Actualités :: « Projet Lönni » : Quand l’art efface le handicap

L’association Art au-delà du handicap a procédé à la restitution des travaux du « projet Lönni », le samedi 6 août 2022 à Bobo-Dioulasso. Ce projet a permis le renforcement des capacités des jeunes en situation de handicap et de jeunes valides sur le plan culturel. 12 mois durant, la soixantaine de participants a été formée entre autres en danse, en théâtre, en musique, en informatique et surtout en langage de signes.

Yaya Sanou est un artiste danseur, chorégraphe. Il est le président de Art au-delà du handicap. Une association qui œuvre pour le bien-être des personnes en situation de handicap auditif. Et lorsqu’il a rencontré le monde du handicap, ce fut la « révélation humaine de sa vie ». C’est ainsi qu’il découvre que les personnes handicapées ont aussi des compétences. Il voit en ces personnes leur potentialité, la liberté de création qu’elles ont en elles. Il décide ainsi de les aider à l’exprimer, pour leur donner aussi confiance en elles.

Des personnes en situation de handicap auditif exécutent des pas de danse

Depuis quelques années déjà, Yaya Sanou se bat au quotidien pour que ces personnes soient reconnues comme des artistes à travers des formations en danse, en musique, en théâtre, etc. Il s’emploie surtout à leur donner une image positive d’elles-mêmes, à faire en sorte aussi qu’on ne les voit plus uniquement à travers leur dépendance, mais parce qu’elles peuvent réellement apporter un plus à la société. Ce projet Lönni s’inscrit dans cette perspective d’inclusion. Il est financé par le Fonds de développement culturel et touristique et l’Union européenne, dans le cadre du programme d’appui aux industries créatives et à la gouvernance de la culture.

Le président de l’association Art au-delà du handicap, Yaya Sanou

Selon le président de l’association Art au-delà du handicap, ce projet a permis de renforcer les capacités des jeunes en situation de handicap (mal entendant, mal voyant) ainsi que des jeunes valides. Durant douze mois, la soixantaine de jeunes a pu participer à plusieurs activités, à savoir la danse, la musique, le théâtre, l’informatique, la formation sur le langage des signes. L’objectif de cette dernière formation est de faciliter la communication entre tous les acteurs bénéficiaires du projet, mais surtout avec les personnes en situation de handicap auditif.

La photo de famille à l’issue de la cérémonie de restitution

« Le projet Lönni est un projet de formation en danse, théâtre, musique, langage des signes et en informatique, au profit des personnes en situation de handicap et non. Ce projet a duré 12 mois et les participants ont collaboré à pas mal d’activités. Ce soir c’est la restitution de ce que les participants ont appris et les partenaires qui nous accompagnent sont là pour la restitution. Nous mettons tout en œuvre pour donner une suite à ce projet, parce que nous avons formés des artistes ; maintenant ils savent travailler et donc il faut leur trouver des moyens pour qu’ils puissent montrer leur savoir-faire au Burkina et au-delà de nos frontières », a expliqué Yaya Sanou.

Présent à cette soirée de restitution, le directeur général du Fonds de développement culturel et touristique, Alphonse Tougouma, soutient que cette initiative est à accompagner. Il dit être émerveillé par les différents spectacles présentés. Selon lui, cette soirée était pleine d’émotion et d’enthousiasme. Il affirme également que ce projet règle des problèmes au niveau du fonds à savoir la réduction des inégalités, la création d’emplois, etc.

Le directeur général du Fonds de développement culturel et touristique, Alphonse Tougouma

« Nous sommes fiers aujourd’hui d’avoir cru en ce projet et désormais nous avons fois en ce projet. Il est évident que ce genre de projet ne doit pas s’arrêter en si bon chemin. Je pense déjà à accompagner le promoteur afin que nous puissions créer une école dans ce sens. Nous allons voir avec les autres partenaires comment on peut mieux structurer ce projet. Plus on va mettre de l’argent dans la culture, plus on arrivera à gérer nos problèmes. Ce sont ces activités qui nous permettent de souder les fondements de la nation burkinabè », a-t-il laissé entendre. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés