Actualités :: Burkina Faso : Le projet Nin Poukri au secours des jeunes filles enceintes (...)

Action pour l’enfance et la santé (AES) au Burkina Faso a procédé, ce jeudi 28 juillet 2022, au lancement du projet "Nin poukri" afin de venir en aide aux jeunes filles enceintes et filles mères victimes du rejet social.

"Nin poukri" qui veut dire "éveil de conscience" est un projet mis sur pied par Action pour l’enfance et la santé. L’idée de ce projet est né du constat que les jeunes filles sont marginalisées, écartées de la société du fait de leurs grossesses précoces. « Nous avons constaté que les personnes vulnérables et particulièrement les jeunes filles enceintes sont victimes d’exclusion et de discrimination par la communauté. Raison pour laquelle nous avons décidé de présenter ce projet avec l’appui d’OXFAM », explique Harirata SEONE, directrice de programme de AES Burkina.

POUR Harirata SEONE ce projet vise à éradiquer les marginalisations des femmes liées aux grossesses précoces

L’objectif de ce projet nouvellement initié est de contribuer à l’amélioration de la situation psychosociale des jeunes filles enceintes et filles-mères victimes de rejet social. Il s’étendra sur une période de 18 mois, soit de mai 2022 à octobre 2023. Quatorze millions de FCFA ont été mobilisés pour la mise en place de ce projet.
Avant que cette initiative ne s’étende plus tard aux autres villes du Burkina, Ouagadougou est la première cible de ce projet, en raison des deux centres d’accueil qui y sont présents.

La réalisation de "Nin poukri" consistera à donner aux jeunes filles, « une série de formations sur la sexualité et à les édifier sur leurs droits. Par ailleurs, des plaidoyers seront faits pour parvenir à l’éradication de ce phénomène et des campagnes de sensibilisation pour toucher le maximum de personnes qui, à leur tour, contribueront à lutter contre ce phénomène », confie Harirata SEONE.

"Ce projet permettra d’approcher les leaders religieux pour changer les choses quant à la perception que l’on a de la jeune fille en grossesse", Alidou Ilboudo

Pour son aboutissement, AES a su compter sur l’accompagnement de leaders religieux. Cela se justifie par le fait que certains lient la marginalisation des jeunes filles enceintes à la tradition ou à la religion. Il était donc de bon ton d’approcher les autorités concernées pour changer le regard porté sur la jeune fille et le sort qui lui est réservé. Pour l’imam Alidou Ilboudo, par ailleurs responsable du centre Culturel islamique du Burkina, « ce sera l’occasion d’approcher les leaders religieux pour le changement des habitudes sociales par rapport à la jeune fille portant une grossesse non désirée », a-t-il laissé entendre.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés