Actualités :: Inclusion au Burkina : Des agents de santé outillés sur les affections (...)

Environ 180 agents de santé, issus des provinces du Houet (région des Hauts-Bassins) et de la Comoé (région des Cascades), prennent part à une session de formation sur les affections dermatologiques et oculaires courantes chez les personnes albinos. La session se tient du 26 au 30 juillet 2022 à Bobo-Dioulasso. La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce mardi 26 juillet 2022.

Cette formation est organisée par l’Association burkinabè pour l’inclusion des personnes albinos (ABIPA), avec l’appui financier de CBM Global. Elle vise à améliorer les connaissances théoriques et pratiques des infirmiers sur les affections dermatologiques et oculaires courantes chez les personnes atteintes d’albinisme, avec une emphase sur la santé oculaire primaire de façon générale. Une fois formés, ces agents de santé pourront non seulement diagnostiquer les pathologies primaires, mais aussi ils seront à mesure d’offrir un certain nombre de soins oculaires et dermatologiques aux personnes atteintes d’albinisme.

Les participants à la formation sur les affections dermatologiques et oculaires courantes chez les personnes albinos

Cette formation sera assurée par des personnes ressources du domaine. Au total, 180 agents de santé dont 107 de la province du Houet et 73 dans la province de la Comoé seront formés. Elle se fera en deux phases : une phase théorique et une phase pratique. Elle sera sanctionnée par la remise d’attestations aux participants. Selon le directeur pays de CBM Global Burkina, Ousseini Badini, cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise à disposition du système de santé, des possibilités de prise en charge au niveau primaire des affections dermatologiques et oculaires courantes chez les personnes atteintes d’albinisme.

Le directeur pays de CBM Global Burkina, Ousseini Badini

« Les personnes albinos sont confrontées à des problèmes d’ordre dermatologique et oculaire. Et dans ces deux domaines, il n’y a pas de spécialistes au Burkina Faso, notamment au niveau primaire, c’est-à-dire dans les CSPS (Centre de santé et de promotion sociale). Or, il se trouve que les personnes atteintes d’albinisme vivent le plus souvent en milieu rural. C’est en milieu rural qu’on retrouve également plus de CSPS alors qu’on ne peut pas avoir un spécialiste dans chaque centre de santé. C’est ainsi que CBM et ses partenaires ont jugé nécessaire d’élaborer un outil de formation qui puisse permettre aux agents de santé au niveau primaire, de pouvoir poser un premier diagnostic, si possible prendre en charge ces personnes atteintes d’albinisme qui viennent en consultation sur les questions dermatologiques ou oculaires », a-t-il expliqué.

Le président de l’ABIPA, Fabéré Sanou

Cette session s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet nommé « Gombèlè ». Il vise l’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées y compris les personnes atteintes d’albinisme au Burkina Faso. Il vise aussi à renforcer l’inclusion socio-économique et éducative ainsi que l’accès des personnes atteintes d’albinisme à des soins oculaires et dermatologiques complets dans les provinces du Houet et de la Comoé. C’est ce projet qui a permis donc de mener des études sur le terrain sur la connaissance de l’albinisme. Selon cette étude effectuée par l’ABIPA, sur financement de CBM Global, la prévalence de l’albinisme était en 2019, de 6,72/10 000 habitants dans la Comoé et 5,73/10 000 habitants dans le Houet.

Cette étude a révélé également que 70,34% des personnes atteintes d’albinisme avaient une mauvaise connaissance sur leurs affections. Parmi elles, seulement 28,74% avaient un bon niveau de connaissance sur les pathologies fréquentes (oculaires et cutanées). Près de 90% des agents de santé savaient qu’il existe des pathologies fréquentes chez les personnes atteintes d’albinisme, mais seulement 30,68% avaient une bonne connaissance de ces pathologies. Les résultats de l’étude souligne également une fréquence élevée des complications oculaires (64,46%) et cutanées (47,10%), une insuffisance de formation des agents de santé sur l’albinisme, une insuffisance de ressources humaines spécialisées (à titre illustratif un seul médecin ophtalmologue pour toute la région des Cascades qui compte 669 532 habitants en 2020). C’est pour pallier toutes ces insuffisances que le projet « Gombèlè » a vu le jour.

Le directeur régional de la santé des Hauts-Bassins par intérim, Pierre Millogo

C’est dans le but de renforcer l’offre de soins de santé des personnes atteintes d’albinisme que cette formation est organisée au profit des agents de santé des zones concernées par le projet. Cette session est fortement appréciée par le président de l’ABIPA, Fabéré Sanou, qui n’a pas manqué d’exprimer sa joie. Il a par ailleurs rappelé les difficultés que les personnes atteintes d’albinisme rencontrent au quotidien. « Au niveau de la peau, elles ne supportent pas les rayons solaires. La moindre exposition provoque des plaies et des lésions précancéreuses et si elles ne sont pas prises en charge peuvent provoquer les cancers de la peau qui sont fatals. La vision des personnes atteintes d’albinisme est également très faible. L’acuité visuelle dépasse rarement 3% et c’est incorrigible. Donc il faut des consultations toute l’année pour préserver ce reste visuel. C’est pourquoi nous saluons cette formation qui va permettre aux infirmiers, à tout moment, de pouvoir prendre en charge les personnes atteintes d’albinisme », a-t-il dit.

La photo de groupe à l’issue de la cérémonie d’ouverture des travaux

Ce projet est soutenu par le ministère en charge de la santé, d’où la présence à la cérémonie d’ouverture des travaux du directeur régional de la santé des Hauts-Bassins par intérim, Pierre Millogo. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la (...)
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « (...)
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments (...)
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés