Actualités :: Santé maternelle, néonatale et infantile : Le programme Alive & Thrive (...)

Depuis 2017, le programme Alive & Thrive et le ministère de la Santé et de l’hygiène publique du Burkina Faso travaillent en synergie pour la mise en œuvre d’interventions de nutrition maternelle, néonatale et infantile. Ce programme va prendre fin le 31 juillet 2022. A cet effet, un atelier de dissémination des principaux résultats engrangés (2017-2022) dans sa mise en œuvre est organisé ce jeudi 28 juillet 2022, à Ouagadougou.

Cet atelier de clôture a pour objectif de disséminer les bonnes pratiques et les leçons apprises de la mise en œuvre des interventions de 2017 à 2022. Au Burkina Faso, la mortalité maternelle et néonatale reste toujours élevée. Les données sur l’état nutritionnel montrent que la malnutrition est très courante chez les femmes et les enfants. Selon l’Enquête démographie et de santé (EDS) 2010, 16 % des femmes en âge de procréer étaient sous-alimentées et 58 % des femmes enceintes étaient anémiques. Aussi, il a été constaté des prévalences de l’insuffisance pondérale à la naissance (14 %) et du retard de croissance chez les moins de cinq ans (33 %) restent élevées.

Les parties prenantes à l’atelier

Au regard de cette problématique, le programme Alive & Thrive a jugé indispensable de renforcer les interventions nutritionnelles fournies pendant la grossesse, d’améliorer la couverture et l’utilisation des services de soins prénataux et postnataux. Il est axé, entre autres, sur le renforcement des capacités du ministère de la Santé et de l’hygiène publique à offrir des interventions nutrition maternelle et de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant à l’échelle nationale à travers des politiques et offres de services améliorées, la communication pour le changement et l’utilisation des données. Puis, il a généré des évidences, notamment le renforcement des interventions en nutrition maternelle et de la mise au sein précoce dans les services. De plus, il y a eu le renforcement des interventions nutritionnelles au cours des soins essentiels au nouveau-né. Il s’est agi également, de mettre en place un processus d’amélioration de la qualité. Enfin, de plaider pour l’adoption du code de commercialisation des substituts du lait maternel.

Alive & Thrive a contribué à la mise en œuvre opérationnelle du plan de passage à l’échelle de la promotion des pratiques optimales d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant au Burkina Faso depuis 2014

6 régions touchées

Les populations impactées par le programme ont été celles résidantes dans six régions à savoir : le Sud-ouest, le Nord, le Centre-nord, La Boucle du Mouhoun, les Hauts-Bassins et les Cascades. « C’est un projet catalyseur, on peut dire qu’au niveau national, Alive & Thrive a contribué à développer les indicateurs permettant de suivre et d’évaluer les interventions en nutrition. La cause qui nous réunit aujourd’hui est d’une importance capitale car elle concerne la santé de la mère, du nourrisson et du jeune enfant au Burkina Faso.

Maurice Gerald Zafimanjaka (au milieu) a remercié les différents partenaires techniques et financiers du programme

Alive & Thrive est une initiative globale pour sauver des vies, prévenir les maladies, et assurer une croissance saine et un développement optimum du nourrisson et du jeune enfant dans la fenêtre des milles premiers jours. Je souhaite vivement donc une appropriation, une consolidation de ces résultats par les acteurs à tous les niveaux du système de santé pour un passage à l’échelle réussi », s’est exprimé le représentant du programme au Burkina Faso, Maurice Gerald Zafimanjaka. Il a précisé qu’Alive & Thrive n’est pas un programme de mise en œuvre sur le terrain. Il s’agit plutôt d’un d’appui institutionnel.

Robert Lucien Jean Claude Kargougou (au milieu) a confié que le programme a joué sa partition en aidant l’Etat à définir des services essentiels

C’est le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Robert Lucien Jean Claude Kargougou qui a présidé la clôture. Il a souligné que malgré les améliorations, l’enquête nutritionnelle nationale SMART réalisée en 2021 montre que 11,4 % des femmes en âge de procréer étaient sous-alimentées. Aussi, la prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans était de 21,7%. « Avec le projet Alive & Thrive, nous avons pu mettre en place un paquet intégré des services de nutrition. Nous les avons intégré dans les services prénataux et dans les consultations post-natales », a dit M. Kargougou.

En rappel, le programme Alive & Thrive est une initiative de Family Health International. Il est fiancé par la fondation Bill et Melinda Gates. Alive & Thrive fournit une assistance technique stratégique aux différents pays en Afrique et en Asie, pour la promotion à l’échelle des pratiques améliorées d’alimentation de la mère, du nourrisson, et du jeune enfant.

SB
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés