissito Bationo, a déclaré qu’il faut avoir un âge compris entre 18 et 60 ans, avoir au moins 50kg, et être sain. « Quand vous venez au centre, il y a un examen préalable à faire pour s’assurer si vous pouvez donner votre sang ou pas. Que personne ne s’offusque. Vous pouvez ne pas pouvoir donner votre sang aujourd’hui mais pouvoir le faire demain parce que vous avez rempli une autre condition. Avec les menstrues, on recommande aux femmes de donner leur sang trois fois dans l’année. Quant aux hommes, c’est quatre fois dans l’année », a argumenté M. Bationo, après avoir exprimé les résultats attendus par le CNTS et en particulier le CRTS de Tenkodogo à l’issue des travaux.

Le gouverneur de la région du Centre-est, le colonel Boukaré Zoungrana, a invité la population à donner un peu de son sang pour sauver des vies

L’objectif de cette assise régionale, faut-il le souligner, était d’échanger sur des stratégies opérationnelles et de mobilisation des ressources pour le renforcement du CRTS de Tenkodogo et des banques de sang hospitalières des districts sanitaires de la région, et sur un programme d’un montant évalué à 528 528 585 FCFA couvrant la période 2023-2025. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Infrastructures du Coronathon : La cellule de gestion (...)
Journée internationale des personnes âgées : Des vivres et (...)
Burkina Faso : Le dispositif sécuritaire renforcé au (...)
Coup d’Etat du 30 septembre : « Nous attendons des (...)
Boucle du Mouhoun : Le fleuve Mouhoun sort de son lit (...)
Formation en coiffure de mariée : Séduction coiffure et (...)
Manifestation à Ouagadougou : « Ce coup-d’État n’est pas (...)
Projet de renforcement de la cohésion sociale et de la (...)
Région du Centre-est : Des ateliers régionaux pour (...)
Burkina/Agriculture : Les activités d’accompagnement des (...)
Bobo-Dioulasso : Des centaines de manifestants (...)
Burkina/Région du Nord : Le « Boukayamdé », une solution (...)
Burkina : Plus de 13 milliards de FCFA de pertes dues à (...)
Rentrée scolaire 2022-2023 : Le ministre en charge de (...)
UTM (Université de Technologies et de Management) : (...)
Campagne "STRONGER TOGETHER" : Déclaration conjointe du (...)
Burkina/Religion : La Maouloud aura lieu dans la nuit (...)
Marche à Bobo-Dioulasso : Des manifestants fouettés par (...)
Leadership féminin au Burkina Faso : Fin du projet « (...)
Centre-nord : Une quarantaine de femmes renforcent (...)
Système éducatif au Burkina : « Une formation qui (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31416



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés