Actualités :: Burkina/Commerce : Des organisations de la société civile formées sur le (...)

Les 27 et 28 juillet 2022, 25 membres d’organisations de la société civile, actives dans le commerce et les questions liées à la facilitation des échanges, vont voir leurs capacités renforcées sur le plaidoyer pour la facilitation des échanges. Cet atelier qui se tient dans le cadre du programme pour la facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest, vise à renforcer les capacités des différents acteurs pour faciliter les échanges commerciaux ainsi que la prise en compte suffisante des OSC dans les politiques en matière de facilitation des échanges. Il est organisé, grâce à l’appui financier de la Banque mondiale, par le secrétariat permanent des ONG, en partenariat avec le Centre africain pour le commerce, l’intégration et le développement.

Le Burkina Faso compte 31 faîtières qui regroupent 69.582 membres et 57 OSC qui travaillent directement ou indirectement sur des sujets liés au commerce. Ces différentes organisations ont pu être cartographiées et leurs besoins en renforcement de capacités recensés, grâce à une évaluation faite par le programme de facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest. L’évaluation des besoins des OSC en matière de formation a abouti à l’élaboration d’un plan de renforcement des capacités cohérent et adapté à leur nature, a fait savoir Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du SPONG. C’est à ce titre que se tient la présente session de formation.

Elle va permettre de former les OSC nationales du Burkina Faso sur le plaidoyer ainsi que sur les principaux domaines de compétence à acquérir en matière de facilitation des échanges. "Il fournira aux OSC, les capacités nécessaires pour concevoir et conduire des activités de plaidoyer dans les domaines liés au commerce afin d’influencer les décideurs à mettre en oeuvre des politiques efficaces et favorables aux populations", a fait savoir le représentant du ministre du commerce, Honoré Yonli.

Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du SPONG

A en croire Aziz Tely Rodrigue Hema, point focal du programme de facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest au Burkina Faso, cette session de formation va contribuer à améliorer les capacités de plaidoirie des acteurs de la société civile, qui jouent un rôle déterminant dans la facilitation des échanges. Toute chose qui devrait leur permettre, de mieux contribuer à la prise en compte de leurs préoccupations, de sorte à ce que le Burkina Faso puisse améliorer son dispositif de facilitation des échanges en mettant en œuvre les réformes qui siéent.

Honoré Yonli, représentant du ministre du commerce

Durant ces deux jours de formation, les participants vont acquérir les compétences nécessaires sur les techniques de plaidoyer, la maîtrise des politiques et protocoles de la CEDEAO en matière de commerce ainsi que les capacités nécessaires pour la prise en compte du genre et la mobilisation de ressources. Trois principales sessions sont au programme. La première qui porte sur les politiques et réglementation régionales relatives au commerce abordera principalement trois sujets clés. Ce sont le contenu et les enjeux de la facilitation des échanges, le schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO et le Tarif extérieur commun.

La seconde session va mettre l’accent sur les thématiques transversales en appui au plaidoyer, l’intégration et la prise en compte du genre dans le processus de plaidoyer et les stratégies de mobilisation des ressources dans le plaidoyer. La troisième et dernière session va quant à elle se pencher sur les techniques, méthodes et éléments fondamentaux du plaidoyer, la collecte et l’utilisation de données de recherche et de preuves pour construire un argumentaire efficace, la construction du leadership et l’influence des politiques, les alliances, la mobilisation populaire et la communication dans le plaidoyer.

Aziz Tely Rodrigue Hema, point focal du programme de facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest au Burkina Faso

Au terme de cet atelier de formation, les OSC devraient avoir les rudiments nécessaires pour induire les changements requis dans le domaine des échanges commerciaux, et ainsi contribuer à rendre le pays plus compétitif dans ses échanges commerciaux au niveau national, régional et international.

Armelle Ouédraogo Yaméogo
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés