Actualités :: 11e édition du Prix burkinabè de la qualité : La CAMEG décroche le prix (...)

La cérémonie de remise des trophées de la 11e édition du Prix burkinabè de la qualité (PBQ), qui consacre la clôture des 32es Journées nationales de la qualité (JNQ), s’est tenue le vendredi 29 juillet 2022, à Ouagadougou. Ces activités portées par l’ABNORM et l’ABMAQ avaient pour co-parrains, les directeurs généraux de la SOFITEX et de la CARFO. La palme d’or est revenue à la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG), qui a décroché le prix d’excellence.

Le déficit de qualité des produits et des services constitue l’un des freins majeurs à la compétitivité des entreprises et à la sécurité du consommateur au Burkina Faso. De ce fait, l’information et la sensibilisation à l’endroit des acteurs économiques sur la qualité sont les actions nécessaires à mettre en œuvre pour y remédier. Ainsi, le Prix burkinabè de la qualité (PBQ) et les Journées nationales de la qualité (JNQ), en tant qu’activités de promotion de la qualité, organisées respectivement depuis 2004 et 1990, sont-ils destinés à faire connaître et utiliser des instruments techniques permettant d’améliorer la qualité des produits et des services. Pour l’édition 2022, 17 entreprises ont pris part au PBQ. Sur la base de critères objectifs, le jury a décerné neuf prix par catégorie et par niveau, des prix spéciaux, des attestations de reconnaissance ainsi que des prix d’encouragement.

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a reçu une attestation de reconnaissance.

De toute évidence, parmi les lauréates, il fallait inscrire la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) dirigée par Dr Anne-Maryse K’haboré. En effet, après sa certification ISO en 2021 et son audit de surveillance validée en juillet 2022, la CAMEG a reçu la plus haute distinction du prix d’excellence dans la catégorie « Grandes entreprises ».

C’est la cheffe de service système de management de la qualité, Kougorpoa Fatou Amandine, qui a reçu le prix des mains du Premier ministre Albert Ouédraogo. « C’est un plaisir pour nous de recevoir cette distinction qui consacre l’engagement de tout le personnel de la CAMEG à satisfaire les besoins et les attentes des populations à travers ses missions », a-t-elle déclaré. Pour elle, ce prix est une invite à poursuivre cette dynamique.

La CAMEG, cette association à but non-lucratif créée par décret le 21 mai 1992, a pour mission d’approvisionner en produits de santé de qualité, sûrs et efficaces à un coût social, les établissements sanitaires publics et privés, les organisations communautaires ainsi que les ONG. La crise connue il y a quelques temps de cela est définitivement derrière elle, et la CAMEG a retrouvé ses lettres de noblesse sous le leadership de sa directrice générale Dr Anne-Maryse K’haboré. Cette distinction est l’illustration qu’une nouvelle ère, basée sur l’excellence, s’est ouverte à la CAMEG.

Vue des participants lors de la cérémonie.

Des recommandations faites aux entreprises lauréates

Présidant la cérémonie de clôture, le Premier ministre Albert Ouédraogo a, au nom du président du Faso, félicité le comité national d’organisation, les membres du jury ainsi que les lauréats. Il a, par ailleurs, exprimé des encouragements aux entreprises qui n’ont pas été primées. « Vous n’avez pas démérité. Je suis sûr que pour les prochaines éditions, vous aurez des prix », a-t-il dit. Pour une amélioration des JNQ et du PBQ, le chef du gouvernement a suggéré que, pour les prochaines éditions, on puisse instaurer des prix pour les sociétés d’État, les établissements publics de l’État, les ministères y compris la présidence et la primature, les autres institutions et éventuellement les collectivités territoriales.

Le jury présidé par Djamilatou Yago a formulé des recommandations aux entreprises lauréates à l’issue de la délibération. Il s’agit d’assurer un rôle de leadership dans leur secteur d’activité afin d’attirer les autres entreprises dans la démarche qualité ; assurer une veille qualité de plus en plus performante ; apporter des actions collectives aux écarts et aux points d’amélioration relevés lors des audits ; participer régulièrement aux éditions PBQ pour garantir l’amélioration continue de la performance des entreprises. A l’endroit de l’État, le jury a suggéré de prévoir un accompagnement des entreprises candidates, notamment celles de niveau 1 et 2 ; apporter une assistance technique aux entreprises lauréates devant compétir aux prix CEDEAO et africains de la qualité, etc.

S’exprimant au nom des parrains, le directeur général de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), Jonas Bayoulou, a déclaré que la culture qualité doit être intériorisée par les agents et les populations pour sortir des contraintes structurelles qui limitent non seulement notre pays mais aussi la quasi-totalité des pays africains. « Les questions d’amélioration de la qualité et de la productivité ne sont pas l’apanage de l’ABMAQ [Association burkinabè pour le management de la qualité] ou de l’ABNORM [Agence burkinabè de la normalisation, de la métrologie et de la qualité], mais elles interpellent l’ensemble des acteurs œuvrant au développement de l’économie nationale », a-t-il fait remarquer.

Dans la foulée, le directeur général de la SOFITEX a invité les autres entreprises à joindre l’ABMAQ pour ensemble travailler à faire des questions de la qualité et de l’amélioration de la productivité des réalités dans les entreprises. « Des mots comme culture qualité, productivité, performance doivent cesser désormais d’être de simples slogans mais une réalité dans nos entreprises », a-t-il clamé.

Cap sur la prochaine édition

« L’amélioration de la qualité de service et de la performance dans l’administration publique : enjeu et perspectives ». C’était le thème retenu pour la 11e édition du PBQ et des 32es JNQ. Ce thème a été traité à travers une conférence inaugurale et deux panels. Les échanges ont essentiellement porté sur les outils d’amélioration de la productivité et de la qualité ; la culture qualité, levier de la modernisation et de la performance de l’administration ; les plans de continuité d’activités dans l’efficacité et l’efficience de l’administration publique, a souligné le président du comité national d’organisation, Fidèle Ilboudo, informant par la même occasion que l’organisation d’une manifestation de cette envergure n’a pas été sans difficultés. L’édition 2023 du PBQ et des JNQ se déroulera à Bobo-Dioulasso. En attendant le rendez-vous de la ville de Sya, l’ABNORM et l’ABMAQ ont relevé le défi de cette 11e édition.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés